Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 10:40
Première neige sur le Mont Fuji de Yasunari Kawabata

Encore un auteur dont j’aime particulièrement parler, j’ai déjà consacré une chronique au moins à Kawabata et je lui en consacrerai probablement d’autres. Celle-ci concerne un recueil  de nouvelles récemment éditées, concernant des textes qui n’ont été jusqu’alors publiés que dans des périodiques nippons entre 1952 et 1960.

 

 

                            Première neige sur le Mont Fuji

                          Yasunari Kawabata (1899 – 1972)

 

 

Une nouvelle de Kawabata, c’est comme cet apéritif italien doux et onctueux sur la langue mais qui laisse une sensation d’amertume au fond de la bouche. Les six nouvelles inédites composant ce recueil ne trahissent pas ces impressions de lecture, les mots sont doux et onctueux, le texte est même parfois suave mais l’histoire comporte toujours cette pointe d’amertume qui habite pratiquement toute l’œuvre de Kawabata. Le maître dresse dans ces nouvelles des portraits de personnes fragiles, saisies à un moment de leur existence où elles sont en équilibre instable, instant provisoire, moment fugitif où tout peut basculer : un couple brisé qui se reforme l’espace de quelques heures ; l’écrivain qui rencontre brièvement son ami écrivain qui, comme lui, a décidé de se murer dans le silence ; le vieil homme qui vient revoir un coucher de soleil dans son village natal ; l’accident qui fait basculer la destinée d’une petite maisonnée ; un instant de vie, l’espace de la chute des feuilles ; l’amour et le temps de l’évaporation d’un parfum particulièrement enivrant.

 

Dans ces nouvelles, il y a déjà tout Kawabata : son élégance, sa finesse, son art de la séduction, son inclinaison pour les jeunes femmes et surtout les jeunes filles – « Un instant, Jirô découvrit l’éclat de sa chair, puis détourna les yeux. Il fut frappé par la beauté de cette blancheur » -, sa hantise de la vieillesse et de la déchéance, son amour pour son pays, ses paysages, ses jardins mais surtout ses arbres, tous les arbres, ceux de la forêt, ceux qui bordent les routes ou ornent les parcs et jardins … Son pays c’est le Japon éternel, le Japon qui n’a pas oublié ses traditions, le Japon des rites et des temples, le Japon tapi au pied du Mont Fuji et surtout le Japon de sa ville, le Japon de Kyoto qu’il a glissée dans l’une des nouvelles de son recueil.

 

Ce recueil comporte aussi la constante nostalgie que Kawabata exprime dans ses textes, la nostalgie du temps de la jeunesse qu’il évoque souvent en creux en décrivant la vieillesse et l’approche de la mort. Dans certaines des nouvelles ici présentées, le monde des vivants côtoie celui des morts jusqu’à s’y confondre. Croire que la vie perdure au-delà de la vie terrestre est une façon de rejeter l’idée de mort et de fin, la vie continue sous un autre forme dans l’après, mais ne s’arrête pas définitivement. Les morts accompagnent les vivants dans leur parcours terrestre pour les guider à travers les dédales de la déchéance. Les évocations de la dégradation des corps sont très nombreuses dans ces textes : perte de la mémoire ou de la parole, recherche des souvenirs d’enfance,… on comprend bien cette nostalgie quand on imagine les jeunes filles que le maître décrit : « La jeune fille était une élève de dix-sept ans qui ne portait ni maquillage ni parfum : cette odeur était la sienne, tout simplement, celle de son corps, et non de ses cheveux. Une odeur fragile, mais en toute saison Amiko embaumait la voiture. Jamais Mitsumura n’avait connu cela avec une autre femme ».  Kawabata ne pouvait supporter de quitter un monde peuplé de telles créatures et on le comprend aisément.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

billamboz denis 16/02/2015 19:56

Armelle, Philippe,

J'abonde, j'ajoute juste l'élégance dans toues les acceptions du terme. Il figure au panthéon de mes écrivains préférés avec quelques autres seulement.

armelle 17/02/2015 10:13

Denis, absolument d'accord pour l'élégance. Kawabata est un prosateur poète.

Lassire Philippe 16/02/2015 17:37

Armelle, les peintures esquissées par Kawabata, si elles sont d’une surprenante simplicité, n’en sont pas moins puissamment évocatrices et d’une grande beauté. Kawabata réussit avec une étrange facilité à nous donner des moments de vies saisis au vol et des histoires dont l’on ne sait plus bien si elles appartiennent à la réalité ou au rêve.

armelle 16/02/2015 19:51

Tout à fait d'accord Philippe.

armelle 16/02/2015 13:35

J'aime beaucoup cet auteur, sa poésie, sa mélancolie, son souci du moindre détail, sa sensualité et une désespérance qui s'explique face aux bouleversements trop radicaux et rapides de ce qu'il convient d'appeler la modernité ambiante et mondiale. Vieille civilisation très attachée à ses traditions, le Japon vit souvent cette modernité comme une agression et se tourne vers le passé avec nostalgie.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche