Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 08:57

31u2lMM4ECL._.jpg

 

 

J’ai bien aimé ce texte trouvé au Salon du livre de Paris l’année où l’Océanie était à l’honneur, il nous montre que nous ignorons encore beaucoup trop la littérature francophone du Pacifique qui comporte pourtant de bien beaux récits souvent très bien écrits.

 

L’Hom Wazo

De Dora Wadrawane

 

Dora Wadrawane a grandi sur l’île de Maré dans l’archipel des Loyauté et n’avait pas plus de vingt-cinq ans lorsqu’elle a écrit ce court roman qui a été distingué par le Prix Michel Lagneau en Nouvelle-Calédonie. Un roman en forme de conte maréen mêlant l’histoire d’une jeune fille douée pour le volley-ball qui tombe amoureuse de l’homme oiseau, l’Hom Wazo des iliens, et des légendes locales. Une manière de montrer le syncrétisme difficile entre la culture européenne et la tradition ancestrale.

Sur l’île de Maré, Patou, une jeune fille ayant abandonné ses études pour assurer des travaux ménagers de sa famille, aime bien Jimmy, mais ce dernier veut aller travailler à la capitale afin de constituer un petit magot et y vivre avec sa bienaimée. Mais, quelque temps après son départ, la jeune fille apprend que le jeune homme est hospitalisé dans un été désespéré. A partir de ce jour, elle fait toujours le même rêve angoissant, et, plutôt que de se lamenter devant les perturbations de son sommeil, décide d’aller voir la sorcière du village pour lui demander les feuilles qui font rêver car elle pense pouvoir utiliser ses visions pour savoir ce qui est réellement arrivé à Jimmy et si quelqu’un lui a causé du tort.

Un ancien petit ami du collège essaie de la reconquérir mais elle souhaite rester fidèle à son ami défunt et comprendre son drame avec l’aide de l’homme oiseau qui apparait dans les rêves provoqués par les feuilles de la vieille femme, car l’histoire est plus complexe que la jeune fille ne l’avait imaginée. Elle se sent poursuivie, espionnée, elle a l’impression qu’on lui veut du mal même pendant les matchs de volley-ball où elle excelle. Elle soupçonne tout le monde mais ne peut désigner aucun de ceux qui l’entourent comme coupable potentiel. L’histoire se mue alors en un véritable roman noir où se fondent le rêve et la réalité, le pragmatisme actuel et la magie ancienne, les mœurs contemporains et les rites ancestraux.

Dans ce conte mythologique - ce joli texte évoque inéluctablement la geste épique de certaines tragédies grecques - rédigé dans une langue fluide et élégante, qui mélange avec adresse réalité et virtualité, Dora Wadrawane fait déjà preuve d’une belle maîtrise du récit et d’un art consommé de la tragédie. Un exercice littéraire qui entraîne le lecteur dans le monde de la magie ancienne. « Les cauchemars s’en étaient allés pour faire place à des rêves emplis d’amour et de magie : l’esprit du pays l’avait envahie ».

Dans ce monde mythologique, les hommes peuvent toujours défier les dieux mais ils ne les vaincront jamais, une façon de faire comprendre au lecteur que, malgré notre culture et nos technologies, les hommes devront toujours s’incliner devant les dieux et que la science ne dominera jamais la tradition ancestrale. Une façon aussi de rendre hommage à son pays et à ceux qui y sont restés, afin de faire vivre ces traditions alors qu’elle étudiait les lettres en France.

« Et n’oublie pas ma fille, que ton esprit vit dans le rêve et que tu as besoin de lui pour vivre dans le monde des vivants ! »

 

 

Denis Billamboz

 

Pour consulter les listes de mes articles précédents, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche