Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 08:03

irene-nestor-et-la-verite-de-quidam-937057862_ML.jpg

 

 

J’ai eu la chance, en avril dernier, d’être invité par un ami à l’enregistrement d’une émission radio organisée par Remue.net à l’intention de Quidam Editeur, une petite maison d’édition qui ne publie que des textes d’une grande exigence. Elle présentait à cette occasion trois de ces poulains : Philippe Annocque, celui qui m’a invité, Jacques Josse dont j’avais déjà lu le livre présenté et Catherine Ysmal une excellente auteure française résidant depuis très longtemps à Bruxelles. Un moment d’enchantement que je voudrais vous faire partager avec ce commentaire de ma lecture de Catherine Ysmal.

 

Irène, Nestor et la Vérité

Catherine Ysmal


 « J’aimerais dire la vérité. Ce salut dans les mots. Mais quel salut ? Je sais que rien ne sauve. Les mots sont victimes d’eux-mêmes, comme je le suis. A eux la raclée que je fous. Salauds de mots. » Irène  enfermée, étouffée, dans un silence qu’elle semble plus subir que souhaiter, ressent des sensations nouvelles. Elle émerge par bribes du terrible chaos dans lequel un violent choc l’a précipitée. On comprend très vite que Nestor l’a frappée un peu plus fort que les autres fois et qu’elle sort péniblement, sensation par sensation, du néant dans lequel elle était immergée. Progressivement, ces sensations lui évoquent des choses qu’elle a connues avant, elle se souvient peu à peu de son existence avec Monsieur, de ses évasions avec Alice, de ses peines, de ses douleurs, de ses désirs… et le sentiment qu’ils n’ont pas compris sa différence, qu’à tort ils la croyaient folle.


Ce texte polyphonique, récité tour à tour par les membres d’un trio rituel : Irène, épouse, Nestor, époux, et Pierrot amant improbable, témoin effectif porteur d’une certaine part de vérité, évoque la déconfiture du couple qui se défait progressivement jusqu’à sa destruction. Une décomposition due à l’incompréhension qui existe entre les deux époux, résultant de leur difficulté à mettre des mots communs sur des sensations qu’ils pourraient partager s’ils savaient, s’ils pouvaient, user des mêmes mots sur les mêmes ressentis. A chacun sa vérité, à chacun sa manière d’exprimer ce qu’il ressent sans que l’autre le comprenne forcément. Les mots qui s’élèvent entre les êtres ne rendent pas toujours les ponts possibles, ils sont souvent coupables de l’impossibilité de communiquer comme ils ont rendu Irène muette. Nestor l’a réduite au silence en exigeant d’elle un langage qu’elle ne possède pas, en lui demandant des mots qu’elle ne connait pas.


Dans ce texte très travaillé, très moderne, très novateur, de grande qualité, Catherine Ysmal démontre comment le langage devient le" deus ex machina" de la décomposition de ce couple. Un couple que l’auteur utilise comme l’illustration de la difficulté d’employer un vocabulaire commun pour rassembler, réunir dans une même pensée, des êtres différents. Un réquisitoire contre l’usage d’un langage banalisé, standardisé qui ne sait que promulguer une pensée unique, meilleur outil d’un pouvoir totalitaire. « Les définitions ne sortent pas de nulle part mais d’un monde, d’une organisation sociale ; de pouvoirs, d’une histoire qui se construit. Ils ne sont pas neutres. »


« Je ne peux pas y croire à ta vérité

Je ne peux pas y croire au malheur

Au malheur de la vérité »

 

Denis BILLAMBOZ


Pour consulter les précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous :

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 

600ba5e7e40cf7477c399372272ef05f9101d8d6.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

"Denis.Billamboz 21/08/2013 18:09

Salut Boss !

Mes vacances on été longues et très agréables : 10 jours en Irlande (génial) et 18 jours en vadrouille dans la France du nord (super). Je suis sûr que tu as toi aussi passé de très belles vacances
et que tu supplée ton frère avec maestria.

Heureux de démarrer une nouvelle aventure avec Armelle avec, dans ma besace, plein de belles choses à partager.

Je lirai avec plaisir la commentaire de lecture d'Agnès... que j'attends déjà.

Courage Boss !

Pascal 20/08/2013 12:54

Salut Denis,
Juste un coucou en passant. As-tu passé de bonnes vacances? Je vois que tu reviens avec ta besace pleine. De bonnes surprises évidemment. Excellentes vacances pour nous tous. Rentré début août pour
remplacer mon beau-frère parti se détendre un peu. Il rentre lundi prochain et ma femme et enfants dimanche. je les ramène de chez ma belle-mère. Agnès prépare un commentaire au sujet du roman
d'Armelle, qu'elle et ma belle-mère ont beaucoup aimé. A + car là je suis un peu débordé par mon rôle de boss.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche