Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 07:43
Saint Valentin - Le coeur révélé

 

 

Tandis que l'aube
déchire le voile du temple de la nuit,
attardé en ses ténèbres,
voilà que l'absent m'apparaît enfin.
A moi, qui me tiens à l'écart,
il offre sa main fraternelle.
Ai-je mérité son attention
ou sait-il que je l'attends depuis toujours ?
Il sait et je sais que ses yeux ne peuvent mentir,
que j'existe depuis longtemps dans son désir.

 

Nous venons l'un et l'autre de si loin,
lourds de nos tâches et de nos peines
et de ce passé qui s'étend à l'infini
comme une plaine.
Nul obstacle ne décourage
ceux qui tentent de se rejoindre.
Déjà nos lèvres se cherchent,
déjà se mêlent nos paroles
et un vocable s'instaure
qui dit ce qu'ensemble nous sommes,
lui le désir de mon attente
moi l'attente de son désir.

 

Ne doute pas mon ami, mon frère,
l'amour est autre qu'un songe vague,
que la promesse du jeune matin,
que l'eau du puits fraîche à notre soif.
C'est la relation sensible au coeur qui se révèle,
c'est la voie qui conduit à l'indicible.
Que je naisse de ton désir
comme tu nais de mon attente,
et que je ne puisse plus me mouvoir
que dans le rayon de ton regard
où je me veux à jamais captive.
J'ai laissé ce vide à mon côté
pour que tu y prennes place.
Installe-toi, mets-toi à l'aise,
que toute entière je t'appartienne.
A gestes lents et solennels,
apprends-moi comme je t'apprends,
car ni hier, ni demain,
ne pourront plus nous reconnaître.
Parce que tu as investi ma pensée,
qu'en secret tu y demeures,
que tu es lumière pour l'esprit,
source de chaleur pour le coeur,
parce que tu es l'absent le plus présent qui soit,
que le bonheur nous soit partage
et même l'absence de bonheur.

 

Le feu prend, l'âtre fume.
C'en est fini de mon attente.
Me vois-tu désormais
ton attentive, ta patiente ?
Le jour se lève à pas furtifs,
l'oiseau émet un cri posthume.
Soyons ensemble dans l'orbite
du Regard qui nous dépasse,
sur ces mondes qui gravitent,
éphémères et nomades.



M'entends-tu dire adieu
à ce qui tente de nous restreindre ?
Le temps n'exerce sa tyrannie que sur les incrédules
qui emboîtent son pas.
Où finit ce qui en nous finit,
où commence ce qui ne finit pas ?
L'espérance a-t-elle pouvoir de nous tromper et de nous perdre ?
Non, mon aimé, ne faiblis pas,
toujours vers elle les yeux tournés,
comme le passeur qui guette en vain
l'horizon qui, sans cesse, se soustrait.



Si d'autres mondes se découvrent,
c'est toi encore qui apparais,
aube sur ma vie recommencée.
Je suis bien quand tes bras me tiennent et me confortent,
que je m'accepte ton enchaînée aux seules chaînes de ton désir.
Mais puis-je aspirer à me confondre
sans briser l'élan qui me porte ?
Je ne le puis et je rends grâce.

 

Le jour s'approprie le ciel
qui a rincé jusqu'à l'écume des nuages.
Ainsi que des expatriés,
les pieds lourds d'une marche incessante,
nous rentrons chez nous, dans notre humanité
qui ne desserre pas son embrassement.
Assumons-là, jusqu'à ce que l'outre-temps
nous soulève dans sa houle, et osons dire
ce qu'avec elle et contre elle nous devenons.

 

L'éternité n'est qu'un fruit vert
et, en ce monde,
notre union ne peut aboutir,
à moins qu'en songe elle ne transgresse
la mesure invariable de l'être.
Ce sera le passage auquel nul ne déroge,
pas davantage l'homme oublieux
que les amants que l'on surprend enlacés,
tant ils craignent que l'épée du jugement ne les sépare.



Nous, qui rendons ce jour maussade plus clair,
notre amour est comme le message du feu, de la pierre et du vent !
Il est le sourire des jours perdus.
Non, la beauté ne sera pas défaite,
pas plus que l'amour rassasié.
Prends dans ma main ma main de femme
et ensemble poussons l'octroi de la ville-songe.
A l'abri de son enceinte,
on murmure que l'ineffable subsiste.
C'est ainsi qu'une certitude s'avance,
que, soudain, les peuples se recueillent.



Mon cavalier, emporte-moi !
Ta monture est ardente, nous irons loin.
Certains proféreront des sentences qui troubleront notre repos.
Elles nous indiqueront les choses qui n'ont pas franchi les seuils.
Elles souffleront un vent contraire et nous saurons, alors,
combien insignifiant est le poids du visible.

Donne-moi un baiser, emmène-moi,
aussi confondus que la parole à son souffle,
le crépuscule à sa nuit
et jamais autrement que nous-mêmes.

 

Nous étions seuls,
nous voici innombrables et tout recommence.
Soyons confiants, la mort ne nous touchera pas
de son aile sombre,
l'Amour n'a pas de sépulcre,
il est le Songe inconsolé de Dieu,
car, au-delà de nos attentes,
au-delà de nos désirs,

est la permanence de Son Coeur.


Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 


Extraits de "Profil de la Nuit - un itinéraire en poésie "

  

Pour se procurer l'ouvrage : cliquer   ICI

 

Et pour consulter la liste des articles me concernant, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles me concernant
 

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Saint Valentin - Le coeur révélé

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans ARTICLES ME CONCERNANT
commenter cet article

commentaires

Loic 16/02/2017 21:45

L'expression de l'amour dans sa version la plus pure et la plus absolue.

armelle 07/01/2015 10:20

Merci Thérèse de vos mots si sensibles à propos de ce poème dont vous avez compris le tracé secret. Sachant que votre santé vous donne beaucoup de souci, votre message me touche davantage encore.
Tous mes voeux pour que 2015 vous offre une amélioration rapide.

Thérèse 05/01/2015 14:07

Je suis toujours aussi émue à la lecture de ce poème qui me bouleverse. D'autant plus que je suis malade et que je revoie à travers lui le cheminement de l'amour. Tout est dit de l'essentiel et de
l'amour qui nous élève au-dessus de nous-même.

Pâques 15/08/2012 19:16

La clarté, la beauté de l'amour, comme Edmée je suis transportée !

Edmée De Xhavée 15/08/2012 10:23

Je suis, à nouveau, transportée!

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche