Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 07:49
Rosette Photo

Rosette Photo

Depuis que j’ai assisté à l’un de ses spectacles, je souhaitais connaître plus intimement Laura Rabia, artiste lyrique dont il émane une force spirituelle et artistique d’une rare intensité. Chanteuse et chef de chœur, elle est depuis 2002 la directrice  artistique de l’ensemble vocal de Trouville-sur-Mer et a su fédérer autour d’elle une maîtrise unie et talentueuse qui se produit régulièrement dans des spectacles divers et toujours de grande qualité. Laura avait accepté mon invitation et nous avons pu, durant quelques heures, survoler nos vies, proches par la sensibilité ; la poésie et la musique ayant toujours fait bon ménage grâce à leurs multiples accointances : l’une poésie des mots, l’autre poésie des sons, toutes deux sans doute le langage le plus en phase avec le cœur de l’homme.

 

Laura Rabia est née à la musique, enfant. Petite fille, elle aspirait à créer une langue universelle qui lui permettrait de se faire comprendre des hommes de la terre et des animaux, dont elle se sent si proche. Ce langage ne pouvait être que la musique. Un accident allait également la mûrir et lui conférer une force intérieure qui contribuera à mûrir son talent, à le faire progresser et à l' accomplir en tant qu’artiste qui, bientôt, au solfège, au chant, au piano, ajoutera la danse classique et moderne, soulignant ainsi le chant lyrique par une gestuelle sobre et expressive.

 

A dix ans, elle entre à la Maîtrise de Radio-France qui lui offre une formation complète. Aussi deviendra-t-elle sans tarder soliste dans de nombreuses œuvres classiques, baroques et contemporaines dirigées par des chefs prestigieux, tel Lorin Maazel dans la production de « Carmen ». Élève de Jacqueline Landowski, elle obtient à l’unanimité une première médaille en audition publique au CNR de Boulogne dans la classe de Geneviève Ibanez. A 16 ans, remarquée au Centre d'art polyphonique par le directeur musical Philippe Caillard qui l'invite au « congrès des chefs de choeur », elle associe à sa passion du chant celle de la direction de chœur et devient l’assistante du chef de chœur et d’orchestre anglais Robert Weddle, collaborant à la fondation de la Maîtrise de Caen et aux montages des grandes œuvres classiques comme le « Messie » de Haendel, le « Tombeau » de Couperin, le « Requiem » de Maurice Duruflé ou « Elias » de Mendelssohn avec le choeur adulte « Oratorio ». Responsable des chorales de jeunes, elle monte des programmes romantiques et dirige des œuvres remarquables comme notamment le « Stabat mater » de Pergolese pour créer des passerelles musicales en synergie avec l'orchestre des jeunes du conservatoire de Caen.

 

 

De retour à Paris après cette riche expérience caennaise, elle est nommée par le directeur de la musique de Radio-France au poste de professeur spécialiste du chant  choral et participe durant 7 ans à la création d’œuvres contemporaines, souvent très difficiles, commandées par la radio. C’est elle qui ouvre l'univers de l'opéra aux jeunes « Maitrisiens » de Radio France, créant une classe d’expression vocale et corporelle. Avec eux, elle réalisera « l'Enfant Musique » de Roger Calmel et « Le Paradis des chats » de Vladimir Kojoukharov à Radio France, programmé de nouveau au grand concert du cinquantenaire de la Maîtrise au Théâtre des Champs-Elysées, qui sera un grand succès. Chef de chant à l’Opéra de Paris, cette musicienne passionnée se consacre sans relâche à cultiver son goût pour les projets novateurs. C’est ainsi qu’en janvier 2002, elle accepte de succéder à Madame Marguerite Rioult à Trouville-sur-Mer et débute sa première saison par le » Requiem » de Fauré en mai 2003 lors du jumelage de Trouville avec Barnstaple en Grande-Bretagne, en présence de la présidente du Comité de jumelage Annie Paranthoine. Grâce à la ville de Trouville, elle parvient à développer sa mission artistique à destination des jeunes et les exhorte à la découverte des spectacles vivants, stimulant leur créativité et inventivité avec la production de « Une histoire de Starmania » ou encore « ETADAM' ».

 

 

Depuis, Laura Rabia ne se lasse pas de produire et de donner  des programmes du répertoire, ainsi le « Requiem de John Rutter » avec Baptiste-Florian Marle Ouvrard à l’orgue en 2005, la « Petite messe solennelle de Rossini » en 2009 avec des talentueux et jeunes artistes lyriques tel que Cyrille Dubois, récompensé cette année aux Victoires de la Musique, coopérant ainsi, avec brio, au rayonnement de la culture dans le pays d’Auge, et à Trouville en particulier. Soutenue par sa merveilleuse accompagnatrice Marie-Pascale Talbot et l’enthousiasme de son ensemble vocal, elle souffre parfois de ne pas avoir les moyens de réaliser pleinement ses ambitions, mais maintient, par son exigence et sa compétence, ce chœur lyrique à un haut niveau dont les Trouvillais, dont je suis, ne peuvent que lui être reconnaissants. Cette femme, pétrie de culture musicale et artistique, sait communiquer sa passion, sa force, son désir de toujours aller plus profond, ce qui est l’exigence même des artistes authentiques qui ont vocation à produire le beau et le rare.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter le précédent article consacré à Laura RABIA, cliquer sur son titre :

 

LAURA RABIA ET SON CHOEUR LYRIQUE

 

Et pour prendre connaissance des articles de la rubrique CULTURE, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Rosette Photos
Rosette Photos

Rosette Photos

Rosette photo

Rosette photo

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CULTURE
commenter cet article

commentaires

Alain 24/06/2015 17:39

"Survoler nos vies" voilà une belle expression signée Armelle ! C'est un bonheur sans fin de se laisser emporter par des voix. Quant à mettre le Requiem de John Rutter à son répertoire est bien la preuve d'une Artiste qui ne choisit pas la facilité, donc une personnalité d'une grande exigence. Bonne soirée à vous tous.

armelle 24/06/2015 13:59

Oui, Sandrine, la voix humaine fait vibrer en nous toutes sortes d'émotions et éveille des échos d'une grande profondeur.

Sandrine L. 24/06/2015 13:52

Très joli portrait, subtil, de cette artiste lyrique que je découvre ici. Vivant aujourd'hui en montagne, loin des grandes villes, je reconnais que certaines manifestations culturelles me manquent un peu. L'art lyrique - la voix féminine, notamment les contraltos - me fait pleurer. Il y a de l'émotion, bien sûr, à écouter la beauté mais il y a aussi quelque chose de physiologique, certaines fréquences du son faisant vibrer en soi toutes les cellules à l'unisson. C'est très étrange mais c'est toujours une source d'émerveillement.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche