Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 08:06

18404970.jpg

 

             VIDEO 

 

 

Ce 11 septembre 2014 est sorti un coffret événement de tous les enrégistrement de la diva qui fait événement. ( voir ci -desssous )

Car trente sept ans après sa mort le 16 septembre 1977, Maria Callas émeut toujours par ce mystère qui lui était particulier et mêlait l'art lyrique aux scandales des revues et journaux " people ", tant cette femme se mit en danger aussi bien sur les scènes du monde entier que dans sa vie personnelle. Elle dut ses débuts dans l'art lyrique à un remplacement de tout dernière minute dans le rôle-titre de la Tosca de Puccini à l'Opéra d'Athènes. Voilà pour son premier succès. Puis, revenue en 1945 à New-York, où elle était née, elle passa dix-huit mois à arpenter désespérément les coulisses des théâtres, auditionna à voix que veux-tu et essuya refus sur refus. Voilà pour les premiers échecs. Heureusement la jeune femme avait du caractère, de ces caractères trempés dans l'acier qui font les êtres d'exception. Par chance aussi, un ami de son père finit par lui décrocher un rendez-vous avec Giovanni Zenatello, un homme à la recherche de voix nouvelles qui, dès les premières mesures de son audition, l'engagea pour le rôle-titre de la Gioconda de Ponchielli où elle fut acclamée à Vérone. Le 11 septembre 2014 est sorti un coffret de tous ses enrégistrements qui fait l'événement de l'année. ( voir ci-dessous )


Une autre rencontre va définitivement orienter sa vie de cantatrice : celle de Giovanni Meneghini qui deviendra son imprésario, ensuite son amant, en 1949 son mari et conduira sa carrière d'une poigne de fer mais avec discernement et compétence, au point de l'imposer sur les plus grandes scènes de la planète et de faire de chacune de ses apparitions un triomphe sans partage. Les représentations de mai 1955 à Milan sous la baguette de Carlo Maria Giulini et dans la mise en scène de Luchino Visconti sont entrées dans la légende du bel Canto comme inoubliables, incomparables, en quelque sorte historiques, voire même... du siècle.


C'est à cette époque que La Callas perd 40 kg du quintal qui l'alourdissait et se métamorphose en une déesse sublime qui séduit non seulement par la tessiture de sa voix mais par son talent d'interprète capable de conférer à ses personnages une puissance expressive peu habituelle sur les scènes lyriques. Hubert von Karajan la dirigera à Milan en 1955, lui arrachant des accents impressionnants dans Madame Butterfly de Puccini ; Leonard Bernstein, la même année, la fera vibrer dans La Somnanbule de Bellini et Tullio Serafin en fera autant avec Lucia di Lammermoor de Donizetti. Ainsi Maria Callas fonde-t-elle son art sur un travail acharné de chanteuse et de tragédienne et consume-t-elle sa vie sur les planches afin de convaincre son public et l'initier à l'art suprême de la musique. Et elle y parviendra... tant elle sait être émouvante, pénétrée par le destin de celles qu'elle a à charge d'incarner.


C'est alors qu'a lieu sa rencontre avec Aristote Onassis, un grec comme elle, qui, enfant, mendiait sa pitance avec des raisins secs et qui, désormais, écrase sous ses dollars jusqu'à son rival Niarchos. Pour Maria Callas, l'idylle qui s'amorce sur le yacht de l'armateur annonce déjà la fin de sa carrière. L'amour qu'elle éprouve pour cet homme sans cesse absent mais qui sait la couvrir de fleurs et de bijoux quand il le faut, portera un coup fatal à sa voix qu'elle ne travaille plus assez. En 1965, elle fait ses adieux à Paris, puis à Londres, avec une dernière Tosca qui arrache des larmes à ses adorateurs. Son destin est scellé, d'autant plus que Meneghini n'est plus là pour la conseiller sur le plan professionnel. La plus grande voix du siècle, aux dires de nombreux mélomanes, vient de se taire à jamais. Ne reste plus que le chagrin et les scandales qu'une presse avide à suivre ses faits et gestes et à se gausser du mariage surprise d'Onassis avec Jackie Kennedy se plaira à perpétrer, sans se soucier des dégâts qu'elle génère. Pour Maria, toujours amoureuse, c'est le coup de grâce. Elle dira un jour : " J'ai commencé à perdre du poids, ensuite ma voix et pour finir Aristote ". C'en est trop. La pharmacopée va peu à peu prendre le pas sur la nourriture et l'écoute réitérée de ses propres disques sur l'enregistrement de nouvelles gravures. Malgré une carrière brisée trop tôt, Maria Callas aura tracé, sans l'avoir réellement voulu, les frontières entre un avant et un après, ce, grâce à un tempérament hors du commun, à une sorte de démesure dans l'interprétation, à sa façon d'habiter un texte, n'autorisant plus les chanteurs, qui assureront la relève, à débiter le leur sans s'y investir. Dans ce domaine de l'art lyrique, elle fut une véritable novatrice, une magicienne qui transportait le spectateur tout ensemble par son timbre vocal et par la passion, la ferveur qui l'animaient. La cantatrice savait, ô combien ! que la voix est un bien fragile, qu'elle n'est là qu'un moment, miraculeuse, qu'elle passe et ne revient pas. Tel est ce dur métier, si proche de celui de l'équilibriste sur son fil, dont les badauds guettent anxieusement la chute. Tel fut aussi son mérite : s'effacer et renaître sans cesse. Eternelle Callas...

 

0.jpg

                                                        VIDEO

 


Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter la liste des articles de la rubrique CULTURE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique CULTURE

 

Callas ressuscitée

Callas Maria+Callas+i71531L’ «Edition Collector», intitulée CALLAS REMASTERED présente chaque enregistrement d’opéra ou chaque récital avec sa couverture originale. Elle contient également un livre relié de 132 pages, qui comprend de nombreux articles, une biographie, une chronologie de la vie de l’artiste, des photographies ainsi que des lettres de Maria Callas elle-même, du producteur Walter Legge ou d’autres responsables d’EMI. Les livrets complets des opéras ainsi que les textes des airs pour les récitals sont disponibles intégralement sur un CD-ROM. Les bandes gagnent un relief, une précision, une présence renforcée dans le sens de la sensibilité et de l’émotivité : jamais Maria Callas interprète n’aura été aussi mieux défendue, révélée, restituée. Voilà qui accentue l’immense valeur de son legs lyrique.  Contre les adeptes d’un beau chant désincarné ne s’exprimant que par la pure agilité technicienne, La Callas réalise de façon unique, la réussite d’un chant lyrique intense, expressif, « laid » diront ses détracteurs qui avaient oublié que l’opéra c’est aussi du théâtre. Peu à peu, et dès la vingtaine, Maria Callas observe un choix judicieux de prises de rôles qui lui assure longévité et pertinence artistique : la mezzo soprano dramatique à la tessiture étonnamment étendue s’impose dans plusieurs caractères, exigeant drame et pureté vocale : Gioconda (Ponchielli), Turandot (Puccini), Brünnhilde et Isolde (Wagner). Mais aussi, diamants du répertoire belcantiste italien : Norma et Amina (La Somnambule) de Bellini, Violetta (La Traviata) de Verdi, Lucia et Anna Bolena de Donizetti, Médée de Cherubini et Tosca de Puccini. Son sens du théâtre, sa musicalité et son art du phrasé fondent un nouvel art du chant. Après elle, chaque cantatrice digne de ce nom recherche et la musicalité et la présence dramatique, sans jamais sacrifier la finesse ni le subtilité d’un chant incarné. Ainsi en témoigne aussi son approche du rôle de Carmen (Bizet) dont Warner classics dévoile dans la box 2014, une nouvelle version remastérisée, d’autant plus précieuse qu’elle découle du master original jamais utilisé et miraculeusement retrouvé à Saint-Ouen !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CULTURE
commenter cet article

commentaires

armelle 06/10/2014 14:08

Pour moi la voix qui aura marqué le XXe siècle. Dans le domaine de l'art lyrique.

Maxime 17/11/2012 11:07

Sans doute la seule voix dont on ne se lasse jamais. Un timbre unique et comme l'écrit Tania une ferveur et une dramaturgie inégalées.

Tania 02/11/2011 18:47


Quel plaisir de la voir et de l'écouter sur Arte, si fervente !


Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche