Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 07:22
Jardins de papier d'Evelyne Bloch-Dano

Lorsqu’un auteur m’invite à le suivre dans un univers de jardins, de senteurs, de richesses bocagères, miroir qui reflète le tableau le plus ouvragé, le plus naturel, le plus bucolique qui soit, je lui emboîte bien volontiers le pas. Comment résister au charme envoûtant de jardins aussi divers que ceux proposés par Evelyne Bloch-Dano qui nous convie non seulement à les visiter dans leur multiplicité, mais à partager avec quelques écrivains leurs jardins imaginaires, jardins de papier qu’elle nous aide à déchiffrer dans leur beauté cachée, incitant le lecteur à flâner un moment dans ces « cloîtres de papier ».

 

Oui, grâce à elle et à sa plume fleurie, nous lisons tout en respirant l’odeur d’une terre mouillée, en écoutant le bourdonnement d’une abeille ou le battement d’ailes d’un pigeon, et nous nous promenons voluptueusement dans ce livre comme dans un parc, celui où notre enfance se recueille encore. Du jardin des origines, à l’aube de l’humanité, lorsque la terre était un vaste univers minéral et végétal baigné d’eau océane, aux jardins bibliques que nous évoquent les textes sacrés, enfin à ceux d’Homère et de Nausicaa, nous allons parcourir des lieux en son aimable compagnie, contemplant successivement les jardins médiévaux où le potager était encore inséparable de la maison, ceux de la Renaissance qui illustrent une philosophie de l’existence et un art de vivre, pour s’arrêter longuement dans les jardins à la Française, plantés de jasmins rosés et d’orangers, de Versailles, Vaux-le-Vicomte, Chantilly, comble de la civilisation avec leurs parterres de broderies florales, leurs miroirs d’eau et leurs perspectives allongées à l’infini. Oui, un parcours illustré de descriptions enchanteresses où l’imagination vacille comme débordée par tant de majesté. Et nous n’avons pas tout vu : les jardins à l’anglaise m’apparaissent comme un point d’orgue, étant de tous les jardins du monde ceux que je préfère, grâce à leur désordre harmonieux, à l’alliance de leurs couleurs, aux sous-bois empreints de rêverie.

 

Mais les jardins de roman n’en ont pas moins leur séduction, lorsque Jean-Jacques Rousseau nous y emmène en apôtre des sources et des bois, complice du ravissement provoqué par la sensualité végétale, les berceaux enjolivés de bosquets et buissons, les baies sauvages et les guirlandes odorantes de liserons et de chèvrefeuilles. On musarde aussi volontiers à Nohant auprès de George Sand, au cœur de cette bohême qu’elle entendait conserver  « afin que corps et esprit ne soient pas séparés », puis nous cuillerons la fleur sans parfum du « Lys dans la vallée », simplement belle et délicate, précieuse et intouchable, avant de nous égayer dans quelques jardins provinciaux fleuris de parterres et ombrés de tilleuls et d’acacias. Nous apprécierons ensuite les jardins réanimés par Marcel Proust, isolé dans son arche de liège, dont la plume sait nous enivrer de l’odeur sucrée des aubépines du jardin de l'enfance qui serpente encore aujourd’hui à Illiers-Combray, avant de passer un moment avec  André Gide dont « La porte étroite » s’ouvre sur l’herbier de la Roque-Baignard, enfin ce sera auprès de Colette que nous nous reposerons en ses mille et un jardins gavés de senteurs botaniques, dont celui de « La treille muscate », des roses et volubilis pieusement arrosés par Sido, lieu privilégié à l’éclosion de la vie que l’auteur des « Vrilles de la vigne » savait si bien nous décrire avec des mots évocateurs empreints de saveurs multiples.

 

Pour mettre fin à ce pèlerinage, nous serons auprès de Christian Bobin dans un clos peuplé d’oiseaux qui ignorent l’existence du mal, un abri tranquille que l’auteur du « Très-bas » s’emploie à chanter en soulignant l’attrait des petites choses et des joies simples, ce réel infinitésimal qui seul protège du désastre. Alors louange soit faite au brin d’herbe et à la charmille et  à ce voyage ensorcelant dans des jardins de rêve et des rêves de papier.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

jardin à la française

jardin à la française

jardin à l'anglaise

jardin à l'anglaise

à Nohant auprès de George Sand

à Nohant auprès de George Sand

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CULTURE
commenter cet article

commentaires

Alain 12/08/2015 18:35

Une belle page qui va satisfaire les amoureux des jardins. De la nature, aussi. Par ici nous sommes également très gâtés par quantités de jardins extraordinaires, privés et publics. Quelque soit la saison, j'admire cette belle nature ses richesses et ses beautés qui me comblent chaque jour davantage. Bonne soirée à vous tous. À bientôt Armelle.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche