Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 09:02
A l'enseigne du coeur épris de Jean-François Pigeat

L’auteur de cet ouvrage se penche avec une certaine nostalgie sur toutes ces familles qui explosent et essaient de se reconstituer en s'appliquant à saisir une seconde chance, mais reconstruire une famille avec un bagage bien plein, des enfants, des cicatrices, des habitudes,… ce n’est pas facile, même si ce coquin d’amour ne choisit pas ses cibles en fonction de l’âge.

 

 

A l’enseigne du cœur épris

Jean-François Pigeat

 

 

A l’époque où les mariages se  désunissent aussi vite qu’ils s’unissent, la Toile devient un havre précieux pour les marchands de bonheur conjugal et les candidats à une nouvelle tentative après un premier essai infructueux, les volontaires pour la construction des fameuses familles recomposées, cible privilégiée des marchands de promesses en tout genre. La ménagère, de moins de cinquante ans, a pris du plomb dans l’aile, les familles reconstituées l’ont poussée dans l’ornière du marketing.

 

 

Geneviève, orpheline trop tôt, mère trop jeune, veuve trop vite et Stéphane, quadra divorcé, tentent l’expérience. Elle est moins évidente qu’on ne le dit souvent dans les médias. Passé la quarantaine, on a une histoire, du vécu à raconter ou à cacher. Geneviève n’est pas très organisée, elle prend la vie comme elle vient sans chercher à y mettre un ordre trop stricte ; Stéphane, lui, est un peu plus rigide, ordonné voire maniaque.  Ils essaient d'organiser leur vie en  transigeant autant que possible, malgré des goûts et des habitudes assez différents, mais l’affaire devient beaucoup plus compliquée quand, brusquement, déboule un fils que Geneviève n’avait pas mentionné jusque-là dans son curriculum vitae, et pas n’importe quel fils, un jeune homme « bordélique », envahissant, négligeant, pas très soigné et plus apte à dépenser l’argent de sa mère qu’à en gagner lui-même. Et ce fils adulé a un frère presque jumeau, mais de père seulement, que sa mère n’a pas pu élever et que Geneviève a recueilli pendant une certaine période. Cela fait beaucoup pour Stéphane, trop peut-être, qui trouve la barque chargée et prend l’initiative de rompre. Certes, l’amour à quarante ans, comme à vingt ans, n’est pas facile, il ne se laisse pas diriger et les cœurs les plus rigides peuvent connaître des penchants de midinette. Geneviève disparait juste au moment où Stéphane voudrait recoller leur amour en kit, la quête commence, les palpitations agitent le cœur de l’amoureux, l’histoire d’amour prend une nouvelle dimension.

 

 

Jean-François Pigeat traite le problème des familles recomposées avec humour et sarcasmes dans un texte guilleret, primesautier, bourré de formules drôles, de raccourcis fusant toujours à propos et de mots volontiers savants ou recherchés. Derrière son texte plutôt humoristique, il faut tout de même constater la dénonciation d’une indiscutable décomposition de la société qui perd progressivement ses maillons fondamentaux, ceux des familles unies, soudées, cellules de bases de la civilisation occidentale. L’auteur ne juge pas, il constate, évalue et note les changements qui affectent la population toute entière en soulignant que l’amour sera toujours un sentiment étrange, pas facile à comprendre, qu’il fera encore bien des misères à ceux qui y sombrent, et, cela, quelles que soient  les âges et les statuts.

 

Denis BILLAMBOZ

 

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche