Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 08:59
Le Lubéron ( les bories )

Le Lubéron ( les bories )

 

C'est après Montélimar que la Provence se découvre dans l'éclat de sa lumière, avec ses champs de lavande, ses villages perchés sur des éperons rocheux, la chaîne dentelée de ses Alpilles, ses collines calcaires et pierreuses, ses bois de chênes qui ont survécu jusqu'à nos jours, ses rangées de vigne, ses vastes oliveraies, ses cyprès et le chant de ses cigales.


De la Provence romaine à la Provence médiévale, de celle des petites abbayes cachées dans la verdure à celle fastueuse et solennelle des anciennes demeures papales, le pays s'annonce riche et complexe, extrêmement varié et attaché à ses traditions millénaires. Région multiple de par sa physionomie et son caractère, celle-ci se singularise par sa langue ( l'occitan ou langue d'oc ) qu'utilisaient les troubadours dans leurs chansons et leurs poèmes d'amour, par son fleuve tumultueux - le Rhône - ; par son vent - le mistral - qui ne souffle nulle part ailleurs et balaye la vallée jusqu'aux rivages corses ; par la blancheur et la pureté du calcaire du mont Ventoux ou le rouge presque sanguin de l'argile de Roussillon. Dans ce contexte original, un peuple s'est forgé au long des siècles un caractère trempé et répète à travers le temps les mêmes gestes, les mêmes rythmes venus de loin. En effet, l'histoire du pays méridional se perd dans les brumes d'un passé très ancien. La légende veut que le chef de l'expédition phocéenne, Protis, séduit par une calanque profonde entourée de collines généreuses, y fonda en l'an 600 av. J.C. Massalia devenue plus tard Marseille, capitale du sud de la France. Mais Marseille ne figure pas dans notre itinéraire. Ce sont davantage les  petites cités, les bourgs, les villages que nous souhaitons visiter, à l'exception d'Avignon, ville culturelle importante à laquelle nous consacrerons notre dernière journée, tant le charme de ses rues, la splendeur de ses monuments, la richesse de ses musées ne peuvent que captiver le visiteur le plus blasé.


Nous voilà le  premier soir installés dans le charmant mas où j'ai pris la précaution de retenir l'une des 3 chambres dès fin mai, et qui dispose, par ailleurs, d'un joli jardin et d'une piscine. Les maîtres de maison ne sauront que faire pour rendre notre séjour agréable, mettant à notre disposition livres et documents, fruits frais cueillis le jour même et le matin, sous la tonnelle, un petit déjeuner où se côtoient divers pains délicieux, des salades de fruits, du miel de pays, des laitages et des confitures maison. De Althen-des-Paluds, proche de L'Isle-sur-la-Sorgue posée comme par magie sur les différents bras de la rivière et appelée, à tort ou à raison, la Venise paysanne, nous allons rayonner autour des points d'ancrage que nous nous sommes fixés, Arles, le mont Ventoux, le massif du Lubéron et Avignon.


Ce sera Arles en premier, la petite Rome des Gaules, qui connut 3 empereurs : Auguste, Antonin et Constantin et se pare de quelques-uns des plus beaux monuments antiques de France : son amphithéâtre, son théâtre, ses thermes et son forum, reflets de ce que fut la civilisation romaine à son apogée. Son déclin coïncidera avec les invasions barbares des Wisigoths entre 426 et 480 de notre ère. Comment décrire cette ville si belle qui allie la perfection des structures romaines à la splendeur romane de son église et de son cloître Saint-Trophine. C'est dans cette église que le bon roi René épousa Jeanne de Laval et que Louis II d'Anjou se lia à Yolande d'Aragon. L'arène d'Arles, qui ressemble à celle de Nîmes, compte parmi les plus anciennes du monde romain et fut peut-être construite sous le règne d'Hadrien. Elle peut contenir jusqu'à 24.000 personnes et sert aujourd'hui encore pour des spectacles et des courses de taureaux. On comprend que la beauté de la ville ait pu inspirer autant d'artistes dont Vincent van Gogh qui y réalisa un grand nombre de toiles et de dessins. C'est dans l'ancien hôpital, où l'artiste fut interné à plusieurs reprises, qu'a été aménagé un espace culturel à son nom. Mais la plus envoûtante image que nous laisse Arles est sans nul doute le jardin des Alyscamps, une antique nécropole célèbre dès les Gaulois où furent enterrés des Phéniciens, des Celtes, des Gaulois, des Grecs, des Romains. Une légende médiévale veut que le corps de Roland tué à Roncevaux fut porté sur ces lieux et Arioste dans Le Roland furieux situe ici, sous les arbres centenaires et parmi les tombes millénaires, le duel entre Roland le paladin et les Sarrasins. En novembre 1888, Vincent van Gogh et son ami Gauguin peignirent le jardin mais leurs toiles sont totalement différentes : celle de Gauguin plus délicate et douce ; celle de Van Gogh plus vive en couleur et intense en émotion.

 

1252324237_vincent-van-gogh-paintings-from-the-yellow-house.jpg          La toile de Van Gogh

 

 

Dans Arles, où sont les Alyscamps,
Quand l'ombre est rouge, sous les roses,
          Et clair le temps,
Prends garde à la douceur des choses.
Lorsque tu sens battre sans cause
          Ton coeur trop lourd ;
Et que se taisent les colombes ;
Parle tout bas, si c'est d'amour,
           Au bord des tombes.

                                                         

                                             Paul Jean TOULET


Au retour, nous faisons une courte halte à Fontvieille pour apercevoir le moulin de Daudet qui ne l'habita jamais, mais imagina de situer dans ce cadre  bucolique la rédaction de ses fameuses lettres. Lui demeurait chez des amis au château de Montauban. On accède au moulin, dont le mécanisme fonctionne toujours, par une allée ombragée de pins, où l'auteur aimait à se promener, à flâner et à bavarder avec le meunier. Si l'huile n'est plus pressée ici, elle n'en reste pas moins la principale ressource de la région des Baux, dont la terre est particulièrement propice à la culture de l'olivier et fournit une huile d'une saveur remarquable et, à mon avis, insurpassable, car je ne me souviens pas avoir goûté en Grèce, en Turquie ou en Crète une huile aux arômes si subtils. Pour finir la journée, un autre arrêt s'impose à Saint-Rémy de Provence, où l'arc et le cénotaphe sont admirablement conservés et se parent, à l'approche du soir, d'une légère tonalité ambrée. Ces deux monuments ont miraculeusement échappé aux outrages du temps et des hommes et se caractérisent par leurs imposantes proportions et la qualité de leurs sculptures ( principalement pour le cénotaphe ). Plus loin Glanum fut fondée au VIe siècle av. J.C. sur la route où se croisaient la voie Domitia et celle qui descendait des Alpilles. La ville devait être imposante avec ses riches habitations, ses nombreux autels votifs dédiés à Hercule. Il est toujours émouvant de marcher ainsi dans des ruines dispersées parmi les oliviers et les cyprès, lieux qui n'ont pas manqué d'évoquer pour moi Pergame en Anatolie ou Olympie dans le Péloponnèse.



1252325437_roussillon01.jpg      Le village de Roussillon

 

 

Nous décidons de consacrer notre troisième journée aux villages les plus typiques du Lubéron  et à l'abbaye de Sénanque en empruntant la route touristique qui contourne la chaîne des montagnes et nous découvre à l'ouest une douce série de collines et à l'est le Mourre Nègre qui profile les 1125 m des sombres courbes de son relief. Les paysages sont aussi variés que pittoresques avec les villages qui grimpent et s'étirent le long des éperons rocheux, chacun hissant à son sommet une citadelle ou un campanile, rappelant un passé de guerres, de sièges et d'incursions. Le versant sud est plus doux, plus intime, plus à même de recueillir les espaces boisés et verdoyants qui couvrent les pentes indolentes de la Durance. Si Gordes est le village le plus connu, le plus touristique, il s'est sophistiqué à l'excès et je ne retrouve plus le charme qu'il dégageait lors de ma première visite, il a une trentaine d'années, mais, par chance, Roussillon a su conserver intacte sa séduction avec sa terre ocre dont les nuances vont du blanc doré au jaune clair, du jaune safran au pourpre et jusqu'au marron brûlé. Les hommes de la préhistoire utilisèrent cet ocre pour tracer les dessins rupestres de leurs cavernes. Ce fut surtout à la fin du XVIIIe siècle, sous l'impulsion de Jean-Etienne Astier, que naquît un florissant marché de l'ocre avec l'Orient. De nos jours, le bourg ne vit plus que du tourisme et pointe son clocher carré au sommet d'une coupole d'or, comme offerte à la pluie de lumière qui la fait chatoyer comme un calice. Plus loin, il y aura Ménerbes, Oppède-le-vieux, Lacoste et le château de Sade, Ansouis, demeure de la famille Sabran, Lourmarin où repose Albert Camus, autant de haltes comme les boules d'un chapelet précieux d'ambre que l'on égrène dans des paysages cernés de collines âpres et sauvages. Et voilà enfin, entre Gordes et Sénanque, le village des Bories qui n'est pas sans susciter des analogies avec d'autres constructions de la zone méditerranéenne comme le nuragh sarde ou le tholos grec. Et comment ne pas penser à la voûte en coupole de la tombe d'Agammenon ou le Trésor des Atrides de Mycènes ?

 

 ( Voir mon article sur  Le Peloponnèse  )

 

Les cabanes en pierres sèches ont surtout été utilisées comme bergerie, plus rarement comme habitation. Plus bas, dans le creux d'un vallon solitaire, parmi une végétation abondante, apparaît, austère et puissante, l'abbaye de Sénanque fondée à la fin du XIe siècle par l'Ordre monastique des Cisterciens. La beauté sévère du paysage s'accorde parfaitement à l'austérité propre à l'architecture cistercienne : d'abord une église en croix latine à trois nefs et cinq absides surmontée d'une coupole octogonale à la croisée du transept, puis le monastère qui comprend la salle du chapitre, les dortoirs et le cloître d'un goût nettement provençal, où les arcades se succèdent sans hâte autour d'un petit jardin dominé par le clocher. Tout cela s'accorde à l'esprit de simplicité d'un Ordre qui a toujours privilégié le silence, le recueillement, la prière, le dévouement au prochain et qui réunit encore quelques moines, alors que l'on comptait 350 communautés à la fin du Moyen-Age. La sobriété du site et des bâtiments, la qualité exceptionnelle du silence, le dépouillement général rendent encore plus prégnantes les lignes épurées de l'architecture et nous plongent, pour quelques instants, dans l'harmonie la plus parfaite et l'intériorité spirituelle la plus intense, devenues l'une et l'autre si étrangères à notre monde en constante effervescence.

 


1252342515_dentelles-de-montmirail.jpg   Dentelle de Montmirail

                                                                       

 

Notre quatrième journée va nous conduire au mont Ventoux qui culmine à 1912 mètres et propose un panorama grandiose sur les Alpes, les Cévennes, les Pyrénées et la mer que l'on devine vacillante dans son halo de lumière. Cette montagne doit son nom au vent ( le mistral ) qui y souffle avec une violence extrême, ayant arasé son sommet qui n'est plus qu'une calotte de pierraille blanche que l'on pourrait prendre de loin pour une couche de neige ou de glace. De tous temps, ce mont a attiré la curiosité des botanistes car on y trouve des fleurs et des arbres d'espèces diverses : du thym méditerranéen au saxifrage du Spitzberg, de même que des pins, des cèdres, des sapins, des hêtres, si bien que ce décor fascinant a également attiré les artistes et les poètes séduits par cette montagne dressée, comme par hasard, au milieu du grand jardin provençal. Le premier homme à l'avoir escaladé n'est autre que Pétrarque qui quitta le village de Malaucène avec son frère le 26 avril 1336 pour s'acheminer lentement vers le sommet. Les abords du mont sont magnifiques avec leurs pentes couvertes de vignes, leurs villages, leurs  fontaines, les murs couleur de miel, les façades contre lesquelles s'appuient les cyprès comme des rangées de candélabres et les dentelles si célèbres de Montmirail. Détour en revenant chez nos hôtes au ravissant bourg de Fontaine-de-Vaucluse, lieu poétique par excellence où nous retrouvons la présence de Pétrarque, l'écho de ses vers et son amour pour Laure. C'est là qu'il conçut ses oeuvres les plus importantes, c'est là qu'il chanta son amour éternel et idéal qui le tint pendant vingt ans... si " ardent". Laure de Noves, épouse de Hugues de Sade, à qui elle donna 11 enfants, mourut jeune, emportée par la terrible peste noire qui sévit dans le pays en l'an 1348. Un petit musée rassemble quelques souvenirs du doux poète et le village lui-même ne peut manquer d'enchanter par le murmure de ses eaux, la sobre ordonnance de son église Saint Véran, son château en ruines et cette rivière Sorgue à l'onde si bleue qui jaillit du fond d'un hémicycle naturel avec un débit qui peut dépasser les 22 mètres cubes/seconde.

 


1252346496_avignon0pq.jpg   Avignon : le pont et le palais des Papes

 

 

 

Notre cinquième et dernière journée sera toute entière consacrée à Avignon, après un bain matinal dans la piscine afin d'emmagasiner un peu de fraîcheur avant nos pérégrinations en pleine chaleur dans la cité papale. Lorsque l'on débouche du parking souterrain sur la Place du Palais, c'est évidemment le choc. La grandiose silhouette de celui-ci se détache sur le ciel d'un bleu intense avec ses puissantes murailles, ses tours, ses voûtes, sa cathédrale Notre-Dame des Doms et, sur la gauche, l'élégante architecture du palais des archevêques, tout cela dans une harmonie sublime. Le soir, sous une presque pleine lune, la vision sera peut-être plus belle encore, plus magistrale dans l'expression de sa majestueuse magnificence.Construit sous le pontificat de trois papes, ce château féodal a l'aspect d'une forteresse mais sans sa pesante lourdeur, grâce à ses murs hauts, percés de quelques fenêtres, ses arcs en ogive et ses vastes mâchicoulis qui rendaient jadis le palais imprenable lors des assauts ennemis. L'intérieur, bien que remanié à maintes reprises, conserve sa structure ancienne avec sa cour impressionnante, la salle de la grande audience, celle du consistoire et, plus intime, la chambre du pape ou celle des cerfs qui renferment l'une et l'autre des fresques et des pavements en carreaux de céramique. On déplore bien évidemment les graves dégâts causés ici, comme ailleurs, lors des sombres années de la Révolution. Le clou de la visite reste la terrasse d'où l'on jouit d'une vue panoramique sur le Rhône, le pont Saint Bénézet et la tour de Philippe le Bel, sise sur l'autre rive du fleuve, à Villeneuve-les-Avignon. Le pont d'Avignon est lié à une très belle légende, celle de saint Bénézet qui, enfant, alors qu'il gardait ses brebis, entendit une voix céleste lui ordonner de se rendre à Avignon et d'y construire un pont à travers l'impétueux cours du Rhône. L'enfant, qui n'avait jamais quitté ses collines, rencontra en chemin un ange qui le conduisit auprès de l'évêque ; celui-ci le mit à l'épreuve en lui faisant soulever une pierre tellement lourde que 30 hommes ne seraient pas parvenus à la déplacer. Bénézet, doté alors d'une force miraculeuse, la souleva sans peine et alla la déposer au bord du fleuve pour qu'elle fût la première pierre du futur pont. Quels que fussent les antécédents légendaires, la construction eut bien lieu et le pont achevé en 1185. Il comportait alors 22 arcades. Presque entièrement démoli lors de la chute d'Avignon en 1226, l'ensemble fut reconstruit en partie, puis définitivement abandonné en 1680. Il reste de nos jours quatre arcades avec, sur le second pilier, une chapelle à deux étages, l'un roman, l'autre gothique, qui abrita un moment les restes de saint Bénézet, transportés ensuite dans l'église des Célestins.

 

Mais pour s'immerger plus totalement dans l'ambiance avignonnaise, il faut flâner dans les rues, goûter à son atmosphère cosmopolite, monter au jardin des Doms d'où la vue est également magnifique, entrer dans la cathédrale recueillie, visiter les musées qui recèlent des merveilles, dont une vierge à l'enfant de Botticelli, enfin dîner sur la place du Palais alors que tombe le soir et que la lune se positionne entre les tours de la forteresse. La place entièrement piétonne plonge soudain dans une atmosphère quasi irréelle, dernière image d'une échappée enchanteresse.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique L'ESPRIT DES LIEUX, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique ESPRIT des LIEUX

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ESPRIT des LIEUX
commenter cet article

commentaires

Loic 31/03/2016 20:22

Une evasionque j'apprecie d'autant plus que j'aime beaucoup les paysages provencaux.

Pâques 30/03/2016 22:01

C'est vraiment une échappée enchanteresse !
Je garde un souvenir émerveillé, ensoleillé, heureux, de mes vacances dans cette région.
Même la chute de mon mari sur les pavés glissants de Oppède-le-vieux, un matin pluvieux, me fait aujourd'hui sourire !!!

philae 30/03/2016 16:01

magnifique escapade

Edmée De Xhavée 30/03/2016 10:33

Je vais retourner à Arles prochainement et en profiterai pour revoir ces merveilleux jardins des Alyscamps aussi...Beaucoup de souvenirs dans cette région qui était, je le croyais alors, le lieu où j'allais vivre "pour toujours" :) Merci d'en si bien parler, Armelle!

philae 11/04/2014 02:45

merci pour ce bel article c'est une destination qui me plairait

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche