Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 09:15

arton729-b7369.jpg

 

 

BS Johnson est un auteur anglais avant-gardiste qui a proposé de nouvelles formes littéraires mais n’a pas connu le succès qu’il méritait ; aussi je vous propose de découvrir l’une de ses premières œuvres en espérant que vous adhérerez à ses innovations littéraires et que vous aurez envie d’aller plus loin dans son œuvre.


 

Christie Malry règle ses comptes

Brian Stanley Johnson (1933 – 1973)

 

 

Au début des années soixante-dix, dans la ville natale de l’auteur, Christie Malry, occupant un emploi minable mais garanti dans une banque, décide cependant de l’abandonner pour apprendre la comptabilité afin de mieux comprendre les manipulations d’argent  enrichissant grassement certains. Il découvre ainsi la comptabilité en partie double dont il déduit un mode d’organisation de sa vie, structuré en débits pour les torts qui lui sont causés et en crédits pour les torts qu’ils causent à ceux qu’ils jugent coupables de l’avoir lésé. Pour que le compte de sa vie soit équitable, il faut donc qu’il inflige autant de torts à ceux qui l’ont lésé, qu’il en a reçus de leur part. Il s’embauche ensuite dans une pâtisserie industrielle pour mettre en pratique ses nouvelles compétences et sa nouvelle conception de la vie en société.


Dans ce roman BS Johnson se livre à un exercice d’innovations formelles en insérant dans le texte des incursions dans le cerveau du héros et en y laissant même des blancs pour matérialiser les moments de réflexion permettant la construction de la pensée nécessaire à l’élaboration de certaines actions. Mais surtout, en intégrant dans le livre quelques documents comptables permettant d’évaluer la situation du héros par rapport à ses débiteurs et créditeurs (il faut aussi considérer la façon dont le héros évalue les torts qui lui sont infligés et les actions qu’il conduit en retour, il n’est pas nécessaire de bien connaître la comptabilité pour savourer les comptes présentés). Cette ingérence d’un élément fondé sur les mathématiques dans le texte du roman n’est pas sans rappeler le recours qu’Italo Calvino avait fait à la géométrie pour construire son roman « Palomar ». Autre innovation, les personnages font partie de la construction du roman comme les acteurs font partie d’une pièce de théâtre, ils discutent avec l’auteur du scénario qu’il doit suivre.


Dans ce texte drôle, cynique, cruel, glacial, qui va parfois très loin, jusqu’à inciter, de façon plutôt loufoque cependant, à la destruction physique du monde, Johnson règle aussi ses comptes avec l’économie libérale, la société industrielle productiviste, l’industrie alimentaire de la malbouffe, les administrateurs d’entreprises profiteurs et incompétents et tous les petits chefs zélés et médiocres. C’est aussi un texte à portée sociale visant à dénoncer l’iniquité et la perversion du monde de l’entreprise libérale et à annoncer sa fin prochaine. Il ne cache pas non plus son aversion à l’endroit des gouvernants et sa violente opposition au pouvoir en place au début des années soixante-dix en Grande Bretagne, laissant pointer un désespoir profond : « je n’aurais pas dû me donner autant de mal : tout est inutile, futile, stérile ».


BS Johnson profite aussi de l’écriture de ce texte pour donner son opinion sur l’évolution du roman à la fin du XXe siècle : «  … qui veut encore lire de longs romans de toute façon ? Pourquoi passer tout son temps libre de la semaine à lire un roman de mille pages alors que l’on peut vivre en une seule fois une expérience esthétique comparable devant une pièce de théâtre ou un film ? Il se justifiait au sein d’une société et d’un ensemble de conditions sociales qui n’ont plus cours aujourd’hui ».  A partir de maintenant, le roman devrait seulement essayer d’être Drôle, Brut et Court… » Propos qu’il met parfaitement en pratique dans le présent texte.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

denis billamboz 19/03/2014 00:21

Salut Pascal,

BS Johnson est un grand chercheur en matière littéraire, j'ai acheté un de ses livres qui est livré dans un coffret sous forme de cahiers non reliés qu'on peut lire dans n'importe quel ordre. C'est
de la littérature un peu futuriste qui ne s'adresse qu'à un public averti. J'aime bien de temps à autres ouvrir des fenêtres vers d'autres univers littéraires et montrer des choses qu'on m'a fait
découvrir.

Il est mort il y a longtemps, il s'est suicidé. Quidam réédite l'ensemble de son oeuvre.

Amitiés !

I

Pascal 17/03/2014 13:34

Salut Denis,
Les auteurs ne savent plus quoi imaginer mais l'idée est amusante.Mais j'avoue que je ne suis pas tenté. Les livres doivent tout d'abord me dépayser. Je suis suffisamment dans le concret toute la
journée. Mais tu as raison de diversifier tes articles sur la lecture, il en faut pour tous les goûts et toutes les aspirations.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche