Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 07:26

9782226229717-j.jpg

 

 

L’histoire d’une gamine qui ne trouve pas sa place dans le monde des adultes et qui voudrait s’en évader. Un sujet hélas banal mais bien raconté qui mérite une lecture.

 

 

La petite

Michèle Halberstadt (1955 - ….)

 

 

« J’ai douze ans, et ce soir, je serai morte ». Elle ne tourne pas autour du pot la petite mise en scène par Michèle Halberstadt dans ce court roman, on sait tout de suite dans quelle histoire elle nous entraîne. Mais ce n’est qu’un faux départ pour l’autre monde car on apprend très vite que la petite a raté son coup malgré  les précautions qu’elle a prises. Elle peut alors nous raconter ce qui a provoqué cette tentative, sa vie de gamine mal aimée qui ne trouve pas sa place dans la famille, « ceux d’en face » l’écrasent, la tiennent à l’écart, sa sœur est toujours meilleure qu’elle, l’humilie, ses camarades l’ignorent et la délaissent. Elle ne se sent pas acceptée, pas à sa place dans ce monde. « Etre ou ne pas être comme tout le monde ».

 

C’est l’histoire traditionnelle de l’adolescente qui n’arrive pas à assurer le passage difficile de la puberté, beaucoup moins romantique et enthousiasmant que ce qu’elle avait imaginé et écrit à son amie fictive dans son journal intime. C’est aussi un rappel aux parents qui ne sont pas toujours suffisamment attentifs aux adolescents qui se sentent souvent incompris, différents, pas conformes aux standards véhiculés par la société et qui n’ont pas l’impression de pouvoir faire partie un jour du grand jeu des adultes. Les enfants sont souvent plus grands, au moins dans leur tête, qu’on ne le pense. « A quoi bon vivre quand on craint à ce point d’être soi-même ».

 

Quand son grand père adoré décède, elle perd non pas seulement le complice qui ne se prenait pas assez au sérieux pour la cantonner dans le monde des enfants, mais elle est aussitôt reléguée en dehors du chagrin familial car elle ne doit pas voir ses parents pleurer. Alors, elle se referme sur elle-même et « à force de me retrancher en moi-même, j’avais éteint mes couleurs. Je me voulais invisible, j’étais désormais insipide. »

 

Une histoire hélas trop banale, trop vue dans les médias pour en faire un roman original même si ce texte est agréable à lire, bien écrit, dans un style simple et dépouillé qui met bien en évidence les tensions qui habitent la fillette.

 

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

denis billamboz 18/04/2014 19:16

Merci Armelle, je partage totalement ce commentaire : le désarroi des jeunes devant des adultes qui ne les comprennent pas mais aussi la difficulté des adultes à bien saisir ce que les adolescents
attendent d'eux.

Denis

armelle 17/04/2014 13:26

N'ayant pas lu le livre, je donne trois raisons supplémentaires de donner à nos visiteurs l'envie de le découvrir, celles de Delphine Peras dans L'Express :

"Pour son héroïne, jamais autrement nommée que "la petite", 12 ans. Impossible de ne pas s'attacher à cette jeune narratrice qui raconte comment la mort de son grand-père adoré - "le meilleur de ma
vie" -, quatre ans auparavant, a sonné le glas de son enfance. Elle sombre depuis dans un désespoir sourd et muet, faisant en sorte que ni ses parents ni sa soeur aînée, "ceux d'en face", ne s'en
rendent compte...

Pour ses réflexions sur la difficulté de trouver sa place dans le monde des adultes, mais aussi parmi les filles de son âge. Pour sa lucidité poignante et sa description du "malentendu" qui la
tient à l'écart des siens - "Chacun oeuvrait à la même cause : épargner à "la petite" les épreuves des grandes personnes."

Pour le style épuré de Michèle Halberstadt, par ailleurs productrice de cinéma : dans ce cinquième roman, elle réussit à trouver le ton juste en donnant la parole à sa "petite", sans verser dans un
"parler jeune" caricatural. Grave au début, son livre s'allège peu à peu et se termine par une jolie renaissance."

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche