Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 09:34
Nue de Jean-Philippe Toussaint

Je regrette vivement de vous présenter un opus de la tétralogie de Marie écrite par Jean Philippe Toussaint en choisissant le dernier, j’ai lu le premier il y a beaucoup trop longtemps pour vous en parler valablement et je n’ai pas encore lu les deux autres. Je compte bien vous les présenter un jour, toujours dans le désordre, ils peuvent-être lus indépendamment les uns des autres.

 

 

 

                                                         Nue

                                    Jean Philippe Toussaint (1957 - ….)

 

J’avais laissé le narrateur et Marie à Tokyo pour une séparation complexe, peu conventionnelle, qui semblait inéluctable entre deux personnages que le texte montrait très différents, lui anonyme, transparent, impersonnel qui ne semble vivre que dans l’ombre de Marie, que pour Marie, fasciné, subjugué, éclaboussé par cette femme qu’il dépeint comme exceptionnelles, rare, unique : « Marie, femme d’affaires, Marie, chef d’entreprise, qui signait des contrats et faisait des transactions immobilières à Paris et en Chine, qui connaissait le cours du dollar au quotidien et suivait l’évolution des places boursières, Marie, créatrice de mode, qui travaillait avec des dizaines d’assistants et collaborateurs dans le monde entier, Marie, femme de son temps, active, débordée et urbaine… ». Et Marie, la femme fragile, aérienne, dont  «l’ innocente lubie de se promener à poil à la moindre occasion, … était comme sa signature, ou son chiffre secret… »

 

Avec ce texte Jean Philippe Toussaint boucle la tétralogie de Marie qu’il avait inaugurée avec  « Faire l’amour », où le héros anonyme se séparait, à Tokyo, de la jeune femme, ou c’est plutôt elle qui se séparait de lui. Dans « Nue », le narrateur raconte, avec toute l’élégance et la finesse qui sont les siennes, qu’il a retrouvé Marie et comment il voudrait la reconquérir tout en douceur, très progressivement, bribe par bribe, morceau par morceau, objet par objet, afin de se réinstaller dans sa vie. Il se souvient aussi comment, de manière fortuite, il avait assisté quelques années au préalable, sans s’en douter, à la rencontre de Marie et de son nouvel amour. C’est seulement au moment de reconquérir Marie qu’il comprend comment il l’a perdue.

 

Comme tout livre de Toussaint, du moins ceux que je connais, ce texte est un bijou de littérature, une caresse verbale écrite pour attendrir Marie et la convaincre de partager à nouveau la vie du narrateur que nous ne connaitrons jamais, être impersonnel, transparent, sans relief ni caractère, vivant d’on ne sait quoi, seulement un amoureux subjugué. Mais, avec sa plume de velours, l’auteur sait aussi égratigner ce monde factice et puéril qui gravite autour de Marie, ce monde qui ne sait pas aimer cette fille et l’apprécier à sa juste valeur, ce monde qui a perdu le sens des valeurs réelles et de l’amour pur pour se complaire dans les apparences.

 

Jean Philippe Toussaint a la capacité de transformer l’écrit abstrait en images tangibles, vivantes, à entraîner le lecteur au cœur de son récit, dans des lieux qu’il décrit avec minutie ; on peut suivre ses personnages pas à pas dans l’univers de son héros de Paris à Tokyo en passant par l’Ile d’Elbe, et  dans son récit qui avance au rythme de ses descriptions minutieuses, précises et très détaillées. On peut ainsi suivre l’amoureux transi et sa belle comme on suit les personnages de Modiano dans les rues de Paris. Toussaint le confesse lui-même son monde est visuel : « Je l’ai su par l’image de façon subliminale, comme si l’invisible était entré dans ma vision, et l’éternité dans le temps. Je me rendis compte alors que tout ce que je vivais d’important dans ma vie était toujours transformé en images dans mon esprit…. »

 

Denis BILLAMBOZ

 

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

armelle 27/04/2015 11:53

Moi aussi ce livre m'interpelle. Cet amour fou et aveugle a quelque chose de touchant et de dérangeant. Et le style est parait-il caressant. Alors ?

billamboz denis 27/04/2015 12:05

Jean Philippe Toussaint a surtout une des plus belles écritures de la littérature contemporaine, c'est ce que disent ses admirateurs.Il a notamment publié une tétralogie qui raconte la séparation d'un couple et sa reconstruction : "Faire l'amour", "fuir", "La vérité sur Marie" et "Nue". J'ai lu "Faire l'amour" il y a déjà longtemps, je vous propose un commentaire de "Nue", je lirai bientôt "Fuir", il me reste à trouver "La vérité sur Marie".

Edmée De Xhavée 27/04/2015 11:50

Je ne connais pas du tout mais... ça me parle. Sauf que je me demande ce que Marie peut faire avec cet homme si transparent... mais il arrive que la transparence soit à la fois reposante et non menaçante quand soi même on a tant de couleurs!

billamboz denis 27/04/2015 11:54

Edmée, c'est le quatrième tome d'une tétralogie qui raconte comment une femme a quitté son homme et comment il l'a reconquise. Le premier tome raconte la rupture et le dernier la réconciliation, je n'ai pas encore lu les eux autres, j'en ai un dans ma pile à lire dans les semaines à venir. Je vous tiens au courant.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche