Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 09:19
Les trois lumières de Claire Keegan

Encore un livre issu de la riche production irlandaise, un livre qui respire bon l’Irlande profonde, l’Irlande des campagnes, l’Irlande qui a connu, à certaines époques, bien des difficultés pour nourrir ses enfants. Claire Keegan construit dans ce petit roman une histoire en forme de témoignage sur ce problème si bien illustré dans le film « Magdalena Sisters ».

 

 

                                                      Les trois lumières

                                               Claire Keegan ( 1968 - ….)

 

 

Oui, un bon texte venu d’Irlande où les feuilles poussent aussi drues que le trèfle dans les prairies, un texte un peu elliptique, allusif, qui décrit un monde en équilibre précaire, un moment de la vie d’une fillette où tout va basculer, à travers ce que voit et comprend cette gamine qui va, au cours d’un été, sortir de l’enfance. « La  Pétale », comme l’appelle le mari de la famille où elle est accueillie, fait partie d’une nombreuse fratrie appartenant à un couple de pauvres fermiers irlandais qui parvient difficilement à nourrir toute sa marmaille, aussi  quand un nouveau bébé s’annonce pour le début de l’automne, il décide de placer, pour la durée de l’été, une de leur fille chez d’autres fermiers plus fortunés qui n’ont pas ou plutôt plus d’enfant.

 

La fillette, qui n’est pas encore pubère au début de l’été, débarque dans cette famille comme un potache dans un collège. Elle est très intriguée, elle découvre un confort qu’elle ne connait pas, elle essaie de ne pas mal faire pour ne pas déranger, pour être acceptée et pour ne pas infliger la honte à ses parents. Elle est surtout surprise de l’amabilité et de l’affection qu’elle reçoit de la part de ses hôtes, on comprend bien qu’elle n’est pas habituée à un tel traitement chez elle. Mais progressivement, ses sens s’éveillent, sa gêne et son appréhension s’effilochent, elle perçoit mieux ce qui se trame autour d’elle, ce que personne ne dit ou ce qu’on évoque qu’à demi-mots sans jamais l’exposer réellement. Elle comprend, et nous avec elle, que cette famille en apparence si équilibrée, si attentive, si affectueuse, a elle aussi ses failles et ses secrets même si elle refuse de l’avouer. Quand viendra la fin de l’été, elle aura fait un grand pas vers la maturité, elle n’aura pas tout compris ce qui est tu dans cette famille, mais elle aura découvert des sentiments et des comportements qu’elle ne connaissait pas jusqu’alors.

 

C’est un tout petit livre que nous propose Claire Keegan, un roman pour l’éditeur, une grande nouvelle pour certains lecteurs, peu importe, c’est un joli texte que j’ai bien aimé car l’auteur s’est contenté de n’écrire que ce que la fillette ressent et c’est au lecteur, à partir de ce matériau, de reconstituer l’histoire qu’elle a vécue au cours de cet été qui l’a vue sortir de l’enfance pour devenir une adolescente. Il y a une grande finesse dans la manière dont l’auteur conduit son récit, il nous donne juste ce qu’il faut, juste ce que la fillette peut comprendre, pour que nous construisions l’histoire qu’on pense avoir devinée. Nous n’aurons certainement pas tous bâti la même histoire, mais peu importe, ce qui compte c’est ce que la fillette a ressenti et ce qu’elle est devenue.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Pascal 09/03/2015 12:22

Salut Denis,
J'imprime pour Agnès que cela peut intéresser. J'espère que tu te portes comme le Pont-Neuf. Très occupé pendant les 15 jours des vacances de février où j'allais chaque soir retrouver ma femme et nos deux plus jeunes enfants chez ma belle-mère qui a une maison agréable avec un grand jardin dans les Yvelines. Mais je vais reprendre mes habitudes et venir plus régulièrement vous faire un petit coucou à toi et Armelle.

billamboz denis 13/03/2015 14:45

Hello Pascal !

Je suis passé au bout du Pont Neuf mardi soir mais il était un peu plus vaillant que moi, je venais du Carrefour de l'Odéon et j'allais gare de Lyon avec ma valise à la main, petite la valise,et j'avais déjà bien marché la veille, j'avais les jambes un peu lasses. j'ai pris l'habitude de beaucoup me déplacer à pied dans Paris pour bien m'imprégner de cette ville que j'aime bien même si je ne voudrais pas y vivre à temps plein.

Si Agnès, trouve ce livre, je suis convaincu qu'elle l'aimera. Amitiés à elle et à toi !

Denis

Edmée De Xhavée 09/03/2015 10:30

Le genre de livre qui me ravirait, je le sais! Merci de l'avoir évoqué...

billamboz denis 13/03/2015 14:46

Edmée,

Je peux te l'envoyer, si tu le souhaites.

Bisou !

Denis

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche