Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 09:30
L'herbier de Marcel Proust de Dane Mc Dowell

 

Voilà un ouvrage plein de délicatesse que  Flammarion nous propose dans une belle édition en ce début d’automne, au moment même où fleurs et feuilles vont sommeiller pendant de longs mois. Cet ouvrage a le mérite d’allier les évocations des végétaux aux pages de « Jean Santeuil » et de « A la recherche du temps perdu » où elles sont tantôt associées  aux heures d’enfance et aux amours inaccomplis, tantôt aux réminiscences affectives et aux illusions perdues. Il est vrai que l’œuvre proustienne est odorante tant on y croise un nombre incalculable d’arbres et de fleurs dont les descriptions ne se contentent pas d'être une louange à leur beauté mais nous projettent dans le tissage complexe et subtil de la mémoire. Avec Proust, chacune d'elles, qu’elle soit bucolique ou psychologique, va bien au-delà des apparences en nous introduisant dans un univers sans frontière. L’écrivain ne nous invite-t-il pas à le suivre dans un fascinant paysage mental émaillé de métaphores et ne se comparait-il pas lui-même à un botaniste moral « qui laisse dormir dans l’humus de sa mémoire la matière sombre et secrète de sa propre création ? »

 

Bien qu’il redoutât les parfums à cause de son asthme, il prenait plaisir à faire l’apologie des saveurs et des odeurs et, à l’initiative de Baudelaire, d’unir l’odorat et le goût car tous deux «  restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer et à porter sans fléchir l’édifice immense du souvenir ». Si bien que  cet ouvrage est une aimable promenade dans le monde proustien si vaste et si pénétrant, là où sous le couvert de la ferveur s’élabore un herbier sur lequel l’imagination ne cesse de broder et de solliciter les correspondances les plus inattendues et les plus audacieuses grâce à l’expérience sensorielle de la mémoire involontaire.

 

Par la même occasion, Proust démontre l’importance de la métaphore qui explique l’inconnu par le biais d’un élément familier, une fleur, une plante, et prête à l’art et à la botanique le pouvoir de déceler la signification du monde et, par voie de conséquence, de la vie. A la ressemblance d’une cathédrale, Marcel Proust a conçu et envisagé son œuvre littéraire dans un enchevêtrement végétal aux multiples ramifications « plus vivaces et pérennes que les vergers du Jardin de l’Eden » - souligne Dane Mc Dowell, journaliste et universitaire, spécialiste de l’architecture des jardins et de l’art de vivre, dont l’herbier est une traversée de la mémoire olfactive particulièrement envoûtante. L’herbe drue de la création nous évite ainsi de nous en tenir aux seules données suggérées par les sens et de vivre dans ces paysages agrestes aux vives couleurs une véritable expérience spirituelle. Bien que condamné volontaire dans le huis clos de sa chambre, Marcel Proust a su ouvrir les portes du vrai paradis qui est celui de l’art et de l’art uniquement. N’est-ce pas grâce à lui que les fleurs si vite fanées et les humains si vite vieillis connaîtront des inflorescences enchanteresses et que le passé reconquis, grâce à la mémoire, deviendra en quelque sorte un éternel présent ? 

 

Ce livre aux fragrances multiples et aux sensibles descriptions suit un itinéraire précis qui va des fleurs de l’innocence  aux fleurs de salon, des fleurs du mal à l’herbier de la mémoire et nous découvre des horizons insolites où Proust, en écrivain impressionniste, s’attache à saisir la magie d’un reflet, l’instable dans l’absolu et propose une échappée sur l’essence même de la vie. Un précieux ouvrage, illustré par Djohr, à offrir lors des prochaines fêtes de fin d’année parce qu’il est une introduction à l’oeuvre proustienne particulièrement séduisante. Lisez plutôt ce passage sur la fleur de marronnier :

 « Parce qu’elles fleurissent en candélabres et qu’elles embaument le jardin, ses fleurs aériennes accompagnent une liturgie secrète et personnelle agissant comme des intermédiaires entre les dieux et les hommes. Enfin, lorsqu’elles jonchent le sol en formant un tapis de pétales de roses, elles renouvellent la promesse d’un avenir radieux et d’une vie éternelle. »

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique DOSSIER MARCEL PROUST, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Illustrations de Djohr : le catleya et l'aubépine.
Illustrations de Djohr : le catleya et l'aubépine.

Illustrations de Djohr : le catleya et l'aubépine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans DOSSIER MARCEL PROUST
commenter cet article

commentaires

Loic 29/10/2017 20:50

Ce livre correspond parfaitement au savoir faire de Marcel qui savait cuisiner les saveurs et les odeurs avec art

Tania 26/10/2017 11:12

Un beau sujet ! Je suis étonnée de retrouver un titre déjà utilisé par Marthe Seguin-Fontes pour un choix de textes qu'elle avait illustrés à l'aquarelle (Editions du Chêne, 1995), de façon plus classique que ces mélanges de dessins et photos de visages, une "aimable promenade" aussi.

armelle 27/10/2017 10:10

Oui, Tania, je me souviens très bien de ce livre, un bel ouvrage fort bien illustré, mais avec moins de références sur les liens qui unissaient Proust et la nature et que l'écrivain utilisait finement comme des paraboles ou des métaphores.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche