Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 07:26
Le bunker de Balval Ekel

L’éditeur Jacques Flament avait proposé un challenge à ses auteurs : rédiger un texte selon des contraintes qu’il avait lui-même rédigées. Balval Ekel sera la sixième à se soumettre à cet exercice, depuis plusieurs autres ont eux aussi relevé le défi.

 

 

 

                                   Le bunker – Sixième témoignage

                                          Balval Ekel (1963 - ….)

 

 

Pour bien comprendre ce sixième témoignage, il faut revenir au premier qui se chargeait de décrire le contexte. « Le 21juillet 2014, 217 personnes, assises côte à côte, à 10 mètres sous terre, écoutent avec attention les discours inauguraux de L’ANTRE ET DES ARTISTES, un espace culturel souterrain de béton, unique en son genre. C’est à ce moment que la catastrophe … se produit. Sans préavis.  chacun des 217 occupants du bunker est affolé, accablé, sidéré, bête aux abois enterrée vivante dans un immense terrier de béton sans aucune issue immédiate. Peut-être sortiront-ils un jour. Peut-être pas. Ils sont les survivants de la catastrophe, et se doivent d’être des survivants créateurs. Chacun à sa manière, avec son style, témoignera du présent, du passé, du futur hypothétique, de son bonheur d’avoir vécu sur terre ou de sa douleur de la perte des repères et des êtres chers. Ou peut-être, tout simplement, tracera-t-il la marque de son insondable vanité de puceron éphémère dans un monde terrassé d’avoir été trop loin dans sa folie ».

 

Il appartient donc à Balval Ekel de formuler le sixième témoignage.Balval est lauteure dune biographie de son père génétique quelle a cherché longtemps sans le trouver ; il était déjà décédé quand elle a pu l’identifier. Ainsi, grâce à ce nouvel ouvrage, ai-je renoué avec la biographe et la femme que j’avais quittée dans la description de cette quête. Son écriture est toujours aussi empathique, elle donne toujours l’impression de vouloir prendre le lecteur par la main pour l’emmener dans la vie qu’elle a construite dans la douleur au milieu des tracas et ennuis de tout genre. Dans ce témoignage fictif de ce qui pourrait être l’Apocalypse, elle revient sur la vie qu’elle a eue : son enfance, sa jeunesse, ses errances et finalement la rencontre de celui qui lui apporta, la quarantaine venue, l’amour et la stabilité. Elle évoque ce qui fut fondateur de sa personnalité : le sport (le dirigeant que je suis ne peut qu’apprécier ce qu’elle en dit), la peinture, la sculpture et la musique.

 

 

Pour meubler son temps dans cet espace clos, elle décrit la vie de cette petite communauté qui s’est constituée sous terre par hasard, sans qu’aucun des membres n’ait prévu quoi que ce soit. Elle n’a même pas une feuille de papier pour écrire ce qu’elle veut laisser, ne serait-ce qu’une mince trace, au cas où d’autres survivants la retrouvent, alors elle écrit au dos des fiches de présentation des œuvres d’art figurant dans le dossier de presse de la manifestation. Les noms des artistes, de leurs œuvres et de leur pays d’origine sont indiqués au haut de chaque fiche qui porte chacune un texte, une réflexion, un souvenir, une observation…. Elle ne s’attarde pas trop sur le comportement des membres enfermés avec tout ce qu’il faut pour subsister un long moment, elle se concentre essentiellement sur sa famille qu’elle a su stabiliser malgré les difficultés et à laquelle elle est très attachée.

 

 

Cette fin de vie possible, voire cette fin du monde ne l’inquiète pas trop, elle dit sa joie d’avoir enfin réussi sa vie, d’avoir eu des enfants qu’elle aime par-dessus tout, d’avoir trouvé le compagnon qu’il lui fallait. Mais, elle dit aussi sa désolation devant le peu de respect que les hommes ont envers la planète qu’ils habitent, elle pense que cette négligence est à l’origine de tous les tracas qui perturbent le monde et certainement de cette catastrophe qui les enferme dans ce bunker.

 

 

Denis BILLAMBOZ

 

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche