Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 09:42

rara-9.jpg

 

 

Pluies, vents, froid, oui l'hiver, avec un peu d'avance, pointe déjà son nez. Et comme s'y ajoutent les éternels soucis financiers, l'inquiétude de lendemains moroses, cela ne nous inspire pas d'allégresse particulière Une fois encore, l'homme navigue au gré des flots sur une mer houleuse, au milieu d'innombrables écueils. Mais le citoyen, on le sait, en a vu d'autres. Il est toujours arrivé à se sortir des mauvais pas de l'histoire si, malheureusement, il n'a pas toujours su en tirer les leçons qui s'imposaient. Car l'histoire est un éternel recommencement, les épreuves d'hier aidant rarement à se prémunir des erreurs de demain. Si bien que l'homme, faisant contre mauvaise fortune bon coeur, s'adapte. A tout : aux conditions météorologiques, aux menaces de guerre, aux krachs financiers, aux famines, au terrorisme, aux révolutions. Il enterre ses morts, relève ses ruines, comble ses déficits et repart.

 

Le courage, certes, l'abandonne rarement. Besogneux, résistant, fataliste, il avance contre vents et marées. Ce qui lui manque le plus est probablement la sagesse et le discernement, ces deux vertus qui permettent de voir mieux et plus loin. Il a toujours eu le tort d'avancer le nez sur le guidon. C'est le Général de Gaulle qui disait : "Visez les hauteurs, il n'y a pas d'encombrement".

 

Il faut admettre aussi que nos leaders ont rarement été des éclaireurs. A l'exception d'un Churchill qui avait eu le courage de promettre aux Anglais, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, " du sang, du labeur, de la sueur et des larmes", les autres ont largement contribué à nous endormir et à taire les dangers, afin de mieux assurer leur propre survie. Mais à force de jouer avec le feu et de faire l'autruche, à force de n'aspirer qu'au gain immédiat et à la seule satisfaction matérielle, le dieu profit se retourne contre nous. Oui, le veau d'or au pied d'argile, que depuis la nuit des temps l'homme a toujours été enclin à vénérer pour la bonne raison qu'il est sensé satisfaire ses désirs immédiats, s'effondre sur lui-même. Mais, en tombant, il ne manque jamais d'écraser quelques innocentes victimes.

 

Il est à remarquer également que depuis quelques décennies, le progrès est une valeur en berne. A l'instar  de l'ange qui fait la bête, " le meilleur des mondes" s'avère le pire des mondes. Dans leur ouvrage précis et tonitruant - en référence au livre d'Aldous Huxley - "Résistance au meilleur des mondes", Eric Letty et Guillaume de Prémare soulignent un curieux paradoxe : l'utopie progressiste fait des ravages dans notre univers à mesure qu'elle signe son échec : "Nous vivons une époque paradoxale, tandis que la révolution technologique ouvre à l'homme des horizons de progrès qu'il ressent comme illimités, nous assistons à la fin de l'idéologie du progrès, qui veut que le monde avance continûment du bien vers le mieux. Démentie par les faits, cette forme de matérialisme historique est un échec. L'homme occidental a cru qu'il était inscrit dans l'histoire que chaque génération vivrait mieux que la précédente ; il a cru que la civilisation du loisir et de la consommation ouvrait une ère nouvelle d'accomplissement de soi, d'épanouissement individuel, en un mot de bonheur. Or, les promesses de la modernité ne sont pas tenues, ni celle du progrès matériel continu, ni celle du bonheur croissant." Et les auteurs d'énumérer quelques-uns des stigmates du progrès en cours : effacement des nations et des corps intermédiaires dans la perspective d'une gouvernance mondiale, ébranlement des fondations de la famille, négation de l'identité des individus, production artificielle de l'être humain, transhumanisme, contrôle mondial des naissances et eugénisme. Il en résulte bien que le citoyen du meilleur des mondes est avant tout un consommateur atomisé en voie de robotisation.

 

Pour traverser une crise, quelle qu'elle soit, la priorité serait de revenir à la vérité, au courage et à l'action. Le temps n'est plus aux discours lénifiants, aux mensonges et aux dissimulations qui ont sapé la confiance des peuples. L'honneur de la politique n'est-elle pas d'apporter la preuve qu'il y a encore des moyens d'agir et la force des Nations de s'unir pour mieux résister ?  Le ferons-nous ou continuerons-nous à danser sur des volcans ? Probablement ! Et c'est ce qui fait qu'en permanence nous naviguons entre illusion et désenchantement. 

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

Pour consulter les articles de la rubrique LES QUESTIONS QUE L'ON SE POSE, cliquer  ICI

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES QUESTIONS QUE L'ON SE POSE
commenter cet article

commentaires

Tania 01/09/2015 15:25

Je n'avais pas encore lu cette réflexion qui rejoint celle de mon parrain dont je me suis fait l'écho.
Aussi vais-je ajouter un lien vers ce billet, merci Armelle.

Loic 31/08/2015 13:41

Comme d'habitude une reflexion que je partage totalement. Nous dansons bien sur un volcan, helas !

Sandrine L. 28/08/2015 11:17

Totalement d'accord avec votre article. Et à chaque rentrée, la perspective d'un long ruban de turpitudes en tous genres. Cette année, des flux migratoires qui n'ont jamais été aussi denses, nous dit-on, qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale; un tableau politique français des plus affligeant; des visions d'avenir exagérément courtes; une réflexion éthique sur les grands enjeux humains totalement absente (ou indigente); une dimension culturelle de plus en plus sèche; une nature de plus en plus maltraitée malgré les grands discours écologiques. Etc. Etc.
Nous reste encore le sourire et l'espérance...

armelle 29/08/2015 09:35

Oui, chère Sandrine, la pauvre mais toujours présente petite espérance de Charles Péguy.

Maxime 16/09/2013 15:01

Je prends tout sans changer un mot. C'est vrai que les hommes ont une tendance innée à refaire les mêmes erreurs. Il n'y a qu'à relire notre histoire pour s'en assurer.

armelle 16/09/2013 13:50

Comme vous, cher Alain, j'apprécie plus que tout la nature où l'on se ressource en permanence, et ses hôtes, comme les oiseaux ou deux charmants écureuils, qui, hier, dans notre jardin, se
livraient à la cueillette des noisettes et allaient les enterrer un peu plus loin avec une allégresse et une vivacité étonnantes. Un spectacle enchanteur.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche