Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 09:33
Deux d'un coup de Liviu Rebreanu

Un classique de la littérature roumaine, certains considèrent même que son auteur en est l’un des pères. Ce texte, qui oscille entre polar et roman social, est un excellent exemple de son œuvre.

 

 

                                                Deux d’un coup

                                   

                              Liviu Rebreanu (1885 – 1944)

 

 

Vers les années quarante, sans que cela soit précisé exactement, à Pitesti, en Roumanie, un couple de riches commerçants âgés est assassiné à la surprise générale. Le juge Dolga conduit l’enquête en commençant ses investigations au sein de la famille qui apparait bien désunie, les victimes n’ont pas d’enfants et leur héritage pourrait attiser les convoitises des autres membres de la famille : un frère commerçant enrichi mais moins ladre que son aîné décédé, une sœur acariâtre qui se plaint depuis longtemps d’avoir été lésée par ses frères lors du partage des biens de leurs parents. Il ajoute à cette liste de suspects prioritaires : un voisin fêtard ayant un fort besoin d’argent, un neveu attendant cet héritage avec une impatience manifeste et celui qui a découvert les corps, le valet du pope. Le juge mène son enquête avec ordre et méthode comme un véritable Hercule Poirot ou Jules Maigret des Carpates, ne laissant rien au hasard, pressant les suspects sans égards pour leur statut.

 

 

Ce roman, le dernier écrit par l’auteur décédé en 1944, comporte tous les  éléments d’un bon polar : des victimes, des suspects, des indices, des hypothèses, des rumeurs, des accusations et une part de mystère que le juge doit percer, mais, à mon avis, c’est davantage encore un roman social qu’un roman policier. L’enquête se passe bien au cœur du récit mais elle semble plus servir de prétexte à l’auteur pour dépeindre le milieu social d’une petite ville roumaine du milieu du XXe siècle avec sa bourgeoisie marchande et sa bourgeoisie administrative qui règnent sur la cité et se rencontrent facilement quand leurs intérêts sont en jeux. L’auteur dénonce sans détour le rôle de l’argent dans la vie de cette société et les tares qu’il peut engendrer chez ceux qui en ont trop comme chez ceux qui en manquent parfois cruellement.

 

 

Ce récit, avec son intrigue bien conduite et son écriture académique, est un roman fondateur de la littérature roumaine du XXe siècle et annonciateur des œuvres des grands romanciers qui l’ont nourrie jusqu’à nos jours. Au-delà du polar et du roman social, il faut considérer le regard acéré que l’écrivain pose sur la société d’alors, dénonçant au passage l’avarice, la cupidité, l’appât du gain et quelques autres vices. Un livre que je rangerais entre ceux de Simenon et d’Agatha Christie pour la qualité d’écriture et l’atmosphère.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer    ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Pascal 18/12/2015 13:00

Salut Denis, belles fêtes de fin d'année pour toi et ta petite famille. Y aura-t-il beaucoup de livres sous le sapin ? Sans doute. Ce ne sera sûrement pas triste avec les joyeux lurons qui t'entourent. A +.

billamboz denis 21/12/2015 20:04

Merci Pascal, belle fête à toi aussi avec toute ta petite famille assemblée autour du sapin. Confidences : on n'ose plus m'offrir de livres, je suis considérés comme un original..L'ambiance commence à monter, le premier wagon vient d'entrer en gare. Amitiés à vous tous et joyeux Noël !

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche