Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 10:30

1237542737_25119089_p.jpg

 


Où situer l'Atlantide décrite par Platon ? Dans l'océan Atlantique, en mer Egée, chez les Hyperboréens, comme certains le supposent, et pourquoi par chercher, à la lueur des dernières découvertes, l'hypothèse qui semblerait la plus plausible. Si du moins il y en a une !
Le Timée et le Critias, deux dialogues de Platon, constituent la source principale dont nous disposons à propos de l'Atlantide. L'auteur y fait état d'une tradition rapportée d'Egypte par Solon, qui en avait pris connaissance auprès des prêtres de Saïs. Neuf mille ans plus tôt, les ancêtres des Athéniens auraient repoussé une invasion venue de l'ouest, depuis un continent étendu " devant les colonnes d'Hercule". - Là se trouvait un empire grand et merveilleux qui tenait la Lybie ( nom désignant l'ensemble de l'Afrique ) jusqu'à l'Egypte et l'Europe jusqu'à la Tyrrhénie ( l'Etrurie ). Mais dans le temps qui suivit, il eut des tremblements de terre et des cataclysmes ; dans l'espace d'un seul jour et d'une nuit terribles, l'île Atlantide s'abîma dans la mer et disparut. -


Fournis par le Timée, ces renseignements sont développés dans le Critias, qui nous apprend que l'île de l'Atlantide aurait été organisée à l'origine par Poséidon, qui en avait confié la royauté à Atlas, dont le nom fut donné à cette terre. Ce pays disposait de tous les métaux que l'on peut extraire des mines. L'orichalque était, après l'or, le plus précieux d'entre eux, mais il fallait ajouter à cela le cheptel et le gibier abondants, l'agriculture et l'arboriculture qui assuraient de belles récoltes de céréales et de fruits et les forêts nombreuses qui assuraient les matériaux nécessaires au travail des charpentiers. Bénéficiaires de toutes ces richesses, les habitants avaient construit des ports, des temples et des palais. Une force militaire importante comptabilisant douce cents navires et dix mille chars était à la mesure de cette prospérité. Hélas, le Critias, demeuré inachevé, ne rapporte pas le récit de la destruction de l'Empire atlante.


Les érudits ont recherché ultérieurement s'il n'existait pas, dans la tradition grecque, des précédents au récit de Platon : le nom d'Atlas apparaît chez Homère, et certains ont cru voir dans Ogyvie, l'île où régnait Calypso, des restes du continent évoqué par Platon. En revanche, aucune source égyptienne actuellement connue ne vient confirmer les renseignements fournis par les deux dialogues. Au cours de l'Antiquité, Aristote, Ptolémée et Pline l'ancien se refusent à prendre au sérieux l'existence de l'Atlantide. Seul le géographe Posidonius semble moins sceptique et les héritiers de la tradition platonicienne acceptent le récit de leur maître mais n'apportent aucun élément supplémentaire pour mieux étayer cette allégation. Quant au Moyen Age, il ignorera le problème et il faudra attendre la Renaissance et l'explosion intellectuelle, qui l'accompagne, pour que la question soit de nouveau posée.

 

C'est au XVIe siècle que l'Espagnol Gomara identifie, dans son Histoire générale des Indes, l'Atlantide à l'Amérique récemment découverte. Les localisations les plus diverses sont désormais proposées à partir du siècle suivant. En 1665, le père Athanase Kircher place l'Atlantide au milieu de l'Océan, les Canaries et les Açores constituant selon lui les vestiges du continent englouti. Le Suédois Rudbeck l'identifie à son propre pays, et le théologien protestant Baër la place en Palestine dans son Essai historique et critique sur l'Atlantide des Anciens paru en 1762. Le siècle des Lumières verra également fleurir de nombreuses autres interprétations.

 

Quelques années plus tard l'Allemand Knötel voulut voir dans les Atlantes des grands initiés, des sages venus apporter à l'humanité les trésors de la connaissance. L'hypothèse saharienne inspira, en 1918, à Pierre Benoit un roman célèbre, en même temps qu'elle encouragea les fructueuses expéditions réalisées par Henri Lhote dans le Tassili. Nous sommes alors face à plusieurs hypothèses : - celle de l'Atlantique défendue par Donnelly jugée comme la plus acceptable, d'autant que les premières recherches océanographiques localisent des hauts-fonds dans la région des Açores, où l'on découvre la chaîne des montagnes volcaniques qui sépare en deux l'Océan et correspond à ce que nous désignons aujourd'hui sous le nom de rift atlantique. Aussi Donelly n'hésite-t-il pas à considérer la culture atlante comme la matrice originelle de toutes les civilisation - la thèse du suédois Rufbeck, confirmée par l'Allemand Hermann Wirth, qui l'identifie à l'ancienne Thulé, source hyperboréenne supposée de toutes les grandes cultures de l'Antiquité -enfin celle plaçant l'Atlantide dans la mer Egée, où la catastrophe évoquée par Platon correspondrait à l'explosion du volcan de Santorin, phénomène dont les géologues nous disent qu'il s'est produit au XVe siècle av. J.C. et dans lequel les archéologues ont cru identifier le gigantesque raz de marée fatal à la civilisation minoenne de Crète.
L'hypothèse égéenne repose sur un fait géologique incontestable : la formidable explosion du volcan de Santorin alors île de Théra fréquentée depuis la préhistoire en raison de la richesse de son sol. Le raz de marée, qui suivit l'événement, ravagea les rives de la mer Egée, entraînant la ruine instantanée d'Amnisos, le port de Cnossos, la principale métropole de la grande île crétoise.

 

1237546544_3femmes.jpg

 

Fresque du palais de Cnossos dite des " Parisiennes ", vers 1500 av. J.C.


Mais une telle interprétation se heurte immédiatement à l'argument chronologique : la civilisation minoenne apparaît et se développe mille ans avant Platon, et nous sommes loin des neuf mille ans rapportés par celui-ci. Nous savons, par ailleurs, que la Crète minoenne a connu un déclin brutal à partir du XVe siècle avant notre ère, sans pouvoir expliquer ce déclin par l'arrivée d'envahisseurs. Et peut-on assimiler les Crétois aux Atlantes ? Rien n'est moins sûr, car il est difficile de prêter aux  Minoens - peuples de marins, de pêcheurs et de commerçants - les intentions belliqueuses des Atlantes de la légende, à moins que l'on interprète, en ce sens, la légende du Minotaure. Pourtant, la géographie semble infirmer l'hypothèse égéenne, puisqu'il est clairement question d'une île située devant les colonnes d'Hercule. Il faudrait donc chercher l'Atlantide au-delà du détroit de Gibraltar, étant donné que les envahisseurs, venus assaillir Athènes, seraient originaires de la mer Atlantique. On peut ainsi imaginer que les Atlantes de Platon puissent être identifiés aux Peuples de la mer et du nord que les textes égyptiens désignent comme le pays de l'obscurité, ce qui confirmerait la thèse nordique. Les témoignages archéologiques apportent des confirmations non moins intéressantes : les envahisseurs du XIIe siècle av. J. C. ont laissé sur leur passage des épées à soie plate et à rivets caractéristiques du Nord protogermanique. La forme des navires figurés sur les parois du temple de Médinet-Habou est identique à celle des embarcations observables sur les gravures rupestres scandinaves de l'âge de bronze. Une autre donnée doit également nous éclairer : l'orichalque, ce précieux métal mentionné dans le Critias, serait l'ambre, résine fossile recherchée dans toute l'Europe ancienne, mais ne se trouvant que sur les rivages des mers septentrionales. La thèse comprend néanmoins des points faibles. Platon signale la présence d'éléphants dans l'île mythique : or, il est bien peu probable que ces animaux aient pu se trouver dans le nord de l'Europe plusieurs millénaires après la fin de la dernière glaciation et ils n'ont, en tous cas, laissé aucune trace archéologique.


Quelle qu'ait pu être la réalité de l'île décrite dans le Timée et le Critias, le continent englouti n'a pas fini d'exciter notre imaginaire. S'il demeure une part de vérité dans le mythe platonicien, c'est peut-être celle relative aux raisons qui conduisirent ce puissant empire à la ruine. L'auteur grec nous explique, en effet, que l'oubli des lois issues de la tradition, les ferments de la division furent fatals aux Atlantes car "quand l'élément divin diminua en eux, ils méritèrent le châtiment de Zeus". Comment on écrit l'Histoire...

 

Sources : Philippe Parroy

 

D'après les dernières recherches, la mer Egée semble être la version la plus logique. Ce sont soudain les forces de la nature contre la civilisation ; l'apocalypse de l'Atlantide et du continent perdu a frappé à jamais les esprits, d'autant que, récemment, nous avons assisté à des cataclysmes semblables provoqués par des tremblements de terre suivis de tsunamis et que nous sommes en permanence menacés par des catastrophes du même genre.
Qu'est-ce qui cause la naissance ou la mort d'une île ? La violence des éléments est-elle continûment une menace pour les humains ? Certes oui ! Le phénomène de l'Atlantide n'est pas un séisme isolé. D'autres ont eu lieu, dont un qui a englouti la cité d'Eliky en Grèce à l'époque de Platon, une cité opulente découverte récemment. Frappé par cet événement, Platon y a-t-il vu un signe prémonitoire et, par son récit d'une incontestable violence, a-t-il voulu alerter ses contemporains sur le danger qu'il y avait à provoquer la colère des dieux ? Pourquoi pas !


C'est en Egypte qu'est né le mythe de l'Atlantide. Les Egyptiens sont de grands chroniqueurs et ont relaté dans la pierre les effroyables conséquences qui furent ressenties jusque chez eux du tremblement de terre et du tsunami qui ont entraîné l'anéantissement d'une partie de l'archipel de Santorin, il y a 3600 ans. Or Santorin, proche de la Crète, était alors occupé par les Minoens qui disparurent sans que rien n'explique cette disparition, sinon une catastrophe naturelle. Tout concoure aujourd'hui à accréditer la thèse que le peuple atlante ne serait autre que le peuple minoen.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

autres articles évoquant ce mythe :

 

La Crète entre réalité et légende

 

La Crète minoenne ou l'histoire revisitée par la légende

 

Et pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique CULTURE

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CULTURE
commenter cet article

commentaires

armelle 19/02/2014 10:36

Merci de votre commentaire Michel. J'irai visiter votre site avec plaisir, car ce sujet m'intéresse comme vous pouvez le constater.

Michel S. 18/02/2014 20:02

La pointe de Malabata ne m'est pas inconnue.

J'ai été formé à la mer et la navigation dans le Détroit et les
décennies sont passées.

C'est sur le hauteurs du Cap Spartel que l'Archéologue
Marthe de Chambrun-Ruspoli me donna le précieux conseil de toujours
considérer les lieux tel que les anciens auraient pu le faire...

Plus tard je compris l'importance des graines qu'elle avait su
semer sur un terreau qu'alors rien ne prédestinait et nous sommes
toujours en communion malgré sa disparition il y a déjà bien des
années.

J'ai tenté de les traduire dans un livre en 2008, (Les Deux Sycomores
de Turquoise).
En 2014 j'ai récemment mis en ligne une vidéo:
L'autre Atlantide, Les Transmigrations.

http://youtu.be/kxoN3z0hdXY

La vision étant celle du terrain, je la suppose susceptible de vous
intéresser, car sensiblement différente de ce que l'on consulte habituellement.

Philippe LASSIRE 05/01/2014 17:14

Selon l’histoire ésotérique de l’Égypte : « Alors le Tout entra dans une grande fureur et déclencha le Grand Cataclysme et le continent Atlantide s’enfonça définitivement dans les flots le 27
juillet 9792. Seuls survécurent Geb, Nout, Horus sauvé de dernière, Iset, Nekbeth et une armée de survivants d’une part et Sit avec une armée de survivants d’autre part. Ils débarquèrent séparés
par soixante kilomètres de côte au Maroc actuel, près d’Agadir. Leurs descendants continuèrent leurs luttes pendant des siècles tout en avançant à travers l’Afrique du Nord et arrivèrent enfin en
terre promise l’Égypte où ils fondèrent les deux royaumes : au Nord, les descendants de Sit et au Sud les descendants d’Horus. »

http://www.top-philo.fr/voyage-egypte.php

armelle 04/01/2014 19:58

L'Egypte a su magnifier les mystères. Il semble qu'elle n'a cessé de les interroger. Contrairement à nous, qui, croyant être sur le point de tout résoudre, nous en détournons.

Alain 04/01/2014 14:48

Quel voyage ! Tant d'hypothèses, pour des mystères qui n'en finiront jamais de fasciner. Si c'est en Égypte qu'est né le mythe de l'Atlantide, comme vous l'écrivez, je suis ravi que l'un de vos
lecteurs pense que Dendérah serait le point de départ d'une nouvelle civilisation. Je garde un souvenir rare et magnifique de ce temple. Du plus haut de sa terrasse, les images somptueuses avec le
désert d'un côté, les palmeraies et le Nil de l'autre restent gravées dans ma mémoire. Pour les beautés offertes, et la sensation ressentie à ce moment précis, que le bonheur serait éternel.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche