Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 08:14
Le dynamiteur de Robert Louis Stevenson
Le dynamiteur de Robert Louis Stevenson

Cette semaine, je vous propose un bon en arrière dans le temps, en retournant à la fin du XIXe siècle à une époque où les beaux textes fleurissaient comme les fleurs au printemps. Je pense que je vais en surprendre plus d’un avec ce texte de Robert Louis Stevenson tellement loin de « L’île au trésor ». Vous découvrirez ainsi une autre face de l’œuvre de cet auteur et un mouvement littéraire à peu près oublié de tous.

 

 

                                                 

                                         Le dynamiteur

                             Robert Louis Stevenson (1850 – 1894)

 

 

 

La lecture de ce texte de Stevenson me laisse assez perplexe et je ne semble pas être le seul dans ce cas ; en effet, certains parlent de recueil de nouvelles, d’autres d’une trilogie de récits, …, pour ma part je parlerais plutôt d’un récit, comme une ébauche de roman, composé de plusieurs parties plus ou moins disparates mais tout de même réunies dans un même objectif littéraire. L’édition que je possède comporte  une sorte de préambule de Dominique Fernandez que j’apprécie globalement mais je ne suis pas d’accord sur tout ce qu’il avance, ou plutôt, j’ajouterais certaines choses qu’il n’évoque pas. Pour plus de clarté, je voudrais reprendre l’histoire de ce texte ; en 1883, Stevenson malade est à Hyères avec sa femme qui lui raconte chaque matin une histoire digne des «  Mille et une nuits ». Rentrés en Angleterre en 1885, à court d’argent, le couple décide de  reprendre ces récits et d’en faire un ouvrage qui paraîtra la même année. Le résultat est assez étonnant, et même surprenant, il faudrait, dans un creuset, mixer l’imagination de Ponson du Terrail, Villers de l’Isle-Adam et Le Fanu, pour reproduire le texte dans son intégralité. Le risque, dans un tel projet, est d’accoucher d’un texte hétéroclite, rocambolesque, manquant de cohérence, il faut tout l’art de Stevenson pour donner un semblant de crédibilité et de cohésion à cet assemblage audacieux.

 

 

 

Dans une taverne de Londres, trois amis, tout aussi désargentés, se rencontrent et décident de se jeter dans la première aventure venue pour provoquer dame fortune. Challoner rencontre, dans des circonstances étonnantes et détonantes, une jeune femme qui lui raconte le parcours époustouflant qu’elle a dû accomplir pour arriver à Londres en essayant d’échapper aux Mormons qui la poursuivent depuis que ses parents ont voulu quitter l’Utah. Somerset est séduit par une vieille femme encore élégante qui lui prête son hôtel pendant son absence, il y rencontre d’étranges personnages aux activités apparemment louches. Desborough, quant à lui, tombe sous le charme de sa nouvelle voisine qui lui conte l’épopée extraordinaire qu’elle a accomplie pour s’évader de Cuba et rejoindre l’Angleterre avec une cassette de pierres précieuses que lui contestent d’autres héritiers de son mari. Ces histoires sont bien évidemment incroyables, impossibles, impensables, mais nos braves citoyens plongent tout de même dedans avec une grande naïveté qu’ils comprendront quand, un beau jour, ils se retrouveront dans le même bar avec la conteuse d’histoire qui les a embobinés pour, grâce au talent de l’auteur, réunir ces aventures rocambolesques en une histoire plus plausible.

 

 

 

Dominique Fernandez voit dans ce livre la transition entre le roman policier et le roman d‘investigation et aussi l’inspiration d’auteurs comme Conrad qui ont fait vivre les grands espaces. J’ai pour ma part une autre lecture qui ne remet en rien en cause l’étude des personnages faites par Dominique Fernandez. Mon assiduité littéraire m’a conduit, il y a quelques années, à la découverte des illusionnistes, plus particulièrement de Villiers de l’Isle-Adam et de Georges Rodenbach, après avoir lu « L’Eve future » et « Bruges la Morte », et j’ai eu la très nette impression qu’il existait des liens évidents entre ces deux romans et « Le dynamiteur ». On retrouve dans les trois textes ce goût de l’illusion, le désir de faire vivre des personnages fictifs pour se donner, ou simplement donner, l’illusion qu’ils existent  : la femme idéale désirée, la femme disparue qui revit sous les traits d’un sosie et, dans « Le dynamiteur » toute une galerie de personnages grimés, déguisés, transfigurés, travestis, afin de tromper nos pauvres bougres et l’ensemble de la société qui les entoure. « Le dynamiteur » a été publié en 1885, « L’Eve future » en 1886 et « Bruges la morte » en 1892, ma théorie pourrait tenir debout et mes lectures m’inclinent à penser qu’il y un lien réel entre ces trois œuvres qui jouent sur l’illusion pour construire leur intrigue et inviter le lecteur à se méfier des apparences de la vie qui peuvent masquer des  réalités parfois bien différentes de ce qu’on voit.

 

 

Il y a, par ailleurs, d’autres choses à retirer de cet amas d’aventures « abracadabrantesques » mais je laisserai les lecteurs suivants en parler, je me contenterai de souligner son extrême proximité avec l’actualité que nous connaissons, marquée par l’horreur des bombes qui explosent au hasard massacrant des innocents et notamment des enfants. A ce sujet, Robert Louis Stevenson propose un dialogue surréaliste entre le dynamiteur et celui qui veut le raisonner en lui faisant comprendre l’ignominie de son geste tout en se heurtant au cynisme le plus froid, un cynisme que ne renieraient certainement pas les dynamiteurs actuels.

 

 

Denis BILLAMBOZ

 

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche