Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 11:58

1216560160 proust 411HJB9SWPL__SL500_AA300_.jpg

 

 

Le samedi 17 novembre avait lieu, pour la douzième année consécutive, l'après-midi, suivi du dîner du Cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec, qui clôt l'exercice en cours. En 2012 - puisque le prix est décerné une année sur deux - n'avait pas lieu la remise de la Madeleine d'or qui récompense un ouvrage consacré à l'écrivain, mais cette réunion était marquée par un événement grave et douloureux : le décès de notre présidente Yvette Le Roux survenu fin septembre. Aussi cette journée fut-elle emprunte d'émotion et de nostalgie et, plus particulièrement, lors de l'hommage qui lui fut rendu par un montage très réussi de quelques deux cents photos récupérées sur notre site, photos qui illustraient avec fraîcheur et actualité les douze années qu'Yvette a passées comme secrétaire d'abord, puis comme présidente du Cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec. Avant cet hommage et le dîner qui allait suivre, le professeur Dominique Mabin, neurologue, nous a fait l'honneur d'une conférence inspirée de son livre " Le sommeil de Marcel Proust". Chacun sait que Proust était un insomniaque notoire et que le caractère morcelé de son sommeil contribua à détruire sa santé et à faire de lui un homme alité et souffrant. Les principales causes de ce sommeil difficile ont été l'asthme dont il fut affligé dès son enfance et l'angoisse qu'engendraient les crises, puis sa vie mondaine durant ses jeunes années où il prit la mauvaise habitude de se coucher le matin plutôt que le soir, enfin son sommeil fut presque totalement détérioré par les somnifères, le café et les drogues dont il usera et abusera après la mort de sa mère. Ce cycle infernal ne cessera plus de s'intensifier bien que Marcel ait à maintes reprises consulté des médecins pour tenter de retrouver des horaires de sommeil plus normaux ; les rechutes seront constantes et les prises de barbituriques de plus en plus fortes, entraînant une impossibilité à installer un repos normal et réparateur.

 

" Il est 9 heures du matin, je n'ai pas dormi depuis plus de cinquante heures" - écrit-il un jour à Reynaldo Hahn.

 

On se souvient des visites qu'il lui arrivait de faire tardivement à certains de ses amis comme Paul Morand qu'il sortit du lit une nuit à 1 heure pour lui demander un détail sur l’une des toilettes de son épouse, la princesse Soutzo. Durant sa jeunesse, il dormait par bribes de trois ou quatre heures d'un sommeil qui pouvait être satisfaisant. Par la suite, il s'habitua aux somnifères en toxicomane qu'il devenait. Dès l'âge de 25 ans, il prit du trional, ensuite ce sera du véronal à haute dose, 3 grammes par jour qu'il associait au café. "Funeste caféine" - se plaignait-t-il, caféine qu’il prenait pour deux raisons : la principale étant pour soulager ses bronches. Il lui arrivait d’en boire jusqu’à 17 tasses par 24 heures, ce qui ne faisait qu'intensifier les malaises. Ses amis connaissaient ses abus et Proust, lui-même, était conscient de son déséquilibre psychique profond, de ses angoisses permanentes liées à ses crises d'asthme qui pouvaient le faire haleter 48 heures durant. Aussi redoutait-il les refroidissements et était-il toujours exagérément couvert, non seulement de sa célèbre pelisse mais de chandails superposés et, dans sa chambre, qui n'était pas chauffée par crainte des émanations, entouré de bouillottes et surchargé d'édredons.

Plus tard, et parfois seulement, Proust ajoutera, aux somnifères et au café, l'opium qui achèvera de léser son sommeil profond, sans oublier le sirop d'éther qu’il lui arrivait de prendre, bien qu’il en connût les conséquences graves. Il vivra les dernières années de sa vie reclus : " Je vis couché et ne mange pas, mais de temps en temps je me lève pour qu'on fasse ma chambre, et alors je vais dîner soi-disant au Ritz, parce qu'ayant des troubles de la parole il m'est très pénible de dîner chez des amis". Effectivement, les narcotiques affectaient son comportement, et parfois son travail intellectuel qu'il poursuivit néanmoins sans relâche, y épuisant ses dernières forces. Marcel Proust vit désormais dans une dépendance médicamenteuse qui contribue à l'anéantir et le prive de tout sommeil profond et réparateur. Les rêves eux aussi ont disparu, d'ailleurs Proust en parle peu en ce qui le concerne dans sa correspondance, mais en parle beaucoup dans son oeuvre. Par contre, chez Bergotte, l’écrivain de La Recherche, les cauchemars sont nombreux, Proust ayant attribué à son personnage les mêmes insomnies et cauchemars que lui. D'autre part, Bergotte souffre d'hallucinations au moment de l'endormissement. Elles peuvent être intenses et non moins fréquentes. " Dans quels gouffres inexplorés le maître tout puissant nous conduira-t-il ? " - soupire-t-il.

 

D'ailleurs les cauchemars et hallucinations de Bergotte varient selon le narcotique absorbé, écrit Proust. Ainsi, il y a le sommeil de l'opium, précise le narrateur, de la valériane, de la belladone, tous différents. En provoquant le sommeil de façon artificielle, on obtient des phénomènes divers comme les fleurs que cultive le jardinier. Le sirop d'éther suscite une imagerie abondante, une désorientation momentanée, alors que l'opium occasionne une euphorie passagère. Proust a donc amalgamé des sensations et d'étranges visions qui se sont télescopées et peuvent être comparées à un voyage dans l'univers particulier des narcotiques.

 

C'est ainsi, conclut notre conférencier, que le narrateur de La Recherche, dans le récit de la mort de Bergotte  fait allusion à différents événements liés au sommeil que nous connaissons bien aujourd’hui. Ses rapports avec l'insomnie ont révélé une analyse psychologique très aiguë, car fils et frère de médecin, il était au courant de l'action des médicaments sur le métabolisme. Mais c'est incontestablement grâce à sa correspondance que nous avons pu progresser dans la connaissance de sa maladie, celle d'un grand invalide respiratoire et sans doute cardiaque, insomniaque et poly-intoxiqué, alors que la plupart du temps l'histoire ne retient que sa seule maladie asthmatique. Son état général désastreux explique qu'il soit mort à 51 ans.

 

Le thème du sommeil devait accompagner Proust jusque dans les ultimes semaines de son existence. Dominique Mabin nous rappelle que les deux derniers textes publiés de son vivant et intitulés "La regarder dormir" et "Mes réveils" paraissent dans le numéro de la Nouvelle Revue française daté du 1er novembre 1922, dix-sept jours avant sa disparition. Il s'agit de deux fragments tirés de "La Prisonnière" qu'il corrige à ce moment-là, y apportant d'ailleurs des remaniements et des digressions étonnants. Symboliquement, l'oeuvre romanesque de Proust s'ouvre sur une évocation de sommeil : "Longtemps, je me suis couché de bonne heure" - et  cette évocation se retrouve dans ses derniers écrits ; « ainsi dans le cercle créateur du sommeil, l'écrivain enferme-t-il la forme circulaire et infinie de son livre ». Si bien que le lecteur peut faire sienne son affirmation première : " Un homme qui dort, tient en cercle autour de lui le fil des heures, l'ordre des années et des mondes ".

 

Le dîner dans la salle à manger aquarium mettra un point final à une journée concentrée autour du sommeil proustien, un sommeil qui a sa part dans la complexité et la richesse de l'oeuvre, alors qu'au dehors la nuit  finissait d'éteindre les dernières lueurs du jour.

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE  -  membre du conseil d’administration 

 

Pour consulter les articles de la rubrique DOSSIER MARCEL PROUST, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique : DOSSIER MARCEL PROUST

 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 restaurant-Grand-hotel-de-cabourg-hoosta-magazine-paris.jpg

  

                            La salle-à-manger du Grand-Hôtel de Cabourg

 

Conseil-d-administration-du-Cercle-proustien.jpg

 

             Le conseil d'administration du Cercle proustien de Cabourg-Balbec

                        ( Je suis la seconde en partant de la droite )

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans DOSSIER MARCEL PROUST
commenter cet article

commentaires

Laurence Grenier 08/10/2013 09:48

Article très intéressant, comme tout le blog: félicitations.

Laurence

Dominique 13/01/2013 10:30

Comme j'apprécie votre invitation, je viens de voir 17 billets sur Proust, je sais d'avance que je vais passer un excellent moment et engranger toute une série de lectures à faire

Maxime 30/11/2012 13:53

Encore un article très intéressant sur cet écrivain dont on comprend mieux comment et pourquoi sa santé fut peu à peu détériorée par l'asthme et ses conséquences. L'asthme entrainant l'angoisse,
qui elle entraine l'insomnie etc.Décidément les génies ont le plus souvent des vies très malheureuses.

Tania 29/11/2012 19:07

Merci, Armelle, de partager cette conférence très intéressante. Voilà qui élargit le Cercle ! Et cela permet de mieux imaginer l'état physique de Proust, de plus en plus éprouvant.
La photo de la salle à manger "en couleurs" donne un peu de l'atmosphère de vos rencontres.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche