Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 08:31
Le grand Coeur de Jean-Christophe Rufin

Voilà un livre que l’on quitte à regret tant l’auteur a su rendre vivante la personnalité de l’argentier Jacques Cœur et nous immerger dans une époque assez mal connue, allant  de la fin de la guerre de Cent ans au tout début de la Renaissance. Un roman mené de main de maître pour nous décrire un temps marqué par les rudes  épreuves d’une guerre interminable et  les sacrifices et obligations qu’il fallût assumer pour redresser une France moribonde. Charles VII, le roi au triste visage, eut assez de clairvoyance et de finesse d’esprit pour la remettre en selle et se choisir un argentier fort talentueux qui allait ouvrir le commerce sur l’Orient et l’Europe et préfigurer ce que l’importation de la richesses pouvait représenter à l’avenir. Certes, l’homme était ambitieux et se fit monnayeur, dans un premier temps, afin d’échapper à sa condition modeste et, par la suite, eut à « cœur » de réorganiser l’économie d’un pays en gagnant la confiance royale et en  créant un réseau commercial d’une ampleur incroyable.

 

«  J’ai voulu qu’on le suive dans ce livre avec son ingénuité d’enfant, ses désirs d’adolescent, ses choix d’adulte, ses doutes et ses erreurs. Il faut partir pour ce voyage sans emporter de bagages, en lui faisant confiance. Nous ne savons pas ce qu’est le Moyen-Âge. Lui non plus. Il va le comprendre en y vivant, et nous, en le regardant vivre » écrit l’auteur dans sa postface.

 

Au long de ces pages, on vit à l’heure d’une France en pleine restructuration, pansant ses plaies encore vives, affichant son ambition et sa résolution pour reprendre sa place durement écornée par les Anglais. Ainsi plongeons-nous dans cette époque charnière où tout est à reconstruire et à réinventer, d’où l’intérêt de l’ouvrage dont le narratif est tout ensemble concis et flamboyant.

 

« J’avançais et de nouveaux trésors apparaissaient puis cédaient la place à d’autres encore, dans quelques directions que j’aille. Toutes les richesses de la terre étaient rassemblées là, tirées des forêts de Sibérie comme des déserts d’Afrique. Le savoir-faire des artisans de Damas était représenté comme l’habileté des tisserands flamands ; les épices qui mûrissent dans les tiédeurs orientales voisinaient avec les merveilles du sol, minerais, gemmes, fossiles. Le centre du monde état là. Et il n’était pas acquis par la conquête ou le pillage mais par l’échange, la liberté des hommes et le talent de leur industrie. »

 

Ainsi voyageons-nous avec Jacques Cœur sur les routes qu’il a initiées pour le commerce, cela sous une forme de mémoire que Jean-Christophe Rufin érige comme un tombeau romanesque à cet aventurier qui a consacré son talent à renflouer les finances de la France sans oublier d’assurer les siennes. L’auteur s’accorde néanmoins quelques fantaisies en évoquant les amours qu’il aurait eus avec la belle Agnès Sorel, qu’il connût et  protégeât mais qui était néanmoins la maîtresse attitrée du roi. Les passages sur leur supposée  union sont d’ailleurs les moins convaincants et les moins réussis. Mais le livre est, par ailleurs, si bien conduit, rédigé d’une plume si éloquente et  descriptive que l’on suit ce Jacques Cœur à travers un parcours unique et picaresque et selon une fresque à laquelle se mêlent  intimité, nostalgie et tendresse.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE


Pour consulter les articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Jacques Coeur

Jacques Coeur

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche