Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 10:57

9782842638054.jpg

 

 

Un livre un peu décalé comme "Le Dilettante" en édite régulièrement, un livre en forme de satire pour dénoncer la déliquescence de notre société et  les tentatives révolutionnaires pour la refonder mais peut-être aussi un cri d’alarme pour attirer notre attention sur ce qui pourrait nous arriver dans les années à venir. Un texte un peu fantastique, surréaliste mais follement sérieux.

 

 

L’automne des incompris

Hugo Ehrhard (1977 - ….)

 

 

Dans cette lecture, je me suis longtemps interrogé, je demandais où l’auteur cherchait à m’emmener en condamnant à mort son héros dès le premier chapitre, j’ai trouvé cette manœuvre rudement téméraire. J’ai ensuite un peu plané, avec celui-ci, dans son passé, avant qu’on se propose de le passer par les armes, quand il volait sur diverses compagnies aériennes pour évaluer la qualité de leurs prestations. Et c’est là que je suis entré définitivement dans le sujet, lorsque ce héros un peu picaresque tombe amoureux d’une bombe hollandaise qui possède tout ce qu’il faut, là où il faut, pour faire craquer le plus austère des anachorètes. Evidemment il ne résiste pas, l’accompagne dans les douches d’un aéroport et promet de faire son possible pour la croiser sur un autre vol ou dans un autre aéroport.


Il est raide dingue amoureux de cette fille et persiste à croire qu’elle sera sienne malgré les avertissements de ses amis et de son ex- femme. Il croise encore la beauté à Rome et à Dubaï où elle l’invite à une soirée invraisemblable à laquelle participent tous ceux qui montrent régulièrement le bout de leur trombine à travers le petit écran : politiciens, chefs de grandes entreprises, chefs religieux, comédiens, chanteurs, sportifs fortunés, … un melting- pot extravagant de tout ce qui constitue le pouvoir et la fortune sur notre planète. Et, après ça, elle le plaque à tout jamais car elle a une mission grandissime à accomplir dans un pays totalement inconnu, elle ne peut pas en parler avec ce médiocre dont elle entend se débarrasser.


Mais un jour, le cave entend parler à la radio de ce fameux pays qu’elle avait brièvement évoqué un soir sur l’oreiller et qui défraie brusquement la chronique. Ce petit bout de territoire, niché aux confins des steppes asiatiques et des massifs montagneux du Kirghizistan, vient de proclamer son indépendance et cherche à attirer ceux qui peuvent l’aider à faire progresser l’humanisme et à éliminer les autres pour constituer un monde nouveau car l’humanité actuelle est en pleine décadence.


« Un monde

Qui traite le léger avec sérieux

Et le sérieux avec légèreté

Symptôme ultime de la décadence. »

 

 

Ces dirigeants qui m’ont fait penser à un satrape turkmène, particulièrement autoritaire, qui exerçait il y a peu encore un pouvoir surréaliste et ubuesque dans les steppes d’Asie centrale, ont constaté que les populations n’ont plus que le choix entre une société déliquescente nageant entre frivolité et futilité et une rébellion stérile souvent génératrice de la pire des barbaries. « La majorité est donc écartelée entre deux illusions : celle de son accession aux strates de l’aisance et celle de sa possible rébellion. La minorité entretient ces illusions par le biais de tous les médias à sa disposition… » Pour pallier cette alternative fatale, les membres de « L’automne des incompris », le nom de ce mouvement humaniste refondateur du monde,  ont confié pour mission à des consultants  le soin d’inventer un nouvel ordre social où les êtres efficaces et obéissants se mettraient au service du monde des riches. « Le chômage et le fanatisme religieux grimpaient, Wall Street se gavait. La calotte glaciaire fondait. Tom Cruise sortait un nouveau thriller. C’était fini. » Le moment était opportun pour changer le monde.


A travers cette satire aux allures pamphlétaires, Hugo Ehrhard attire l’attention des lecteurs sur l’état déplorable de notre civilisation et sur les dangers que comportent les solutions offrant une sortie possible de cet état de décadence. Au XXe siècle, les révolutions de tout bord ont donné le pouvoir à des dictatures sanguinaires laissant, après leur effondrement, une large place à une société de marchands que l’auteur met en scène en exacerbant leur pragmatisme et leur cynisme.


Un petit livre facile à lire mais qui en dit long sur le monde dans lequel nous vivons et sur ce qui pourrait bien nous attendre dans les décennies à venir : l’application aux Etats de ce qui existe déjà dans certaines entreprises où seuls les êtres dociles et productifs ont leur place, les autres étant éjectés.

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous  :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

denis billamboz 06/01/2015 15:04

Merci Pascal, bonne année à toi aussi et à tous ceux qui te sont chers. La lecture et l'écriture ne sont que ma deuxième activité, j'ai un engagement associatif très important et c'est là qu'il
faut que j'occupe des coupes pour alléger mon emploi du temps.
Que 2015 t'apporte tout ce que tu espères et te conserve en pleine forme.

Pascal 06/01/2015 13:38

Bonne année Denis et bonne continuation de lecture. N'abuse pas cependant de ta passion. garde-toi en bonne santé. A +

denis billamboz 05/01/2015 21:41

Oui Sandrine, un livre pour ne pas se prendre la tête, une histoire actuelle sous l'apparence d'un récit de science fiction. Un livre qui pose des questions sans en avoir l'air.

Sandrine L. 05/01/2015 15:00

Un billet chouettement rythmé pour un livre très, très tentant.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche