Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 07:49
La mort et la belle vie de Richard Hugo

 

Hugo, pas notre Victor national, Richard, né en 1923, considéré par certains comme le fondateur de la fameuse école de Missoula qui regroupe les écrivains du Montana, a troqué sa plume de poète pour celle de romancier afin d’écrire ce polar. Ce texte restera sa seule incursion dans la fiction, la mort l’emportera en 1982, à 59 ans, avant que le succès de ce roman l’incite à persévérer dans le genre.

 

Dans cet unique roman, Hugo met en scène « Al Barnes la Tendresse », un flic débonnaire et compréhensif qui n’aime pas rudoyer les jeunes à l’énergie débordante, et a quitté la police de Seattle après avoir été flingué par un vieux gangster roublard. Il a alors préféré s’installer à la campagne comme shérif-adjoint à Plains, dans le Montana. Un beau matin, la quiétude qu’il a trouvée dans ce trou perdu qu’il affectionne, est perturbée par la découverte d’un corps tailladé à coups de hache. Il doit enquêter sur ce meurtre et sur un second commis de la même manière. L’affaire est bientôt résolue, trop vite et trop facilement pour la Tendresse et son chérif qui reprennent leur recherche. Al Barnes repart en chasse, sa prospection le conduit alors dans le milieu des gens riches, trop riches de l’Oregon, et plus précisément à Portland, où ses investigations le plongent dans des histoires tordues,  perverses, sinueuses et particulièrement embrouillées. Le fil, qu’il déroule, le mène inexorablement, malgré les remarques de son  supérieur, vers un autre meurtre, commis vingt ans auparavant, qui pourrait être à l’origine de ceux qu’il essaie d’élucider. Son enquête réveille des démons ensommeillés depuis deux décennies et provoque une nouvelle vague de violence meurtrière que la Tendresse devra résoudre pour comprendre les meurtres commis sur son territoire.

 

Hugo n’aime pas les riches surtout lorsqu’ils sont pervers, menteurs, violents et même meurtriers, il ne cache pas ses opinions politiques, pas plus que son aversion pour les fortunes accumulées sans aucun mérite, acquises seulement par naissance, mariage ou autre combine. Il n’apprécie pas davantage les policiers flingueurs, tueurs expéditifs. Barnes la Tendresse est un flic sérieux, gentil et parfaitement incorruptible, il aime la nature, le Montana, surtout le petit coin où il vit avec sa nouvelle maîtresse et, tout comme Richard Hugo, la pêche.

 

Voilà un bon polar bien bâti, bien construit, haletant, quoique  un peu lent, avec une fin très adroite, même si les spécialistes du genre la pressentiront. Quant à moi, j’aurais été déçu que ce dernier rebondissement ne surgisse pas.
 

Denis Billamboz

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Pascal 23/05/2016 13:51

Salut Denis, visiblement un polar plutôt sympathique. Je suis débordé et je viens moins souvent mais tes articles restent dans mon collimateur comme ceux d'Armelle.

billamboz denis 23/05/2016 14:34

Salut Pascal,
Comme toi débordé ! Vivement la seconde retraite !
Je fais un saut à La Défense juste pour une AG, 4 h de train plus une bonne heure de RER de quoi lire un ou deux petits recueils.
Cet Hugo là n'a écrit qu'un seul roman, c'est plutôt un poète, c'est un bon polar qui baigne dans dans l'immensité du grand Ouest américain du Montana à Frisco.
Amitiés et à bientôt !
Denis

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche