Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 18:06
Elek Bacsik, un homme dans la nuit de Balval Ekel

Un livre bouleversant dans lequel Balval Ekel raconte comment elle a pu enfin mettre, à quarante-six ans, un nom sur son véritable père biologique qui était, hélas, déjà décédé dans la misère, victime de son imprévoyance et de son intempérance. C’était un musicien de jazz qui avait fait le tour du monde pour jouer avec les plus grands.

 

 

                                  Elek Bacsik : un homme dans la nuit

                                        Balval Ekel (1963 - ….)

 

 

Je suis resté un long moment ému après la lecture de ce livre qui est présenté comme un essai biographique sur la vie, les vies plutôt, tant il a vécu des moments d’existence très différents sous divers cieux, du guitariste et violoniste Rom Elek Bacsik, mais qui est surtout une longue et douloureuse quête identitaire de l’auteure, sa fille, qu’il n’a jamais connue (derrière le pseudonyme d’Ekel, il n’est pas bien difficile de reconnaître Elek le prénom du père). A quarante-six ans, Balval Ekel découvre qu’elle est la fille de ce musicien de jazz et comprend enfin tout ce qui la différencie des autres enfants de sa fratrie. Elle rompt avec sa famille qui lui a toujours menti et n’a jamais voulu répondre à ses questions. « Tous, grands-parents, oncles, tantes et ma mère surtout ont été complices de ce crime qu’on banalise parfois sous le nom de secret de famille. Et puis un jour, au cours d’une émission sur l’acteur Patrick Dewaere, l’aveu de sa mère révèle les mystères de la mienne ».

 

 

A travers les efforts colossaux qu’elle déploie pour récupérer des bribes d’information : témoignages, pochettes de disques, articles de presse et tous autres documents où peut apparaître le nom de celui qui est son vrai père biologique, on suit le douloureux parcours que cette femme a emprunté pour tenter de connaître sa réelle identité, sa généalogie, sa culture, son histoire, celle de sa famille et celle de son peuple. Et même si la biographie de ce grand musicien, qui privilégia toujours le talent au détriment de la notoriété, reste incomplète, elle fait vivre un jazzman de génie qui jouait de plusieurs instruments et se produisait et enregistrait avec les plus grands, ce livre regorge de noms qui sont encore célèbres ou l’ont été dans la seconde partie du XXe siècle. Un vrai bain de jouvence musicale pour les lecteurs de ma génération.

 

 

Ayant quitté Budapest en 1946, il passe par la Suisse et différentes villes du Bassin méditerranéen avant de s’installer à Paris au début des années soixante, à l’époque où les plus grands jazzmans hantent les cabarets de la Rive gauche avec le plus grand bonheur et le plus grand succès. Il y fait de très nombreuses rencontres, gagne de nombreux cachets dans les concerts, enregistrements, musiques de film et de publicité, … qu’il dépense tout aussi vite qu’il les gagne en faisant la fête jusqu’au bout de la nuit. Il terminera sa carrière et sa vie aux Etats-Unis en vivant toujours de ses cachets sans jamais avoir construit une œuvre qui aurait pu assurer une rente confortable pour lui et son épouse.

 

 

Ce livre est très émouvant car l’auteure y a mis toute sa douleur, ses frustrations, l’énergie qu’elle a dépensée pour retrouver ses origines et construire son identité, sa rancœur vis-à-vis de ceux qui l’on trahie, l’empêchant de connaître son père avant qu’il décède, lui imposant un changement de statut radical quand elle dû avouer que son père « est musicien de jazz, un Hongrois d’origine tsigane. Je sors une photo d’Elek et comprends que je serai désormais regardée non plus comme une Française issue de la bourgeoisie aisée, mais comme une sorte de bohémienne ». Elle dû faire face à certains affronts.

 

 

Un livre qui prend aux tripes tant l’auteure y met d’intensité émotionnelle et tant elle s’implique dans cette difficile quête, on a l’impression de faire partie de l’histoire, surtout ceux de ma génération qui reconnaitront de nombreux acteurs de l’entourage de ce musicien talentueux et peu prévoyant. Sa vie avait été certainement trop difficile lors de ses débuts pour qu’il n’en profite pas ensuite, dans sa partie consacrée uniquement à la musique. « Tu t’es exilé. Tu as connu la guerre, l’extermination de milliers de Roms, tu en aurais des choses à raconter, mais peut-être avais-tu trop à taire ».

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche