Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 07:19

pleuvait-oiseaux-1393271-616x0.jpg

 

 

Eh oui, l’auteure ne m’avait pas convaincu lors de la présentation de ce bouquin et pourtant je l’ai beaucoup aimé, ça démontre qu’il n’est pas toujours facile de bien parler d’un livre et que l’auteur n’est peut-être pas le meilleur avocat de son œuvre. Pour une fois au moins, je vous présente un véritable coup de cœur.

 

 

Il pleuvait des oiseaux

Jocelyne Saucier (1948 - ….)

 

 

Lorsque Jocelyne Saucier a promu ce livre dans la médiathèque que je fréquente habituellement, je n’ai pas été conquis par sa présentation, elle ne m’a pas donné envie de lire ce livre que j’ai finalement lu dans le cadre d’une sélection littéraire. Et, là, j’ai découvert une grande et belle histoire d’amour qu’elle nous avait un peu cachée dans son exposé. Elle nous avait abondamment parlé des grands feux qui ont ravagé le nord de l’Ontario entre 1910 et 1925 mais moins des personnages qu’elle a mis en scène. Ce roman est avant tout un formidable roman d’amour et d’espoir, un hymne à la vie, au bonheur.

 

Ce récit polyphonique est en partie fondé sur des événements qui se sont réellement passé. Lassée de faire, pour des botanistes, des photos de plantes au fond des forêts presque encore vierges du nord de l’Ontario, une photographe part à la recherche des derniers survivants des grands feux qui ont ravagé cette région, et notamment d’un certain Ed, Ted, Edward selon les circonstances, qui serait l’un des personnages mythiques ayant survécu, en 1916, à l’incendie de Matheson. Au fond de la forêt elle rencontre deux ermites ayant fui la civilisation pour des raisons diverses qui lui disent qu’Ed, Ted, Edward, est décédé depuis peu. Elle prend ainsi connaissance de cette microsociété composée des deux vieillards qui l’ont accueillie et de deux jeunes gens, un planteur de marijuana et le gardien d’un hôtel abandonné. Cette compagnie érémitique, un peu marginale, change complètement de vie quand l’un des deux jeunes ramène au campement une vieille tante internée à tort dans un asile d’aliénés depuis soixante-six ans. La vieille, pas folle du tout, bouscule la vie trop bien réglée de ces ermites de la forêt et se révèle d’une grande utilité pour décrypter les très nombreux tableaux qu’Ed, Ted, Edward a laissés avant de décéder.

 

Les vieillards nonagénaires, malgré leur grand âge, trouvent une nouvelle raison de vivre avec cette fragile octogénaire experte innée en art pictural, et redécouvrent des sentiments, des émotions, des petits plaisirs, qu’ils avaient oubliés ; le roman se transforme alors en une belle et très émouvante histoire d’amour, peut-être l’histoire d’amour impossible qu’Ed, Ted, Edward a voulu décrire dans ses tableaux énigmatiques.

 

Dans un style alerte, frais, pétillant où il est difficile de distinguer les expressions propres à l’auteure de celles issues de la langue québécoise, Jocelyne Saucier propose un grand message d’espoir, l’amour reste possible à tout âge et dans les pires conditions, la tendresse ne meurt jamais et le feu peut renaître sous les cendres les plus froides. Et c’est bien sous les cendres froides des grands incendies du nord de l’Ontario que la photographe découvre l’amour d’un jeune homme indécis qui n’a jamais pu dire son amour, cet amour que la vieille dame lira sans difficulté sur les toiles qu’il a laissées et qu’elle répandra autour d’elle. Une histoire fraîche, émouvante, touchante, pleine de tendresse, une quête du bonheur racontée avec une grande finesse par l’auteure.

 

« Le bonheur a simplement besoin qu’on y consente »


Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

denis billamboz 12/06/2014 11:08

Une lecture bien fraîche qui pour une fois s'élargit sur un message d'espoir, c'est tellement rare à notre époque où il est plus facile de se faire éditer en donnant dans la violence et le
désespoir.

armelle 02/06/2014 19:43

Le titre est joli et l'idée que l'amour est un bien que l'on peut partager à tout âge, infiniment réconfortant. Mais j'en suis déjà persuadée.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche