Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 09:05
L'envie de Iouri Olécha

Un livre que je cherchais depuis longtemps, aussi ai-je été heureux de trouver cette réédition et de pouvoir enfin lire cet auteur un peu vite oublié. Ma lecture a certes été un peu ardue, c’est, comme on le dit désormais, un texte exigeant mais riche qui réjouira ceux qui feront l’effort de le lire.

 

 

                                                                        L’envie

                                 Iouri Olécha (1899 – 1960)

 

 

Publié pour la première fois en 1927, « L’envie » est le premier roman rédigé par Iouri Olécha, premier roman qui reste son chef d’œuvre. Dans ce texte, l’auteur raconte la rencontre entre un apparatchik, Babitchev, un homme ayant un passé chargé, sûr de lui, suffisant, arrogant, qui s’est taillé une belle place dans l’administration grâce à la Révolution ; au parti, grâce à sa débrouillardise et à son absence de scrupule et, également, au jeune homme égaré qu’il a ramassé ivre sur la voie publique, éjecté d’un café par des convives peu hospitaliers. « Lui, André Petrovitch Babitchev, occupe le poste de directeur du trust de l’industrie alimentaire. C’est un charcutier en gros, un confiseur en gros, un cuisinier en gros. Et moi, Nicolas Kavalérov, je suis un bouffon ». « … il a industrialisé les cuisines ». Il acquiert une notoriété dans le parti en inventant un saucisson industriel grâce aux compétences de ses charcutiers. Entre eux se dresse le frère de Babitchev inventeur mythomane qui couve un jeune footballeur de talent.

 

Kavalérov, véritable parasite de Babitchev, l’inventeur du saucisson,  rejette ce parvenu suffisant, se pavanant devant les foules pour se faire valoir et gravir les échelons du pouvoir. Il lui écrit une lettre accusatrice dénonçant son inconséquence, son avidité, et ses ambitions peu louables. Olécha a compris très rapidement que la Révolution était gangrénée par des ambitieux incompétents, intéressés par le seul pouvoir et ce qu’il procure. En 1927, cette attitude était déjà empreinte de témérité, les grandes purges pointaient à l’horizon et elles le concernèrent de près ; certes, il échappa à l’accusation mais il subit des tracasseries qui troublèrent sa vie et surtout son œuvre qui eut à souffrir de différentes formes de censures.

 

Comment expliquer la fin d’une civilisation et l’apparition d’un homme nouveau ? Comment va se traduire cette transformation sociale ? Iouri Olécha, en 1927, se pose déjà cette question. Il a certainement constaté que la réalité révolutionnaire ne correspondait pas exactement aux théories énoncées a priori et à ce que le peuple attend réellement. Il s’interroge notamment sur la volonté de destruction de la notion de famille pour la remplacer par une organisation nouvelle de la société, par la substitution des relations sentimentales par des rapports plus raisonnés. « Mais qu’est-ce que cela signifie ? Qu’il faut détruire le sentiment humain de paternité ? Alors pourquoi m’aime-t-il, lui, l’homme nouveau ? »

 

Ce livre est aussi une méditation sur le temps et l’histoire. « La révolution a été quoi ?... Quoi exactement ? La cruauté même ! Et pourquoi est-elle devenue ainsi ? Elle était généreuse aussi, n’est-il pas vrai ? Elle était bonne, et dans tout le cercle du cadran, n’est-il pas vrai ? Il s’agit donc de ne pas s’affliger en petit, dans l’intervalle de deux divisions mais de considérer le cercle entier du cadran… Alors, on ne voit plus l’écart entre la cruauté et la grandeur d’âme, le temps seul compte. Le temps a déformé la perception de l’histoire et a transformé la grandeur d’âme de certains en véritable cruauté ». Olécha essaie de nous expliquer que les dérapages révolutionnaires sont en partie imputables à une vision  globale des problèmes qui a provoqué l’application de mesures trop générales, particulièrement préjudiciables à certains. L’individu n’est pas l’élément standard d’un peuple, mais un être différent de tous les autres et on peut le faire évoluer en inscrivant le changement dans son temps, dans son rythme. L’application radicale de grandes théories généralistes a pu être généreuse mais, hélas, dévastatrice.

 

Ce roman, qui est plus qu’un roman, est une plongée au cœur de la société ukrainienne du début du siècle dernier, à l’époque où le héros forge son avenir révolutionnaire dans les humiliations et les fantasmes. Les chimères occupent une grande place dans le texte, elles incarnent les idées fantasmagoriques et démagogiques qui ont fait dévier la Révolution de ses objectifs fondamentaux.

 

Littérairement, cette oeuvre m’a paru très moderne pour l’époque, écrite en bonne partie à la forme interrogative, Olécha questionne, interpelle le lecteur à longueur de pages, je n’ai jamais vu autant de points d’interrogation dans un texte. La construction est elle aussi moderne, il faut suivre attentivement les personnages pour ne pas confondre les deux frères antagonistes, les temps et les époques. Il semble que le livre essaie de reproduire la confusion régnant dans la société nouvelle qui tente de se constituer après la Révolution.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Pascal 05/02/2016 13:33

Salut Denis,

Toujours la forme du lecteur éclairé, semble-t-il. Ce livre me parait très intéressant. Je note les références. Je pense qu'il me plairait. Que penses-tu de la réforme de l'orthographe ? Elle ne me semble pas une priorité.

billamboz denis 06/02/2016 15:17

Hello Pascal !

La réforme de l'orthographe est une utopie de plus, celui qui fait des fautes aujourd'hui en fera demain peut-être pas sur les mêmes mots mais sur d'autres. Il faudrait inventer l'orthographe aléatoire comme ça plus personne ne ferait de fautes. Mon avis tout cru : une belle idiotie ! Voilà c'est dit !
Bon week-end à toi et ta famille.Amitiés.

Armelle 01/02/2016 10:26

Voici quelques lignes qui traduisent exactement ce que je pense de ce texte :
Il s’agit dans « L’envie » de montrer ni plus ni moins la lutte (en outre fraticide) de l’homme nouveau et de l’homme des temps anciens, la tragédie du modernisme. Un troisième larron sera là, on peut y voir un éventuel portait de l’artiste écrivain, en homme cultivé, mais faible, alcoolique et velléitaire, inapte à cette nouvelle vie proposée. Ce sera lui « l’envieux » et par là même « le perdant », l’impuissant à qui manque le mode d’emploi du métier « vivre ».
Le style d’Olécha mélange burlesque, sérieux, fantastique et poésie puissante ; ce qui ressort à la lecture c’est surtout l’incroyable originalité du style narratif et de la construction du roman. C’est très moderne. La place de l’individu dans la nouvelle société qui s'édifie. Les « hommes nouveaux », rejettent les « vieux sentiments » : l'amour, l'orgueil, la peur, l'envie, la haine, la jalousie, le désespoir etc… et ne s’intéressent qu’à la nouvelle société dans laquelle dominera « la machine ». Adieu sentiments humains, adieu individualisme, vive les machines à fabriquer les saucissons, vive la libération grâce au travail… Adieu sentiments poétiques, adieu rêves inutiles et futiles, sans intérêts, vive le matérialisme triomphant, le sport hygiénique et le rendement ! Action dynamique contre art statique. Hommes du progrès contre rêverie, attentisme pessimiste et « romantisme attardé » !
A la fin du livre les deux compères perdus et perdants, vivant chez une veuve Anetchka, boiront un coup à un sentiment devenu important : l’indifférence !

billamboz denis 01/02/2016 19:33

Excellente note de lecture, tu connais ce livre jusques derrière les virgules, au moins une personne qui connait cet auteur dont Aymeric Caron n'a jamais entendu parler. Chapeau Armelle, j'approuve tout ce que tu avances mêmes si j'ai déjà un peu oublié le livre.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche