Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 10:07

10365321_1527532937474815_3037037463374229660_o--1-.jpg

 

TU ES BELLE A L'INTERIEUR DE TON COEUR


Ce  livre est d’abord, lorsque vous le prenez dans les mains et le feuilletez, un  bel objet : papier glacé, magnifiques illustrations composées des photos et des reproductions des dessins et toiles de l’auteur qui ne se contente pas d’écrire mais dessine et peint, artiste complète et sensible  qui sait percer les mystères du cœur humain. Après Madrid et Singapour où son mari était en poste, Véronique Desjonquères s’est retrouvée avec ses enfants à Bombay en 2010 lors de sa nouvelle affectation professionnelle, plongée soudainement dans une  mégapole où elle s’est installée  avec le projet immédiat de ne pas se contenter d’y  vivre en vase clos avec la colonie française, mais de s’ouvrir à une population très diverse, à un monde bruyant et coloré dont la découverte demande du temps, de la disponibilité et des nerfs d’acier.


«  Voir la beauté de Bombay ne va pas de soi. Cela nécessite d’aller au-delà d’un extérieur sale et repoussant. Où est la beauté des bidonvilles et des barres d’immeubles décrépits par la mousson et le manque d’entretien ? Qui n’a jamais perdu ses nerfs en raison d’une circulation souvent infernale ? Comment ne pas être révoltée par ces familles entières dormant sur le trottoir, par ces enfants marchant pieds nus dans les détritus,  forcés de faire la manche aux carrefours plutôt que d’aller à l’école ? Bombay est la ville de tous les contrastes : à la fois frustrante, déconcertante et fascinante, elle est aussi le lieu où la plus grande des richesses côtoie la plus dégradante des pauvretés » - écrit-elle en préambule et on imagine le désarroi, l’inquiétude des premières semaines lorsqu’il lui a fallu s’immerger dans cette ville tentaculaire, tenter de s’y adapter et surtout de communiquer avec une population aussi composite. C’est cependant ce qu’elle a su faire avec une intelligence qui a été à l’origine de l’ouvrage dans lequel on plonge avec émotion et que l’on dévore d’une traite tant les êtres, qui vous parlent, semblent proches, tant ils ont à dire et le font avec simplicité et  une dignité bouleversante. Qui sont-ils ces hommes et femmes de milieux divers, ces adolescents, ces enfants, ces vieillards qui se confient avec retenue et pudeur et  de façon si naturelle, sans que soit exclu de leurs propos, humour, tendresse et malice.


« Il a fallu dépasser mes peurs de déranger, d’être mal reçue. Mes interlocuteurs, choisis au hasard, au gré de mon inspiration, se sont souvent livrés avec gentillesse, se sont rendus disponibles pour répondre, n’hésitant pas à arrêter leur travail pendant plusieurs dizaines de minutes. Peut-être étaient-ils heureux qu’une étrangère s’intéresse à eux ? Parfois, mais rarement,  j’ai été rejetée. J’ai fait ici une des plus riches expériences humaines que j’ai connues, elle a contribué à donner un sens à ces quatre années vécues à Bombay » - avoue Véronique Desjonquères dès les premières pages de son livre.

 

Et de ces quatre années difficiles mais intenses, elle n’est pas ressortie indemne, elle ne s’est pas investie sans en être profondément changée, enrichie, fortifiée. Ces êtres approchés et écoutés ont su créer en elle un paysage intérieur, faire naître une sensibilité plus vive à l’autre, une écoute sans doute plus précise, une inspiration probablement plus humaine. Sa peinture s’en ressent : colorée, sensitive, vibrante. Ses interlocuteurs sont là non seulement dans les mots mais dans les images :  les Samy, les Manhar, les Kamal, les Shekar, le doux sourire de Ratan ou le beau visage de Nikita. Les enfants sont si confiants, les jeunes filles si gracieuses, malgré la pauvreté, le dénuement même. L’espérance ne faiblit pas, vigilante, comme une bougie qui donne aux visages leur clarté. Et ces hommes et  femmes nous content leur quotidien sans détours, dans l’intimité de leurs humbles masures, au travail ou sur les marchés, sans oublier de souligner leurs  espérances secrètes, la foi qui les anime et les aide à rester vertical. Ce livre a, entre autre pouvoir, de vous rendre proche un univers lointain, de vous conduire au cœur d’une réalité dure mais vraie, émouvante, courageuse et toujours sobre et digne. Quelle belle leçon de vie !  Merci à l’auteure d’avoir su consacrer ces quatre années à ce témoignage en mots et en images d’une vérité et d’une authenticité qui nous incitent à partager son expérience. 


« En décidant de faire ce livre au lendemain de mon arrivée en Inde, j’avais l’intuition et j’espérais qu’il m’aiderait à voir la beauté de Bombay. Par le témoignage de ces hommes et de ces femmes,  j’ai voulu traduire la diversité de la mégapole. J’ai abordé des quartiers proches que je côtoyais dans mon quotidien et des lieux touristiques plus connus. J’ai cherché à comprendre comment les gens vivaient, travaillaient, ce qu’ils ressentaient, quels étaient leurs rêves. Ces rencontres personnelles m’ont transformée de l’intérieur. »


 Nous aussi Véronique à vous lire…


 

 

Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE

 

Pour se procurer l'ouvrage  en français ou anglais, cliquer   ICI

 

Et pour prendre connaissance des articles de la rubrique CULTURE, cliquer sur le lien ci-desssous :

 

Liste des articles de la rubrique CULTURE

 

1502386_1527538154140960_6758344673219923412_o.jpg

10468643_1532402330321209_6670373258213512199_n.jpg

10353038_1527539200807522_7248855494092633789_n.jpg

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CULTURE
commenter cet article

commentaires

Alain 15/07/2015 15:21

Un bien beau témoignage sur ce pays, Bombay en particulier que je connais assez bien. L'Inde ne peut laisser indifférent. À chacun de mes séjours, aussi court soient-ils, je suis rentré enrichi. J'ai une profonde admiration pour le respect des traditions et ce modernisme qui, me semble-t-il, n'arrivera jamais à détruire l'âme de ce beau pays. Merci Armelle de m'avoir parlé de votre article concernant le livre de Veronique Desjonqueres. Les photos de ses toiles sont très belles. En particulier ces femmes qui portent le sari avec une légèreté et une élégance à nulle autre pareille.

Thérèse 23/11/2014 18:24

Je pense que ce livre me plairait beaucoup, moi qui sors dorénavant si peu. Je vais me renseigner du prix et de la façon de se le procurer en français. merci Armelle.

Veronique desjonqueres 03/02/2015 05:27

Désolée de ne pas avoir vu vos commentaires plus tôt. Le prix est de 45 euros en France. Où habitez-vous? Je suis en France du 23 au 28 fevrier. C'est essentiellement par mon intermédiaire que les livres sont vendus. J'en ai un stock chez moi à Courbevoie même si j'habite Hong Kong à présent.

armelle 22/11/2014 10:01

Oui, Edmée, c'est une très jolie démarche qui a permis l'écriture d'un livre attachant et sublimement illustré.La dignité de ces personnes si diverses, qui se confient avec naturel à leur
interlocutrice venue d'un autre monde mais qu'elles sentent à l'écoute, est vraiment une belle leçon de vie.

Edmée De Xhavée 22/11/2014 09:51

Je comprends tout à fait la démarche, l'intérêt si sincère que même ces gens "découverts" se laissent découvrir avec douceur... Ce n'est pas facile comme approche, et c'est une sorte de "mission",
en quelque sorte! J'admire, vraiment!

Veronique desjonqueres 03/02/2015 05:28

Merci pour ces commentaires que je viens de découvrir.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche