Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 07:47
Villequier et la maison Hugo-Vacquerie  et l'abbaye de Saint-Wandrille
Villequier et la maison Hugo-Vacquerie  et l'abbaye de Saint-Wandrille

Villequier et la maison Hugo-Vacquerie et l'abbaye de Saint-Wandrille

Alors que la saison enflamme les forêts et voit les lumières se voiler comme une lampe sous son abat-jour, j'avais envie d'une promenade en Normandie et pourquoi pas à Villequier où, dans une boucle harmonieuse de la Seine, la famille Vacquerie possédait une résidence entourée d'un jardin, lieu devenu plus romantique que le nom de la famille Hugo s'est joint à celui des Vacquerie lors des épousailles de la jeune Léopoldine, fille aînée de Victor, avec Charles Vacquerie. Marié en février 1843, le jeune couple se noie le 4 septembre de la même année lors d'une promenade en barque aux alentours de leur maison. Celle-ci, neuve et mal lestée, s'était retournée et Léopoldine ne savait pas nager. Malgré les efforts de son mari pour tenter de la sauver, ils sombrèrent tous les deux. Ce drame liera étroitement les deux familles et Madame Hugo viendra souvent séjourner auprès de ses amis avec ses quatre enfants, d'autant que Léopoldine et son mari sont enterrés dans le cimetière voisin. Hugo, dont c'était sans doute l'enfant préférée écrira :

 

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends,
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne,
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.
Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.
Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

La maison Hugo-Vacquerie, le village et les tombes de la famille Hugo
La maison Hugo-Vacquerie, le village et les tombes de la famille Hugo
La maison Hugo-Vacquerie, le village et les tombes de la famille Hugo

La maison Hugo-Vacquerie, le village et les tombes de la famille Hugo

Ici, tout est beau. Le silence de ce petit village avec sa rue parallèle au fleuve ; la Seine, au loin, déroulant son lent et long ruban gris ou bleu selon les endroits, cela dans une immuable douceur de vivre ; son église avec sa nef en coque de navire et ses vitraux du XVIe siècle, enfin son cimetière qui la ceint comme une couronne et où reposent, non seulement Léopoldine et son époux, mais Adèle Foucher, la femme de Victor Hugo, et sa plus jeune fille morte en 1915 dans un asile où elle était internée depuis de longues années. On aime à s'attarder sur un banc pour voir couler le fleuve aux courbes paresseuses avec, à l'horizon, quelques falaises blanches et les hêtraies touffues appuyées à des vallons qui forment depuis la nuit des temps un paysage inchangé.

 

Non loin se trouve l'abbaye de Saint-Wandrille, haut lieu touristique, fondée au VIIe siècle par un ministre du roi Dagobert épris de solitude, qui souhaitait se retirer en un endroit propice au recueillement et à la prière. Il fixera son choix sur ce paysage de prairies et forêts où tout semble s'harmoniser pour transmettre à chacun la plus parfaite sérénité. Au XIIIe siècle, l'abbaye connut son apogée et il n'y avait pas moins de 300 moines à partager leur existence entre la prière, le travail  manuel et culturel. (Aujourd'hui l'abbaye compte trente moines )

 

Promenade normande : Villequier et Saint-Wandrille
Promenade normande : Villequier et Saint-Wandrille

L'abbatiale, comme celle de sa voisine Jumièges, était alors une véritable cathédrale qui sera peu à peu démantelée à la Révolution par des hommes qui feront de cette merveille une carrière de pierre. Les moines en reprendront possession en 1894. En 1969, après bien des vicissitudes et des difficultés administratives, la communauté monacale acquiert une ancienne grange seigneuriale qui, démontée et remontée pièce par pièce, devient la nouvelle église, superbe par ses proportions et sa simplicité, où l'on peut admirer une descente de croix médiévale d'une extrême beauté. De même que le cloître, splendide dentelle de pierre mi-gothique, mi-Renaissance, dont les remplages assurent un décor toujours différent. Les lumières du soir donnent à ce paysage de pierre certi dans un décor bucolique une splendeur exceptionnelle qui incite à la contemplation. Il y a ainsi, autour de nous et proche de nous, des lieux élus qui nous rappellent qu'il arrive à l'homme de composer avec Dieu.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique ESPRIT DES LIEUX, cliquer  ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

L'ancienne abbatiale et le cloîtreL'ancienne abbatiale et le cloître

L'ancienne abbatiale et le cloître

La nouvelle église et la descente de croix
La nouvelle église et la descente de croix

La nouvelle église et la descente de croix

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ESPRIT des LIEUX
commenter cet article

commentaires

armelle 05/09/2016 19:02

Oui, Alain, la Normandie recèle de multiples trésors, naturels et architecturaux. Une belle province comme de nombreuses autres en France et la vôtre en particulier, Alain, dont vous savez parler avec la langue des poètes.

Alain 04/09/2016 21:18

Cette façon magnifique, qui est la vôtre, de nous faire profiter des trésors de votre région. Une bien belle page. J'ai eu la chance de me rendre à Villequier en 1988, pour une naissance. J'avais à l'époque un couple d'amis qui y résidait. Agnès nous avait fait profiter de ces merveilles. Ce dont je suis certain, c'est que la pluie du matin offrait une odeur toute particulière qui montait de la terre mouillée. Douce et entêtante à la fois.

Loic 22/10/2015 14:51

Pour connaitre ces lieux, je partage votre sentiment de beaute et de serenite.

Edmée De Xhavée 19/10/2015 20:19

J'aime aussi les lieux qui enferment ainsi des souffrances apaisées par le temps. Non qu'alors les souffrances semblent dérisoires, mais qu'on sait qu'elles ne sont que "d'ici-bas", paisiblement ensevelies dans des albums de photos, des carnets, des tombes. Il y a tant de beauté aussi dans ce qui a fait mal... Il n'y a qu'à regarder les cimetières que l'arrachement ressenti a fait foisonner d'émotions de pierre dans ce que la nature peut offrir de serein, buissons, fleurs, pelouses, arbres vieux et gentils...

armelle 20/10/2015 10:05

"Il y a tant de beauté aussi dans ce qui a fait mal", je partage entièrement cette belle réflexion Edmée. La sérénité qui vient avec le temps se pare de cette beauté cachée et comme transfigurée.

Sandrine L. 17/10/2015 15:05

J'ai connu autrefois Frère Lucien, un vieux moine de Saint-Wandrille qui m'avait donné et béni un chapelet d'enfant de toutes les couleurs et que je possède toujours. Je me souviens qu'il était borgne. Je ne sais pas s'il est toujours en vie. Je l'aimais bien. Une messe dans l'église (une ancienne grange rénovée) vaut vraiment le détour. Les moines sont très actifs; certains d'entre eux se sont spécialisés dans la conservation des peintures et des oeuvres graphiques tandis qu'un laboratoire, dans l'un des bâtiments conventuels, se consacre à la numérisation de toutes sortes de documents. Un lieu emblématique.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche