Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 08:37
Le bouffon de la montagne de Christophe Bigot

Un peu d’histoire, il me semble qu’il y a bien longtemps que je ne vous en ai pas proposé. Aujourd’hui, c’est Christophe Bigot qui m’accompagne pour vous raconter comment la Révolution Française a vu ses nobles idéaux transformés en une vaste boucherie alimentée par les instincts les plus vils. Drôle, picaresque, terrifiant !

 

Le bouffon de la montagne

Christophe Bigot (1976 - ….)

 

Passionné par les événements qui ont constitué la Révolution de 1789, Christophe Bigot a, au cours de ses recherches historiques, rencontré Laurent Lecointre, un personnage haut en couleur qui pouvait lui servir de fil rouge pour raconter les coulisses de cette révolution entrée dans la mythologie. Quand la France entre en ébullition en 1789, ce riche commerçant versaillais entend bien être un acteur important de ce grand mouvement qui transformera le pays de fond en combles. « Le goût de l’intrigue, la passion de la combinaison et la fièvre de la chicane » composant l’essentiel de son caractère, il se démène pour se rendre utile auprès des membres de l’Assemblé nationale, n’hésitant pas à en réunir certains autour de sa table richement garnie. « Duport était le pionnier de la Révolution, Mirabeau son astre, Marat sa vigie. Target était un esprit droit, Effort un grand cœur. Le seul qui l’eut déçu était Boislandry… » et tous ils honoraient son invitation. A force de se démener, d’intriguer, de dénoncer, il parvint à obtenir des fonctions relativement importantes et même à devenir député.

Lecointre est un révolutionnaire sincère, mais il agit souvent à contretemps, prends des initiatives souvent malheureuses, des risques inutiles et insensés, ses alliés le lâchent pour ne pas subir les conséquences  de ses audaces maladroites. Un de ses ennemis (il en avait toujours un privilégié dont la chute pourrait lui profiter : le futur Maréchal Berthier, Beaumarchais, Robespierre lui-même…) le dépeint dans un long poème – « La Laurentiade, ou faits et gestes du preux et vaillant chevalier Laurent Lecointre » - comportant cet extrait sans doute outré mais pas dénué de fondement :

« L’air d’un conspirateur, le maintien faux et louche,

Le front en pointe et l’œil passablement farouche ;

Le nez crochu ; de plus on voit sur son chignon

Flotter quatre cheveux : tel est le compagnon. »

La biographie construite par Bigot est certainement proche de la réalité même si elle comporte certains passages relevant de la pure fiction, l’auteur explique sa démarche dans une postface très explicite. A mon sens, il lui fallait un personnage capable de supporter la démonstration qu’il voulait conduire : la transformation d’une révolution porteuse des idéaux les plus nobles en une boucherie odieuse alimentée par les instincts les plus vils. Un frère du héros le présente comme suit : « Je ne crois pas qu’il soit fou. Comme tous les comploteurs, il est persuadé qu’on complote contre lui. Comme tous les méchants, il se croit persécuté. Mais il est rusé comme un renard ». Même si son investissement révolutionnaire est sincère, il ne manque aucune occasion pour arrondir sa fortune déjà bien conséquente.

 

Comme nombre de révolutionnaires, il a navigué entres ses idéaux, ses intérêts, ses amitiés, ses haines, ses ambitions, frôlant parfois le précipice, exposant exagérément sa famille, il n’a pas toujours su choisir ses amis et ses alliés. « Depuis toujours son cœur balançait entre Jacobins et Cordeliers, la Convention et le Commune, les bancs de la représentation nationale et le pavé des faubourgs ». Victime de ses errements, il s’est retrouvé de plus en plus isolé, abandonné de tous. Quand « Les mots se convertissaient en cadavres » que « Le glaive s’incarnait dans la machine hideuse dont le docteur Guillotin venait de présenter les mérites à l’Assemblée », Lecointre comprit que la Révolution avait dérapé, qu’elle était devenue un monstre assoiffé de sang mais il espérait toujours sauver la cause du peuple et lui rendre justice.

 

Christophe Bigot, à travers ce héros picaresque, cherche à montrer comment quand on célèbre cet événement, on oublie souvent que la Révolution française a eu une face particulièrement sinistre.  Presque toutes les grandes municipalités nationales possèdent une rue à son nom mais rares sont celles qui rendent hommage aux victimes innocentes, souvent considérées comme de simples dégâts collatéraux. Cette révolution est un énorme mouvement de révolte, de courage, de générosité mais aussi l’une des pages les plus odieuses de l’histoire de France et, pour l’auteur, même parfois une farce malsaine. « Il y a en effet dans la Révolution une alliance de l’horrible et du farcesque. Une théâtralité qui artificialise et exacerbe tout. Une électricité qui passionne, galvanise et hystérise. Un ridicule latent, découlant parfois des excès sanglants eux-mêmes… »

Denis BILLAMBOZ

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche