Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 09:10
La mer noire de Kéthévane Davrichewy

Kéthévane Davrichewy est la petite fille d’une famille qui a été obligée de quitter la Géorgie pour des raisons politiques. Dans ce récit, elle nous conte  l’histoire d’une grand-mère, peut-être la sienne, qui a connu le même exil avec toutes ses misères, perdant un amour d’une immense pureté qui cependant jamais ne mourra.

 

 

La Mer noire

         Kéthévane Davrichewy (1965 - ….)

 

Ce soir, il y aura fête chez Tamouna qui  célèbre ses quatre-vingt-dix ans. La narratrice, sa petite fille peut-être, raconte les préparatifs de cette soirée, la visite des enfants et petits-enfants de cette grand-mère vénérée, venue de la lointaine Géorgie que son père a fui il y a bien longtemps. Il était ministre d’un gouvernement qui refusait l’annexion à l’URSS, sa vie et celle des membres de sa famille étaient menacées, il avait alors choisi l’exil qui l’avait conduit dans la région parisienne où Tamouna termine une vie bien mouvementée.

 

La narratrice raconte alternativement, un chapitre sur deux, les préparatifs de la fête, mettant en  scène la descendance de Tamouna, ses enfants et ses petits-enfants mais aussi d’autres membres de la communauté géorgienne de Paris, des cousins et cousines avec leur descendance et la longue vie que Tamouna a déjà eu en Géorgie, à Tbilissi où elle habitait avec sa famille et à Batoumi où elle passait ses vacances, puis en banlieue parisienne et à Paris même où elle connut, comme tous les réfugiés, les rigueurs de l’exil. Elle se souvient des privations, de la difficulté de communiquer, du regard des autres, des humiliations, de la différence qu’il fallait assumer, de la guerre qu’il fallut affronter en voyant les hommes s’engager pour leur nouvelle patrie ou aux côtés des Allemands pour lutter contre l’ogre soviétique, bourreau de leur famille, de leurs amis et, plus largement, de la Géorgie.

 

Kéthévane Davrichewy, elle-même petite-fille de Géorgiens émigrés en France, nous conte avec délicatesse, élégance et tendresse la vie de cette grand-mère qui ressemble certainement beaucoup à  la sienne. Elle évoque la Géorgie, qu’elle connut probablement à travers les récits de cette grand-mère, beau pays magnifié comme tous les pays qu’on abandonne pour sauver sa peau. Elle détaille également la fuite et l’exil dans toutes ses dimensions : sa rigueur, sa cruauté, ses souffrances et ses humiliations sans jamais verser dans la colère, la rancœur ou l’amertume, conservant toujours tact et élégance, malgré une nostalgie mélancolique, même pour dresser les tableaux les plus tristes.

 

Mais, pour moi, ce roman n’est pas un livre de plus sur l’exil, ni un tableau idyllique de la Géorgie avant le communisme, ce texte est avant tout une très, très, belle histoire entre cette grand-mère et son amour de jeunesse rencontré à Batoumi pendant ses dernières vacances au pays. Tamouna et Tamaz s’aimaient d’un amour d’adolescent, tout juste frémissant, jamais consommé qui se perdit dans l’exil mais qui, en deux ou trois occasions, pu renaître avec une force jamais défaillante, une flamme toujours aussi vive et, ce soir, Tamaz a promis de venir de son lointain exil de l’autre côté de l’océan. Une magnifique leçon d’amour que rien ne peut vaincre, la révolution, l’exil, la guerre, la séparation se sont tous cassés les dents sur cette idylle de jeunesse, aussi est-ce émouvant, très touchant, on aimerait tous aimer comme cela, par delà l'éloignement et la terrible absence.

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

La mer noire de Kéthévane Davrichewy

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche