Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 08:51

eloge-souvenir-L-1.jpg

 


Les peuples ne perdent la vie que quand ils perdent la mémoire.  Maréchal Foch

 

Journée du souvenir, le 11 novembre nous remet en mémoire un passé que l'on serait souvent enclin à oublier. Les temps ont tellement changé, me direz-vous ! Quel jeune d'aujourd'hui partirait la fleur au fusil guerroyer pendant quatre ans dans le froid, la boue, l'horreur des tranchées ? Quelle guerre mérite qu'on lui sacrifie sa jeunesse, son armée, mais également ses appelés, et que l'on saigne à blanc une génération, se privant ainsi de ses cerveaux, de ses coeurs et de ses bras ? Aucune, bien entendu...si l'on considère qu'il n'y a pas de cause qui justifie un tel sacrifice. Néanmoins, n'est-ce pas ce qu'on fait, au cours des siècles, des millions de jeunes hommes, afin de sauver leur patrie forgée, au cours des âges, par le génie, la volonté, la ferveur, la compétence, le courage de leurs ancêtres ? Un pays a une âme, un visage à nul autre pareil. Une patrie a un sens, un rôle, une raison d'être. La terre est pour chacun de nous un lieu d'ancrage. Si nous nous exilons, c'est le plus souvent contraint et forcé et, à l'heure du soir, rares sont ceux qui ne souhaitent pas s'en retourner mourir au pays.

 

 

Pas question pour autant de figer un peuple dans la piété archéologique de son passé. La France a toujours préféré une tradition vivante, transmise par le moyen de la coutume qui synthétise les lents et constants apports du temps, à une tradition momifiée dans les formules ou raidie dans les systèmes. Les faiseurs de systèmes et les créateurs de constitutions théoriques ignorent trop souvent que la diversité des pays rend bien difficile l'adoption de plans politiques uniformes et absolus. Seuls demeurent constants les principes premiers de toute société basés sur l'immuabilité de l'essence des choses et de la nature humaine. En effet, cultiver des rêves de cité universelle dans un monde violemment divisé en groupements rivaux serait condamner notre pays à être dupe de ses voisins et à disparaître à plus ou moins brève échéance. Il est donc normal, et ce le fut de tout temps, de défendre la cité menacée. On a trop souvent tendance à mettre l'accent sur la seule amitié d'homme à homme, sur le contrat qui unit ensemble les membres d'un peuple et à exalter la nation au moment même où on lui prêche l'oubli des seules raisons permanentes de sa cohésion : celles que lui donne sa qualité d'héritière. " Car la patrie est l'héritage, la nation l'héritier ".

 



Nous savons à quels excès ont mené ces principes lorsqu'ils furent développés jusqu'en leurs extrêmes conséquences, aussi bien en France qu'en d'autres pays d'Europe. Les nations, qui ne doivent subsister que par l'effort volontaire de leurs membres, sont conduites vers les grandes simplifications mythiques de leur destin (qui n'est plus guère que matériel) et vers des images sublimées où s'accrochent les pires chimères et les pires erreurs, de même que s'exaltent dangereusement des engouements ou des haines irraisonnées envers d'autres peuples de notre vaste univers. Dégoûtés par ces excès, nombreux sont les citoyens qui se jettent alors dans la négation même de la patrie et dans l'utopie d'une cité universelle déjà évoquée par la Révolution. Mais cette notion, probablement valable dans le royaume des âmes, ne peut l'être dans l'ordre politique. Pas plus que ne peut l'être un monde sans racine, ouvert à tous les courants d'air de l'histoire.



 

Aujourd'hui, nombreux sont ceux - et à juste raison - qui s'épouvante à l'idée d'empires gigantesques, d'une mondialisation possible devant lesquels le destin des frontières anciennes ressemble à celui fugitif des jardins enfantins. Et le doute se saisit d'eux. Les patries sont-elle condamnées ? Toutes ces vies ont-elles été sacrifiées pour rien ? Non, car la notion de patrie n'est pas une sclérose de l'être dans la piété de temps révolus, elle n'a en elle-même aucun caractère d'immobilisme, elle ne commande pas à l'homme le ressassement sentimental et vain de thèmes désuets. Elle murmure simplement à l'oreille de chacun de ceux qui, debouts, face aux monuments aux morts qu'ils honorent en ce 11 novembre : " Je vous désigne ce qui a duré. Je vous rappelle ce qui a réussi. Mais je vous l'enseigne, pour qu'à une longue suite de labeurs et de luttes, vous apportiez votre part, car vous êtes des continuateurs. C'est pourquoi l'idée de patrie donne à l'homme sa place, en appuyant son humble action à celle de millions de morts impérieux, en même temps qu'elle l'enchaîne aux mystères exigeants de l'avenir".

 


Aussi, ne nous leurrons pas : ce qui nous menace le plus n'est autre que le désamour. Le désamour de nous-mêmes et de nos valeurs. Or, ceux qui ne s'aiment pas ne savent pas aimer les autres. Rien ne se bâtit dans la désillusion et, pire, l'indifférence ou la désespérance. A ces jeunes gens, que la mort a ensevelis dans son suaire, les arrachant à l'aube de leur vie à une actualité dont ils se sont consciemment privés pour permettre à la nôtre de perdurer, demandons-leur de nous transmettre la ferveur et la confiance.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

autres articles concernant les éloges :

 

Eloge des petites choses

 

Eloge des clochers

 

Eloge de la France

 

Et pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique CULTURE

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CULTURE
commenter cet article

commentaires

Loic 12/11/2015 20:28

Tres beau, je partage sans reserve.

armelle 12/11/2015 18:49

Merci Sandrine et Martine. Soëren Kierkegaard avait raison d' écrire : " La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé."

Martine 12/11/2015 14:00

Merci, Armelle pour ce bel "Eloge du souvenir", tellement emouvant et surtout pertinent. Cet eloge me fait evidemment penser a la meditation d'Albert Camus dans "Le Premier Homme" sur la tombe de son pere, mort le 11 octobre 1914 lors de la bataille de la Marne:" Silencieux et detournes de tout, comme etait mort son pere dans une incomprehensible tragedie loin de sapatrie de chair, apres une vie tout entiere involontaire...".

Sandrine L. 11/11/2015 10:29

Toutes nos familles ont été touchées par la Grande Guerre, des fils, des frères sont morts au champ d'Honneur. Voir son propre nom gravé dans la pierre d'un village ou d'une plaque d'église est une émotion puissante, qui vient de très loin. Nous portons tous en nous la vie de nos ancêtres et l'histoire, glorieuse ou pas, de notre pays. Le souvenir nous constitue; le sang de la multitude de nos prédécesseurs coule dans nos veines, qu'on le veuille ou non. Si parfois, les flonflons et les rubans des commémorations portent à sourire, l'intuition, l'instinct devraient nous forcer au recueillement, au respect. Eux, c'est nous. Des hommes avec des joies, des chagrins, des espoirs.

Thérèse 14/11/2011 19:34


Comme Alain, ce billet m'a beaucoup touchée car j'ai eu plusieurs personnes tuées en 14/18 dans ma famille dont deux grands-oncles.Le discours de Sarkozy a été à la hauteur de la commémoration.


Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche