Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 09:12
L'auteur, l'Autre de Michel Schneider, la 8ème Madeleine d'or du Cercle proustien

 

La huitième Madeleine d'or du Cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec fut remise en ce samedi 21 novembre 2015, dans le hall du Grand-Hôtel de Cabourg, à l’écrivain Michel Schneider, bien connu du milieu littéraire et artistique, pour son ouvrage « L’auteur, l’autre – Proust et son double » publié chez Gallimard. Autour d’un texte écrit par Marcel lui-même et adressé à un jeune lecteur inconnu Thiébault Sisson dont Michel Schneider a eu connaissance, Proust se livre à sa propre critique sous le titre de « L’esthétique de Marcel Proust », nous livrant du Proust par Proust mais sans son nom, considérant que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. D’ailleurs n’avait-il pas souligné dans « Contre Sainte-Beuve » que « l’auteur, c’est toujours l’autre ». A partir de cette profession de foi, Michel Schneider nous livre une réflexion passionnante et futée sur l’art d’écrire mais surtout sur l’écrivain et son double. « Le moi de chacun d’entre nous, si singulier soit-il, est pluriel, habité d’autres moi, un personnage, ou la coexistence de plusieurs personnages en une et même personne. Au creux de soi, l’autre. Toute identité se constitue d’altérité » - précise-t-il. Et il ajoute : « ‘Je’ n’est pas un autre, il est plusieurs autres ».

 

Cette analyse, conduite d’un regard acéré, celui du psychanalyste, anime une chorégraphie des semblants qui habite l’imaginaire d’un homme et écrivain aussi complexe que Proust. « Ballet d’ombres, la vie de Proust est une incessante et vertigineuse duplication entre réalité et fiction et la Recherche une maison d’illusion où des miroirs font face à d’autres miroirs. » Nous sommes bien là dans le monde des ombres et des reflets qui procure d'infinies répercussions, dans un labyrinthe fascinant et inquiétant où l’autre semble se soustraire « immobile comme un hibou et comme celui-ci, ne voyant clair que dans les ténèbres ». Entre les intermittences du cœur, les intermittences du moi et les constants dédoublements, ce brillant essai ouvre des perspectives sur un Proust voilé volontairement, dont les masques sont interchangeables afin de mieux se soustraire aux enquêtes du réel, et dont la quête est celle des  êtres perdus, des lieux quittés, des choses qui sombrent mais que les mots s’obligent à réanimer.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique DOSSIER MARCEL PROUST, cliquer  ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans DOSSIER MARCEL PROUST
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche