Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 10:12
Concert de musique sacrée - Laura Rabia et le choeur de Trouville

Dans l’église Notre-Dame des Victoires de Trouville-sur-Mer, où la petite Thérèse Martin venait prier enfant lorsqu’elle passait quelques jours de vacances avec son cher papa dans ce port de pêche, lieu de villégiature proche de Lisieux, avait lieu ce samedi 19 décembre 2015 un concert de musique sacrée organisé par Laura Rabia et le chœur de Trouville qu’elle dirige depuis plus d’une décade et qui, une fois encore, a enthousiasmé un public très nombreux, recueilli et gagné par la ferveur que cette musique religieuse ne peut manquer d’inspirer au plus mécréant d’entre nous.

 

Comment résister à ces prières intérieures, concentrées comme une flamme secrète, à ces profondeurs où vous plongent des chants d’une intensité emplie de grâce et de dévotion, à la tendresse de l’Ave Maria de Caccini  qui est une imploration digne à la mère de tous les peuples, puis à la Messe basse de Gabriel Fauré écrite pour les pêcheurs de Villerville et chantée pour la première fois le 4 septembre 1881 dans l’église du village, alors que le compositeur résidait chez Camille et Marie Clerc, tous deux mélomanes. C’est ainsi que Gabriel Fauré et André Messager, bénéficiant de leur hospitalité, composèrent cette messe des Pêcheurs qui englobe dans sa sereine prière les pêcheurs en mer et les pécheurs de cœur.

 

A cette messe succédait l’Ave Maria de Camille Saint Saens qui pleure en douceur mais éclaire et rassure par la gravité de son élévation, Ave Maria suivi du Cantique de Jean Racine de Gabriel Fauré, une œuvre de jeunesse qui mérita au jeune Fauré le premier prix de composition en 1865. Ce cantique limpide, comme l’est l’ensemble de l’œuvre fauréenne,  séduit par sa simplicité et sa confiante pureté.

 

La seconde partie du concert s’ouvrait sur la Messe Brève de Léo Delibes qui baigne dans une sonorité éternelle et semble appeler l’univers à se rassembler autour de l’Agneau qui donne la force et porte secours, partition suivie de la Petite Messe solennelle de Rossini où Laura Rabia nous a offert un duo remarquable avec Magali Zabiholla dont la voix s’accorde à la sienne de façon si naturelle, comme la flamme qu’elles soutenaient de leurs mains jointes, flamme qui  évoquait le feu intérieur, la lumière qui abroge les ténèbres et invite à la paix. 

Concert de musique sacrée - Laura Rabia et le choeur de Trouville

Enfin venait l’Ave Verum de Mozart que celui-ci avait dédicacé à un chef de chœur local, Anton Stoll, moins de six mois avant sa mort, tout empreint d’une beauté sacrée, d’un message consolant et d’une noble résignation où se devine déjà le détachement des choses de ce monde. Le concert s’achevait par « There is no rose », extrait des Ceremony of carols de Benjamin Britten, œuvre que ce dernier composa lors d’une traversée en bateau des Etats-Unis vers l’Angleterre en 1942, alors qu’il était âgé de 28 ans. Rédigée pour le temps de Noël, cette œuvre est constituée de 11 mouvements sans lien particulier entre eux avec solo de harpe et, ce, selon une écriture canonique serrée et d’inspiration grégorienne dont la douceur et la belle solennité nous ont assuré une conclusion majestueuse et méditative. Un spectacle d’une apaisante et incontestable beauté que Laura Rabia conduisit d’une main  sûre et inspirée, accompagnée par sa merveilleuse pianiste Marie Pascale Talbot.


Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer   ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Concert de musique sacrée - Laura Rabia et le choeur de Trouville
Concert de musique sacrée - Laura Rabia et le choeur de Trouville
Concert de musique sacrée - Laura Rabia et le choeur de Trouville

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CULTURE
commenter cet article

commentaires

Gamba Françoise 29/02/2016 10:45

Merci de ce magnifique article.
Je n'avais jamais entendu le Choeur de Trouville ; j'ai été émerveillée et tellement émue par ce concert.
Laura Rabia est exceptionnelle à tous points de vue.
Trouville a beaucoup de chance...

armelle 23/12/2015 09:23

Vous avez raison, cher Alain, j'ai déjà parlé à plusieurs reprises de Laura Rabia qui a une voix merveilleuse et conduit le choeur de Trouville depuis une quinzaine d'années avec maestria et beaucoup de rigueur et professionnalisme. Nous avons énormément de chance d'avoir une chorale de cette qualité à Trouville.

Alain 22/12/2015 18:07

Je crois me souvenir d'un précédent article dans lequel vous parliez déjà de Laura Rabia. Une belle soirée et un article qui fait rêver. Ici, la "musique" me manque beaucoup. Sans vouloir la jouer fin mélomane, j'ai un manque terrible des salles parisiennes qui ont comblé de grandes et belles émotions toute ma vie passée dans la capitale. J'aime m'en souvenir, mais préfère penser à un éventuel prochain séjour.

armelle 22/12/2015 17:56

Oui Sandrine, le programme était bien choisi, une succession de pièces pour choeur d'une grande richesse musicale et d'une vraie profondeur. On décollait du réel et d'une actualité brutale.

Sandrine L. 22/12/2015 13:48

Le programme est réjouissant! Merveilleux choeurs de Noël, si chauds, si "enrobants", si ancrés dans nos mémoires. Ces chorales ont pour moi une lumière particulière et un goût particulier, celui de la pâte sablée et de la cannelle de mon enfance, qui embaumaient notre cuisine à cette période de l'année.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche