Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 09:14
Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas de Imre Kertész

Dans ce livre ardu, le Prix Nobel de littérature hongrois (2002), Imre Kertész, explique pourquoi il ne comprend pas sa déportation, comme juif, dans les camps de concentration nazi. Il ne s’est jamais senti juif, il a même appris très tard sa judéité.

 

 

Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas

Imre Kertész (1929 – 2016)

 

 

L’ouvrage de  Imre Kertész explique qu’il ne récitera jamais le kaddish pour son enfant, l’oraison funèbre que les juifs récitent lors du décès de l’un des leurs,  parce qu’il n’aura jamais cet enfant, il ne veut pas lui infliger le sort qu’il a eu lui-même. Evidemment, c’est la shoah qu’il ne veut pas infliger à ce fils virtuel en lui donnant la vie, mais ce n’est pas l’argument qu’il avance en priorité dans sa démonstration.  "Jamais ne peut arriver à un autre enfant ce qui m’est arrivé dans mon enfance". Imre Kertész a eu une enfance difficile avec des parents qui ont divorcé tôt et l’ont envoyé chez un membre de sa famille à la campagne où il a découvert un autre univers.

 

Un jour, il a compris la vraie religion de sa tante, « … j’avais vu quelque chose d’horrible qui m’avait fait l’effet d’une obscénité à laquelle, rien qu’en considérant mon âge, je ne pouvais pas me sentir préparé : une femme chauve en robe de chambre rouge assise devant son miroir… ». Son père lui apprend alors que sa femme est une juive, une juive polish qui se rase la tête et porte perruque. Il découvre par la même occasion que lui aussi est juif mais pas comme son oncle et sa tante « … de vrais juifs, et non des juifs tels que nous, juifs de la ville,  juifs de Budapest, c’est-à-dire juifs quelconques, mais pas chrétiens… ». Il ne veut pas à son tour infliger une religion à son fils, surtout une religion qui peut vite devenir mortelle. « Comment peut-on obliger un être vivant à être juif » ? Supposons que l’enfant hurle : « Je ne veux pas être juif ! »

 

Le drame de Kertész, c’est d’être né juif et de rester juif même sans jamais pratiquer la religion, la judéité comme tare imposée à jamais, comme motif de mort. Il revendique donc, pour les générations à venir, sans réellement y croire, la liberté de choisir sa religion, son mode de vie, son existence… il en veut terriblement à son père de lui avoir transmis sa judéité et de l’avoir abandonné chez la tante chauve à la robe rouge.

 

Mais, comme il l’écrit, « mon enfance terrible et mes histoires abominables » ne sont pas uniquement liées à sa judéité, elles sont aussi le fait du père qui l’a abandonné, lui laissant les profonds stigmates d’un divorce mal vécu qui le marqueront tout au long de sa vie et l’empêcheront d’avoir une relation normale et pérenne avec une épouse.  " Auschwitz dis-je à ma femme, représente pour moi l’image du père, oui, le père et Auschwitz  éveillent en moi les mêmes échos, dis-je à ma femme. Et s’il est vrai que Dieu est un père sublimé, alors Dieu s’est révélé à moi sous la forme d’Auschwitz… "

 

Rejetant Dieu, il ne se réfugie pas, comme Primo Levi, dans le suicide, il se contente de détruire son lignage en refusant d’avoir un fils. Il cherche une autre voie pour donner un sens à l’existence qu’on lui a été infligée :  " Je ne sais pas pourquoi à la place de la vie qui existe peut-être quelque part, je dois vivre ce fragment qui m’a été donné par hasard…"  Il veut alors comprendre, pour ne plus entendre ceux qui prétendent qu’Auschwitz ne s’explique pas, alors qu’Auschwitz, selon lui, a été inventé par des êtres parfaitement rationnels.

 

Très longtemps, il a hésité avant de se réfugier dans l’écriture pour dire, pour témoigner mais surtout pour fuir,  « Je croyais peut-être que l’écriture était une fuite (…), une fuite et même un salut, mon salut à moi et par moi,… » Mais l’écriture n’était que son travail, la tâche qu’il devait accomplir, sa raison de vivre : « … la nature de mon travail qui, …, ne consiste qu’à creuser, à continuer de creuser la tombe que d’autres ont commencé à creuser pour moi dans l’air… » Il a cherché son salut en dehors « des religions déformantes, des églises déformantes », dans la compréhension du monde.

 

Imre Kertész a décrit ailleurs son abominable destin dans les camps de la mort, il ne l’évoque que très peu dans ce livre, il ne raconte que son dernier jour de captivité, le jour où tout changea. Le soldat allemand était devenu prisonnier, « l’ordre du monde avait changé…., la veille c’était encore moi le prisonnier, tandis que là c’était lui, et cela dissipa ma terreur… la sensation de la vie retrouvée, inoubliable et douce mais aussi prudente, car je vivais, certes, mais je vivais comme si les Allemands pouvaient revenir à chaque instant… » Et cette frayeur resta sa plus fidèle compagne jusqu’à la fin de sa vie.

 

Comment vivre avec un tel désespoir ? Comment ne plus croire en rien, accepter, seulement, accepter même de mauvaise grâce de vivre encore, de survivre un peu ? Comment prendre le risque de transmettre la vie, de se réincarner ? J’ai lu ce livre à Budapest entre une visite de la Maison de la Terreur et de la Grande Synagogue avec son cimetière des martyrs, je ne sais plus… je comprends de moins en moins notre monde.

 

« Ma judéité est restée une vague circonstance de naissance, une faute de plus parmi tant d’autres, une femme chauve en robe de chambre rouge devant son miroir ». Imre est né au mauvais endroit au mauvais moment…

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas de Imre Kertész

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Edmée De Xhavée 05/04/2017 19:03

Je pense pouvoir comprendre mais ça doit être si lourd à lire, la souffrance qui s'ajoute à la souffrance et se projette même dans une génération future qu'alors on interdit de séjour...

billamboz denis 05/04/2017 19:33

Hello Edmée,

C'est un livre complexe, on croit lire une accusation du nazisme et de ses exactions, ce qu'il comporte évidemment, mais ce qui surprend le plus c'est l'accusation formulée par l'auteur contre sa judéité qu'il n'a jamais pratiquée et qu'il a même longtemps ignorée. De la douleur sur la douleur.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche