Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 08:30
On ne coupe pas les ailes aux anges de Claude Donnay

Des jeunes gens à la recherche de leur véritable identité sexuelle et de leur avenir doivent affronter une bonne partie des nombreuses épreuves encombrant le monde actuel. Un roman initiatique qui dénonce les déviances qui altèrent notre société actuelle.

 

 

On ne coupe pas les ailes aux anges

Claude Donnay (1958 - ….)

 

 

Avec ce roman Claude Donnay a tenté de mettre en scène  les grandes calamités que notre jeunesse doit affronter en ce début de millénaire : homophobie, pédophilie, violences faites aux femmes et aux enfants, émeutes subversives et répression brutale, migration des peuples, radicalisations nationalistes, atteintes à la nature, changements climatiques … Un vrai catalogue des calamités qui frappent le début du  XXI siècle.

 

Arno, jeune garçon qui vit seul à Bruxelles avec sa mère, est amoureux de Bastian le fils de l’épicier, un homme brutal et sanguin qui le rudoie constamment car il n’apprécie pas sa part de féminité qu’il juge un peu trop envahissante. Il ne peut davantage compter sur l’affection de sa mère, une véritable harpie qui n’hésite pas à affronter son mari, sous le nez de l’enfant, dans des bagarres sauvages agrémentées de bordées de jurons et imprécations du plus haut cru. Pour son malheur, la route d’Arno croise un soir celle d’une bande de voyous patibulaires, homophobes qui lui infligent des sévices d’une violence inouïe. Hospitalisé, le jeune homme souffre atrocement et se referme sur lui-même pour ne pas revivre les traitements qu’il vient de subir.

 

Afin d’oublier sa douleur et ses bourreaux, Arno décide de fuguer en compagnie de son ami, car  il ne veut pas affronter ses parents une fois de plus. Et contrairement à ce qu’il a dit à sa mère, il n’emmène pas son ami vers la côte mais vers l’intérieur, vers les Ardennes où ils goûtent ensemble à un vrai contact avec la nature et rencontrent une fille originale qui leur raconte des choses étranges. Convaincus que leur fugue est vaine, ils reviennent dans la capitale où ils arrivent juste au moment où des émeutes enflamment la ville…

 

Du moins,  cette fugue leur a-t-elle révélé la réelle nature de leur relation, la possibilité de retrouver la paix et la quiétude loin de la ville et a provoqué la rencontre avec Mira la jeune femme mystérieuse et attirante. Ce livre, qui commence comme un roman d’amour entre deux garçons, vire au roman noir dès qu’Arno est violenté et violé par des loubards. La police entre alors en œuvre comme dans un vrai polard que Claude Donnay a épicé de textes intercalés dans le récit pour narrer une autre histoire enfouie tout au fond de la mémoire du policier chargé de retrouver les loubards sanguinaires.

 

Un texte dense qui répertorie ce qui risque d’arriver à des jeunes gens un peu différents, à des femmes ou à n’importe qui dans notre société radicalisée où  force et violence tiennent trop souvent lieu de  force loi. Mais Claude ne concède pas tout à la violence, il sait que l’amour peut surgir n’importe où, que Cupidon peut piquer quiconque de ses flèches et créer les couples les plus improbables afin de  faire renaître la vie et l’espoir.

 

Denis BILLAMBOZ


Pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer  ICI


RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Claude Donnay

Claude Donnay

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche