Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 07:31

1237542737 25119089 p

 

 

« L’homme doit laisser des traces de son passage, non des preuves, car seules les traces font rêver. »  René CHAR

 

« On ne chante bien que dans son arbre généalogique. »  Max JACOB

 

« Tous les pays qui n’ont plus de légendes seront condamnés à mourir de froid. »

Patrice de la TOUR DU PIN

 

 

On ne naît au monde que lentement. Plus on vieillit et plus on s’aperçoit que l’on a été long à s’éveiller. Il faut beaucoup de temps pour devenir adulte, peu pour devenir vieux. Notre existence est en quelque sorte une longue histoire d’enfance. Soudain on se retourne et notre avenir s’éloigne. Aurions-nous tourné en rond ? Ce que l’on découvre sont des choses que, curieusement, on reconnaît, comme si nous les portions en nous depuis toujours. Nous ne traversons plus l’inconnu mais une de ces bonnes vieilles terres qui nous colle aux talons.

 

Sachons-le, nous venons du fond d’un âge, du fond d’une histoire dont les ondes poursuivent en nous leur incessant voyage. C’est pourquoi nous sommes les enfants d’une civilisation, d’un pays qui a une âme et un visage et s’ordonne autour d’un axe qui se nomme simplement : le cercle de famille. Si j’ouvre cette page, c’est seulement parce que chacune de ces familles a contribué à former un paysage et également un pays qui, sans elles, ne seraient pas ce qu’ils sont. Rien d’étrange à ce que nous posions des regards interrogateurs sur les maisons, les rues, les villes qui furent celles de nos ancêtres dont les noms se dispersent chaque jour davantage dans l’oubli. Pas surprenant non plus que nous scrutions les traits méconnus de leurs visages, à jamais souriants ou graves, qui composent les albums soigneusement légués de génération en génération dans l’espoir, sans doute insensé, qu’ils nous révéleront un peu de leur mystère. Sur ces clichés jaunis, dans ces expressions sérieuses ou naïves, n’est-ce pas une ressemblance que nous quêtons, quelque chose d’incontournable que l’objectif a fixé, tant il est vrai que sans passé il n’y a pas d’avenir, point d’arbres sans racines, pas d’homme sans mémoire.

 

Le tremblement des sourires, la gravité des expressions ne nous sont-ils pas étrangement proches ? Grâce à eux, nos vies ne sombrent plus dans le néant ainsi que des péninsules isolées. Elles deviennent des légendes profondes, des fleuves qui, de leur source à leur estuaire, laissent une trace sur l’atlas immatériel du temps. Nous ne sommes pas apparus ici ou là par hasard, non ! Notre existence prend un sens, s’inscrit dans une lignée, porte un message. Nous nous expliquons enfin à nous-même ce que nous sommes.

 

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

 

Pour consulter les articles de la rubrique CULTURE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique CULTURE

 

RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

images--1--copie-1.jpg

 

Le pays d'où l'on vient

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans CULTURE
commenter cet article

commentaires

Tania 30/05/2017 17:50

Quelle belle citation de René Char !
Au coeur de votre texte, le cercle de famille : le sens d'une vie y prend racine, c'est vrai, dans une lignée de transmission - la version heureuse - ou parfois à contresens.
Je relis votre conclusion, Armelle, et je m'interroge.

Thérèse 17/05/2014 11:05

Un très beau texte.

Pâques 16/05/2014 22:03

Mes ancêtres, Espagnols etc...
Me font rêver et je rejoint la citation de René Char ...
Je préfère ne pas tout savoir, comme j'aimerais garder une part de mystère pour mes descendants.

Edmée De Xhavée 15/05/2014 13:16

Bien entendu, Armelle... comment pourrais-je ne pas être plus que réceptive à ce splendide petit texte?

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche