Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 08:08
Les affligés de Chris Womersley

Même si la chute de ce livre ne me semble pas à la hauteur du récit, ça reste un texte très fort, poignant, émouvant, dur, sans concession devant la douleur et la mort. J’ai de la sympathie pour cet auteur qui m’a adressé un twitte lors de la publication d’un commentaire d’un précédent ouvrage.

 

 

                                                       Les affligés

                                    Chris Womersley (1968 - ….)

 

 

Je suis entré dans cette histoire pourtant morbide et sordide, pleine de souffrance et de deuils, avec beaucoup d’empathie pour les personnages paumés, aux marges de la société, à la limite du monde des animaux et de celui des humains. Elle est pleine d’humanité, de bassesse, de vices, de violence mais aussi de tendresse et d’amour comme l’était peut-être la société de nos ancêtres dans les cavernes.

 

 

Après avoir fait la guerre, celle qu’on appelle tristement la Grande, en France, Quinn Walker rentre au pays, un tout petit village de Nouvelle-Galles du Sud  infesté par la grippe espagnole. Il emprunte les chemins de traverse pour ne pas exhiber sa gueule cassée mais surtout pour ne pas rencontrer ceux qui le croient coupable de l’ignoble meurtre de sa sœur. Tout laisse penser qu’il est le meurtrier, tous le croyaient disparu puis mort à la guerre, tous voulaient le lyncher, à commencer par son père et son oncle. Les épreuves supportées pendant la guerre lui donnent le courage d’affronter sa famille, en commençant par sa mère mourante de la grippe, pour la convaincre qu’il n’est pas le meurtrier qu’ils ont désigné. A l’approche de son village, il rencontre son ange salvateur sous la forme d’une fillette qui ressemble étrangement à ce qu’était sa sœur quand elle a été assassinée. La petite le prend sous son aile protectrice, elle connait un peu la magie, sait tout, se faufile partout et voudrait que lui aussi la protège de ceux qui veulent la conduire dans un orphelinat.

 

 

L’auteur entraîne le lecteur dans les faubourgs de la mort à la rencontre de ceux fauchés par la guerre, de ceux agonisants, de ceux ayant survécu par miracle à la grande boucherie, de ceux revenus marqués à jamais dans leur corps ou dans leur esprit, de ceux et de celles emportés par la grippe espagnole, de ceux et de celles  attendant un être cher peut-être déjà mort, de ceux ayant perdu le goût de la vie et peut-être aussi de ceux étant déjà allé de l’autre côté de la barrière de la vie. Pour conduire cette exploration, l’auteur mélange habilement le récit d’une quête de rédemption avec les cauchemars qui peuplent les nuits d’images sordides de la guerre. Hélas le récit s’enlise peu à peu, l’intensité faiblit, des passages superflus ou trop longs surchargent le texte, altèrent l’ambiance, dégradent l’émotion que l’auteur ressent. J’ai eu l’impression que l’auteur avait connu certaine difficulté pour trouver une chute à la hauteur de son scénario.

 

 

Je suis sorti un peu frustré de cette lecture, cette expédition aux frontières de la vie et de la mort, posant clairement le problème de la fatalité, de la destinée impossible à contourner, qui aurait pu connaître un meilleur épilogue.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer   ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

armelle 28/12/2015 14:53

Trop noir pour mon goût. Car on y décèle une certaine complaisance morbide.

billamboz denis 29/12/2015 12:23

Peut-être pas jusqu'à la complaisance morbide car le personnage de la fille ressemble un peu à un ange rédempteur. Un peu de lumière dans une histoire bien sombre.

Edmée De Xhavée 28/12/2015 09:22

Ca ne doit pas être facile de mettre fin à un tel récit... Mais je crains que ça soit lourd pour moi... même si parfois j'aime aussi faire ces incursions sombres...

billamboz denis 28/12/2015 12:42

Je me trompe c'est pour un autre commentaire que Womersley a publié sont twitt, c'est à l'occasion de la sortie de "La mauvaise pente" paru en 2014 qui est le plus noir des deux textes.

billamboz denis 28/12/2015 12:39

Ce texte là est vraiment noir de chez noir, je crois que les Australiens, d'après mes lectures, aiment bien ces histoires très glauques. Womersley m'a adressé un twitt suite à la publication de mon commentaire, c'est plutôt sympa, j'avais reçu ce livre à sa publication.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche