Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 07:19

comme-karateka-belge-fait-cinema-1477634-616x0.jpg

 

 

Après avoir reçu un petit mot de son village natal, un employé d’une galerie d’art contemporain n’a plus envie de rentrer chez lui, il divague dans les rues de Paris en revivant le long voyage initiatique qu’il a accompli pour ne pas arriver à ce qu’il voulait faire, mais aussi pour échapper à ce qu’il était. Il se souvient de ses origines, fils d’un ouvrier agricole d’un château dans le Médoc mettant toute son énergie à accomplir de solides études pour échapper au destin que son père lui avait concocté : employé comme ouvrier viticole dans la même propriété que lui. Il fallait qu’il échappe à ce métier, à ce statut, à son village refermé sur lui-même, xénophobe, raciste et surtout homophobe ce qui était insupportable pour lui.


Son père étant communiste, il ne pouvait pas suivre les autres enfants du village au catéchisme, alors il se réfugiait à la bibliothèque où un fanatique de cinéma lui inculqua le virus de cet art. Le cinéma devint ainsi son rêve, son avenir, son destin. Il monta alors à Paris pour suivre une école privée pas assez prestigieuse pour qu’il réussisse dans ce milieu. Vivant de petits boulots en petits boulots pour ne pas solliciter la famille, lui cacher son échec, il atterrit finalement dans une galerie dont le patron remarque son intérêt pour l’art conceptuel qu’il expose et lui propose un emploi qu’il occupe toujours quinze ans après avoir quitté la terre, cette terre qui lui colle cependant toujours aux semelles. Provincial, il est, provincial il restera à son grand dam et à sa grande honte, dans le milieu sophistiqué, décadent et puéril où il se sent en décalage.


Au cours de son errance, il pénètre dans un palace parisien où il fait la connaissance d’un karatéka belge qui fait du cinéma et l’embrouille dans un discours abscons dans lequel il trouve cependant un sens. « Tu vas mettre ta vie sur le comptoir et nous allons regarder ce qu’il y a dedans ». Il constate finalement qu’il n’est qu’ « un homme à la recherche de lui-même » ayant épousé une fille trop riche pour le milieu qu’il a progressivement abandonné, n’osant avouer qu’il vit aux crochets de sa belle famille et travaillant comme factotum dans un milieu frelaté par l’hypocrisie et la médiocrité entourant  le marché de l’art.


Ce livre n’est qu’un long périple dans les pas du narrateur, peut-être de l’auteur, pour évoquer la destinée à laquelle on n’échappe pas, la terre colle toujours aux semelles quelles que soient les chaussures empruntées. On reste toujours ce que l’on est malgré les apparences que l’on tente de modifier pour masquer ses véritables origines. « Les artifices dont nous usons nous révèlent peut-être davantage que la nudité ». Un voyage agrémenté d’une réflexion sur le sens de la vie et sur l’art, plus particulièrement sur l’art contemporain et toutes les manipulations pas  très honnêtes qui l’entourent. «Tout ça pour te dire que ce n’est pas facile de savoir qui nous sommes, parce que souvent cela dépend des autres, de leur regard ».


Un texte agréable qui se lit facilement même si l’auteur utilise des artifices littéraires pour construire ce voyage initiatique nullement linéaire car, s’il est aisé de suivre le narrateur dans sa déambulation parisienne, il est un peu plus compliqué de reconstituer son parcours personnel évoqué en fonction des événements qui rythment cette errance nocturne.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche