Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 08:01
Le cuisinier de Talleyrand de J.Chistophe Duchon-Doris

Lire un polar qui met en scène le grand Antonin Carême ne peut que mettre l’eau à la bouche et, même, si le roman policier laisse un peu le lecteur sur sa faim, la partie gastronomique ravira même les moins gourmands.

 

 

                                              Le cuisinier de Talleyrand

                         Jean Christophe Duchon-Doris (1960 - ….)

 

 

En passant par Valençay, sur le parcours de mes vacances, je me suis un jour arrêté pour visiter le château du célèbre Prince de Bénévent, Charles-Maurice de Talleyrand, et j’ai acheté ce livre de Duchon-Doris rien que pour goûter, par l’imagination, la cuisine d’un des pères de la gastronomie française : Antonin Carême. J’ai dégusté ce livre qui évoque bien évidemment les belles recettes, l’immense talent et la géniale créativité du grand maître queux mais aussi une enquête policière devant élucider un crime odieux perpétré dans le foisonnement d’intrigues entourant les négociations du traité de Vienne qui essayait de dessiner la  nouvelle l’Europe après la déroute napoléonienne.

 

Un beau matin d’automne 1814, un rôtisseur de la batterie d’Antonin Carême est sauvagement assassiné alors qu’il se rend à Schönbrunn pour une raison inconnue de tous, ou presque, les circonstances du crime semblent accabler le célèbre cuisinier ; l’inspecteur Vladeski de la police de l’empereur d’Autriche est chargé de retrouver le meurtrier et de dénouer l’intrigue qui se dissimule derrière ce crime. Il se lie progressivement d’amitié avec le maître queux, séduit, comme beaucoup d’autres, par son immense  talent culinaire.

 

Ce roman policier n’est hélas pas aussi goûteux que la cuisine proposée par celui qui a donné son titre au livre ; le texte est beaucoup trop délayé, des descriptions multiples, parfois sans rapport avec l’intrigue, encombrent le déroulement de l’enquête, rompent le rythme du récit et la narration de diverses péripéties émaillant le Congrès ne restent pas seulement des éléments contextuels mais font aussi partie du récit comme si l’auteur voulait écrire un essai sur cette période clé de l’histoire de l’Europe. Par ailleurs, à chaque changement chapitre, Duchon-Doris prend le temps de camper le décor, coupant ainsi trop souvent le rythme de l’enquête, ces éléments contextuels sont certes indispensables au roman mais ils sont trop souvent  hors sujet. Les fêtes et les bals inondent le texte, les descriptions des réceptions, des toilettes et de multiples autres choses finissent par lasser le lecteur qui accepterait volontiers quelques coupures aérant ce narratif touffu.

 

Dommage car ce roman reste un bon polar historique qui ravira sans doute les disciples de Clio. Ceux-ci pourront, à sa lecture, réviser l’histoire de notre continent et découvrir les fondations de l’Europe du XIXe siècle et même d’une partie du XXe avant que les deux guerres modifient une nouvelle fois la géographie européenne. A trop vouloir en dire, l’auteur a noyé nombre de lecteurs, comme moi, qui ont navigué entre l’intrigue policière, le roman historique, la description de la Vienne impériale et les apartés gourmands avec le grand maître queux.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Pascal 22/04/2015 12:15

Salut Denis,

Tu nous invites à table et quelle table ! Le menu est à combien ?

billamboz denis 27/04/2015 11:35

Attention, il peut y avoir du sang et des morts mais les menus méritent qu'on prenne ce risque.
Amitiés Pascale et bientôt !

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche