Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 09:16
J'ai eu des nuits ridicules d'Anna Rozen

Un texte moderne, contemporain, rédigé dans la langue des médias et de la communication, une langue rapide, efficace, une langue pour dire le maximum avec le minimum de vocabulaire. Une lecture rapide et agréable qui manque de fond.

 

 

                                        J’ai eu des nuits ridicules

                                       Anna Rozen (1960 - ….)

 

 

Valérie est, comme la plupart des Valérie françaises, trentenaire approchant de la quarantaine, elle vit et habite dans un de ces quartiers nouvellement envahis par la « branchouille » parisienne des médias et de la culture. Evidemment, elle est seule, libre, un peu débauchée mais surtout seule. « Et pourtant elle n’a qu’un homme en tête en ce moment. Un seul, qui n’est pas là, soit, mais qu’elle traîne du matin au soir comme une bonne chanson. Un tube ». Thaddée, qu’elle partage avec sa maîtresse, est parti avec celle-ci en Italie, elle reste seule, seule, elle n’ose pas appeler un de ses amants d’occasion, elle ne veut pas laisser croire qu’on la laisse à l’abandon, elle préfère assumer sa  solitude et rentre chez elle à pied pour cuver l’alcool qu’elle a ingurgité au cours d’une soirée trop arrosée, quand, brusquement, une main se pose sur son épaule, celle d’un adolescent égaré dans le crépuscule et qui lui demande l’hébergement pour la nuit. Cet adolescent est à la rue, il n’a rien d‘un voyou, sent plutôt la bonne famille, elle accepte plus par lassitude que par conviction ou charité. Le gamin s’installe progressivement chez elle, prend ses aises sans vouloir lâcher un mot sur lui et les raisons de sa détresse.

 

Sa vie de femme libre et débauchée, de moins en moins sollicitée par des amants de passage - « Est-ce qu’on peut, est-ce qu’on doit appeler amour, ces élans excellents qu’elle a éprouvés pour un certain nombre d’individus et qui ont duré entre deux fois deux heures et trois fois un an ? » - bascule progressivement. Elle ne peut pas se résigner à renvoyer, pas plus qu’à adopter son hôte de circonstance qui n’est plus un enfant mais pas encore un homme. La mère voudrait l’enfant, la femme cherche un amant stable, le conflit entre les deux la déstabilise, remet en cause tout ce qui a fait sa vie depuis qu’elle s’assume financièrement. Elle prend progressivement conscience de la puérilité de son existence et de la vacuité de sa vie sentimentale. « Les gens de télé, qu’ils se disent ou non journalistes, quelle sale engeance. On les prend pour des amis et on se fait sucer la moelle comme de pauvres, de pauvres… bovins abrutis. Ca n’est pas que rien n’a plus de sens, mais que tout n’en a plus qu’un. Quand on ne pense qu’au fric ou à la notoriété, ce qui revient au même, il n’y a plus d’amis, que des sources ». Le dilemme qui existe en ce qu’on veut réellement et ce qu’on s’avoue vouloir, la dualité entre la raison et les sentiments, entre la mère et la femme, l’envahit, elle va devoir choisir, adopter une nouvelle vie, changer d’amis…

 

A travers la vie de cette femme bousculée par l’intrusion d’un adolescent innocent, Anna Rozen, avec son écriture moderne, rapide, truffée d’expressions issues du langage parlé par la jeunesse branchée des beaux quartiers parisiens et du jargon des métiers des médias et de la culture, dresse une satire à la fois acide et amère d’une société factice, inconséquente, puérile et débauchée qui vit dans un monde virtuel, avec ses codes, ses mœurs et son langage, en marge des réalités ambiantes. Peut-être aussi une réflexion sur la vie et le sens qu’on lui donne.

 

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes articles précédents, cliquer   ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche