Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 09:10
Jardin de printemps de Shibasaki Tomoka

Une histoire japonaise, très japonaise, qui évoque le cinéma nippon à travers la relation que deux voisins nouent avec une étrange maison de leur quartier qui les intrigue fort. Une histoire à la limite du fantastique.

 

 

                                Jardin de printemps

Shibasaki Tomoka (1973 - ….)

 

 

 « C'est une maison bleue/Accrochée à ma mémoire /On y vient à pied /On ne frappe pas… », mais cette maison bleue n’est pas adossée à une colline de San Francisco, elle est plantée dans un quartier bourgeois de Tokyo et elle fascine Nishi qui pourrait chanter la chanson de Maxime Le Forestier tant  cette maison l’attire. Nishi, c’est la voisine du narrateur Tarô, tous deux habitent dans un immeuble promis à la démolition qui se vide progressivement de ses locataires. La jeune femme a en sa possession un livre intitulé « Journal de printemps » qui contient de nombreuses photos de cette superbe demeure qui a été occupée par un couple qui ressemblait étrangement à Nishi et à Tarô, notamment une identité à peu près similaire. Tout un faisceau de coïncidences intrigue fort les deux voisins qui scrutent les photos de la maison pour essayer de deviner si son intérieur correspond toujours à ce qu’ils peuvent en apercevoir, jusqu’au jour où la jeune femme est invitée à entrer dans cette fameuse maison où elle fait la connaissance des nouveaux propriétaires et de leur demeure. C’est le début d’une histoire étrange qui se noue entre la maison actuelle, ses occupants  actuels et les deux jeunes voisins, Nishi et Tarô, qui pourraient incarner les occupants d’un autre temps, celui où les photos ont été prises.

 

Cette histoire, à la limite du fantastique, m’a fait penser à certains films japonais comme j’en ai encore vus un récemment, des films au rythme lent, parfois très lent, à la mise en scène léchée dans des décors dépouillés mettant bien en valeur le scénario, des films avec des dialogues réduits au minimum, des films qui racontent des histoires simples et pourtant étranges, en mesure de déstabiliser celui qui les regarde. Le roman de Shibasaki Tomoka est construit un peu dans ce même esprit, le texte est épuré, l’histoire est réduite à l’essentiel mais n’en est pas moins singulière, les personnages et les lieux paraissent éphémères, irréels, alors que le décor, constitué par la maison bleue, est finement décrit. Il plane sur ce texte, comme sur certains films que j’évoque, une sorte de mystère que le dénouement n’éclaircit pas forcément. L’auteur crée davantage une atmosphère qu’une histoire en usant du processus littéraire de la mise en abyme.

 

Dans ce roman les personnages sont le plus souvent seuls : divorcé, veuf, célibataire, … ils ont besoin d’une compagnie qu’ils ne trouvent pas aisément. Le fonctionnement de la société japonaise ne facilite pas la vie familiale, les mariages sont la plupart du temps arrangés à la mode traditionnelle et les couples, ainsi conçus, ne correspondent pas aux nouvelles exigences de la société contemporaine. Quant au travail, il est devenu une vertu cardinale qui empiète très fort sur la vie privée. Dans cette société, vouée au labeur et à la performance, la vie familiale devient de plus en plus difficile, il est même parfois compliqué d’avoir des amis. Alors, prisonniers de leur solitude, les Japonais tissent des liens forts avec leur habitation à laquelle ils s’identifient et qu’ils aménagent à leur image. C’est ce message que nous laisse Shibasaki dans un roman délicat qui comblera ceux qui apprécient la culture asiatique et même beaucoup d’autres.

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Jardin de printemps de Shibasaki Tomoka

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

billamboz denis 08/11/2016 15:25

Armelle, tu es la bien venue chez toi, c'est nous qui squattons ton espace !

armelle 08/11/2016 09:33

Sans vouloir me joindre à vos échanges, chers Edmée et Denis, j'ai lu ce livre qui est plein de charme et s'inscrit bien dans le courant du 7e Art asiatique que je suis depuis longtemps, grâce au Festival du film asiatique de Deauville. Ce livre m'évoque un peu "La maison au toit rouge",un des derniers opus que j'ai visionné à propos du cinéma japonais.

billamboz denis 07/11/2016 23:53

Connaissant un peu ton caractère, je crois que tu n'es pas du genre à accepter les événements contraires sans réagir énergiquement.

Edmée De Xhavée 07/11/2016 23:43

Possible que ça soit ça... on le sait, je ne suis pas résignée :)

billamboz denis 07/11/2016 23:36

La résignation ?

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche