Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 07:39

maitre-bonsai-1510330-616x0.jpg

 

 

J’ai beaucoup aimé ce texte très original qui ouvre des portes sur plusieurs interprétations possibles, j’en ai poussé quelques- unes mais, vous, en ouvrirez peut-être d’autres. Il faudra se souvenir de cet auteur et, s’il daigne nous gratifier d’autres publications, lire celles-ci pour voir si réellement un grand écrivain est né.

 

Le maître bonsaï

Antoine Buéno (1982 - ….)

 

Ce petit livre est un véritable manuel de création et d’entretien des bonsaïs, tout est décrit avec une grande minutie, les outils sont présentés en ordre de bataille, le travail est expliqué, décortiqué, l’état d’esprit est  insufflé au lecteur comme une religion est répandue dans les foules. « Créer un bonsaï c’est poser un arbre sur une bascule, entre la nature et la mort. En équilibre précaire. Je pose des arbres sur des bascules. Et je les y maintiens en équilibre. C’est cela que je fais ». Le maître se fond progressivement dans le monde végétal et le bonsaï lui impose peu à peu sa loi et le prend comme la mer prend le marin. « J’ai quitté l’animalité. Je suis passé de l’autre côté. J’ai rejoint l’autre règne. C’est un secret. Cela ne se voit pas ».


Ce texte dépouillé, épuré à l’extrême, construit avec des phrases courtes, très courtes, où juste l’essentiel figure et doit même être répété pour être affirmé, évoque le langage usité par un homme relégué à la limite de l’Ordre du règne, le monde humain, en voie de mutation vers le règne végétal.


Un jour, une fille entre dans le magasin, elle aime les bonsaïs mais elle ne comprend pas l’esprit du maître, elle n’accepte pas que l’art du bonsaï soit un art de la contrainte, elle souffre de toutes les atteintes portées à la nature. Elle revient tout de même et emporte bonsaï que le maître lui offre. Les visites de la fille réveillent le maître bonsaï, lui rappellent des sensations, des mots, des choses, des événements qu’il a connus avant les bonsaïs et parallèlement la fille est de plus en plus perturbée, amaigrie, elle tangue, s’incline dans un déséquilibre préjudiciable comme s’il fallait que la vie de l’un soit payée par la vie de l’autre, comme si l’équilibre devait toujours être respecté, comme celui du bonsaï mis en équilibre entre la vie et la mort pour former une œuvre d’art. Le maître remonte de son néant végétal pour revenir à la vie de « l’Ordre du règne » alors que la fille s’enfonce dans les douleurs qu’on inflige à la planète et qu’elle porte comme des stigmates. « L’art du maître bonsaï, ce n’est pas la vie, c’est le beau. La vie est moins importante que le beau. Et pour que le bonsaï soit beau, il faut parfois que la vie reflue ». Ces transformations parallèles s’imbriquent dans le récit de la légende nipponne du Cerisier blanc, la légende de Tomida, qui s’enroule dans un discours écologique en forme de mythologie et les souvenirs mal éteints des atrocités d’une enfance balkanique.

 

« La planète est malade. Malade de l’homme… J’ai d’abord ressenti la fièvre… Sa fièvre. La chaleur… Des accès de fièvre… Comme ça, tout à coup, sans raison… Et le manque d’air… De plus en plus… » A la fin de ma lecture je ne savais toujours pas si cet exercice littéraire était prétexte à un coup de gueule écologique ou si ce plaidoyer écologique était l’opportunité d’un bel exercice littéraire. Mais tout cela importe peu, l’essentiel est de constater que le talent de l’écrivain peut traiter d’un sujet fondamental dans une forme littéraire d’une grande exigence. Et pourquoi le fond et la forme ne s’épouseraient-ils pas comme le rouge et le noir dans une célèbre chanson de Jacques Brel ?


 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

denis billamboz 09/09/2014 10:45

Heureux que tu l'aies lu aussi et que nous puissions ainsi partager nos impressions de lecture.

armelle 09/09/2014 09:41

Fable poétique ou roman initiatique, ce petit livre est une merveille d'intelligence et d'originalité, ouvrant des perspectives inattendues sur l'homme et la nature. A se procurer d'urgence. Merci
Denis de nous le rappeler.

denis billamboz 08/09/2014 19:56

Coucou Dominique,

Je n'aime pas donner des conseils, à chacun ses goûts, mais vraiment ce livre sort de sentiers battus et devrait passionner les lecteurs invétés comme moi et bien d'autres aussi.

Belle lecture Dominique !

Denis

Dominique 08/09/2014 10:28

Très tentant si comme moi on aime sortir un peu des sentiers battus

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche