Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 10:37
Dictionnaire amoureux de Marcel Proust de Jean-Paul et Raphaël Enthoven

Voilà un ouvrage sur Marcel Proust qui peut se lire au fil des mots, selon notre curiosité, puisque les deux auteurs ont choisi de se conformer aux exigences d’un dictionnaire, évoquant Proust selon chacune des lettres de l’alphabet, séquençant ainsi, de façon allègre, au long de ses 730 pages, tout ce que l’on peut évoquer de l’écrivain à l’énoncé de cet abécédaire original et malicieux. D’autant plus malicieux, que celui-ci n’est pas un dictionnaire banal mais « amoureux », amoureux, vous interrogez-vous, vous rappelant que Marcel ne fut guère un séducteur impénitent à la Casanova, mais un amateur des mots, épris non de femmes mais de littérature, sensible à la beauté fugace des apparences et au sens caché des choses.

 

Dans cet ouvrage, rédigé par deux plumes alertes, celle du père Jean-Paul Enthoven et de son fils Raphaël, l’un et l’autre écrivains et philosophes, vous rencontrerez des mots rares, tels «  idiolecte » qui définit l’intonation des voix, leur phrasé particulier, ou « hapax » qui détermine les inusités vocables auxquelles Proust a eu parfois recours, ainsi barbotis, condoléancer, migrainer, ne renonçant jamais à enrichir le vocable français.

 

Et ce qu’il y a de précieux dans cet essai, c’est que l’on peut librement sauter des pages sans jamais perdre son chemin et que l’on navigue ainsi, selon son bon vouloir et son appétence, au travers d’évocations inattendues, précieuses, pertinentes,drôles, irrévérencieuses, rédigées à quatre mains par des auteurs érudits qui connaissent leur Proust sur le bout de leur plume et également de leur cœur mais ne se posent point en gardiens du temple et moins encore en puristes.

 

Dans leur introduction, ils s’empressent de mettre le lecteur au parfum en soulignant que si la biographie éclaire l’œuvre, elle est loin d’en tout révéler et, en conséquence, se positionnent contre Sainte-Beuve ou pour Sainte-Beuve : «  Les deux auteurs ont, à ce sujet, des sensibilités distinctes : l’un ( se réglant en cela sur le bon sens ) croit, malgré tout, que l’œuvre de Proust est utilement éclairée par sa biographie. L’autre ( plus intègre, sinon plus moderne ) tient pour acquis que celle-ci est, au contraire, irréductible aux péripéties qui l’ont vu naître, et que ce qu’il y a de plus intéressant chez Proust, c’est « A la Recherche du temps perdu ». Il va de soi que celui-là n’a pas tort tandis que celui-ci ne saurait être démenti. Chacun, du coup, s’est fait un devoir de prendre son complice en défaut même si, par chance, la moindre des convictions avancées n’excluait jamais la conviction inverse qui lui était opposée. Au fond, ils n’ignorent pas, l’un et l’autre, qu’avec Marcel, l’illusion biographique est aussi vaine que l’illusion textuelle. Le grand écrivain s’est beaucoup diverti en jouant sa création sur les deux claviers de son orgue : il serait injuste de le contraindre, pour mieux l’entendre, à n’en choisir qu’un… »

 

C’est ainsi, sur un double clavier, que procèdent les auteurs de ce dictionnaire amoureux, gambadant de conserve sur celui des lettres et invitant leurs lecteurs «  à compenser le défaut d’objectivité par un surcroit de subjectivité », à la façon dont Swann, l’un des héros de "La Recherche", s’emploie à substituer aux valeurs objectives un jeu subjectif d’associations d’idées.

 

Néanmoins, cette lecture rafraîchissante n’est pas dénuée d’une once de condescendance à l’égard des proustologues ou proustolâtres, lesquels se sont parfois laissés aller à une glose stérile mais ont, par ailleurs, composé des ouvrages décisifs et d’une importance incontournable. Mais cette réserve faite, l’ouvrage se lit avec plaisir et il faut bien admettre que le père et le fils sont incollables sur l’œuvre et l’homme et savent en parler avec humour.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

 

Pour consulter les articles de la rubrique DOSSIER PROUST, cliquer   ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans DOSSIER MARCEL PROUST
commenter cet article

commentaires

Martine 13/02/2015 07:52

Re bonjour! Je suppose que vous avez ecoute les emissions de Raphael Enthoven sur France Culture et aussi ses cours de philosophie " le gai savoir" ou il a beaucoup parle de Proust en 2013 ? Un vrai plaisir ! De meme pour Camus! Martine

Marcelita Swann 08/03/2015 12:18

Encore: http://www.franceculture.fr/personne-rapha%C3%ABl-enthoven.html ;
http://www.franceculture.fr/2014-12-24-de-quoi-durendal-est-il-le-nom ;

http://www.franceculture.fr/oeuvre-dictionnaire-amoureux-de-marcel-proust-de-jean-paul-enthoven ;
https://m.youtube.com/watch?v=HLmiMd0jeQs ;

http://blog.franceculture.fr/raphael-enthoven/category/figures/marcel-proust/

armelle 13/02/2015 10:41

Non, je suis loin d'avoir suivi toutes les émissions, mais Raphaël Enthoven est un remarquable causeur. C'est toujours un régal de l'écouter. Il est très brillant.
Merci de vos visites Martine.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche