Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 07:24

18377194.jpg

 

 

D'où vient cette légende qui a frappé l'imaginaire de générations de lecteurs, passionné savants et écrivains et peuplé le folklore celtique de ses principaux thèmes d'inspiration ? Spécialiste du moyen-Age anglais et historien rigoureux, Alban Gautier s'est attelé à cette rude tâche afin de faire revivre l'une des plus attachantes figures d'épopée du monde occidental. Car, c'est bien un univers qui vibre dès que l'on évoque le cycle arthurien : merveilles de Brocéliande, forêts mystérieuses, landes désolées, fées belles et redoutables, damoiselles éplorées, chevaliers vaillants, magiciens facétieux, châteaux nimbés de brume, rois glorieux et reines ardentes. Et les premières questions qui se posent sont celles-ci : Qui est le roi Arthur ? D'où vient-il ? Est-ce un personnage historique et si oui, quels documents nous renseignent à son sujet ? Ou est-ce simplement une création littéraire d'un auteur hors du commun ? La question s'impose d'autant plus que les textes nous apportent des éclairages très divers sur le personnage : " tantôt enfant débrouillard et prédestiné, tantôt guerrier solaire, tantôt roi faible et rejeté, tantôt homme fragile et sensible, tantôt vieillard héroïque affrontant la trahison, tantôt espoir de tout un peuple croyant à son retour glorieux ".

Il y a de quoi aborder le sujet avec une certaine perplexité. Mais Alban Gautier n'a pas été découragé par les milliers de titres qu'il a eu à consulter, puisque l'on sait que les ouvrages concernant ce héros et ses légendaires compagnons sont pléthore. Pour Arthur, la piste la plus identifiable fut celle de L'Histoire des rois de Bretagne, rédigée entre 1135 et 1138 par l'évêque Geoffroy de Monmouth. Cet Arturus, né à la fin du Ve siècle dans un château de Cornouailles, aurait été le fils du roi Uter Pentragon et d'Ingerna et pouvait s'honorer d'une ascendance prestigieuse : petit-fils et neveu de rois, il aurait même eu du sang de l'empereur romain Constantin. Devenu roi ( des Bretons) à quinze ans, il aurait épousé la princesse Guenhuuara et soumis les Saxons qui avaient envahi la Bretagne ( future Grande-Bretagne ), si bien que les souverains de Gaule, de Germanie, d'Irlande et de Sandinavie n'avaient pas tardé à le reconnaître comme leur suzerain. 

Mais, hélas ! tout cela est faux, archi-faux, car Geoffroy de Monmouth, qui a vécu six siècles après cet Arturus, n'a jamais écrit qu'un récit romancé, légendaire et enjolivé. Néanmoins, il n'a pas tout inventé et a eu recours à des textes attribués à Nennius  Historia Brittonum, composés vers 830 au pays de Galles par cet auteur qui avait lui-même utilisé des textes préexistants comme les Annales galloises, composition littéraire témoignant déjà de l'existence d'un personnage légendaire. Aussi, à la suite de ces révélations, trois hypothèses de travail sont-elles possibles : soit Arthur est un personnage complètement imaginaire appartenant au folklore des peuples britanniques ; soit il a existé mais les sources des Ve et VIe siècles le connaissent sous un autre nom ; soit encore,  ces sources ne le mentionnent que parce qu'elles ne voulaient pas le mettre en avant ?
La première hypothèse a la faveur de la plupart des chercheurs. La racine celtique semble indiquer qu'Arthur est une figure quasi mythologique, d'autant que le héros est à rapprocher d'un conte populaire qui se nomme "Jean de l'Ours", dont les racines plongent au plus profond de la culture indo-européenne*. Cela renvoie aux thèmes des "hommes-ours", dont Arthur serait une incarnation,  avatar de ces croyances immémoriales liées aux calendriers des astres et des saisons.* Et n'oublions pas que le nom d'Arthur est associé à  des lieux baignés de mystères, liés aux anciens cultes ou à des pratiques religieuses à peine christianisées.* Il peut également s'agir  d'un modèle de folklorisation qui aurait agrégé autour d'un personnage réel des motifs remontant à la nuit des temps.*


Enfin ultime possibilité : Arthur serait bel et bien un personnage historique que la légende se serait plue à idéaliser. C'est la raison pour laquelle Alban Gautier a souligné qu'il écrivait la possible biographie d'un possible Arthur.  Une chose reste certaine : ces récits n'en finissent pas de nous enchanter, "comme si le charme jeté par Merlin poursuivait son action au-delà des années".*

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

 

* Alban Gautier " Arthur " Ed. Ellipses

 

autres articles concernant le roi Arthur et la légende du Graal :

 

A-t-on retrouvé le tombeau du roi Arthur ?

 

Le cycle arthurien et la forêt de Brocéliande


  

A voir ou revoir, quelques-uns des films qui se sont inspirés de la légende arthurienne :  Lancelot du lac  de Robert Bresson  -  Perceval le Gallois  d'Eric Rohmer  -  Le roi Arthur  d'Antoine Fuqua  -  Excalibur   de John Boorman  -  Excalibur, l'épéé magique  de Frédéric Du Chau.

 

Et pour consulter la liste des articles de la rubrique LES QUESTIONS QUE L'ON SE POSE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles "Les questions que l'on se pose"

 
18403967.jpg    18463173.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES QUESTIONS QUE L'ON SE POSE
commenter cet article

commentaires

Edmée De Xhavée 20/07/2012 11:07

C'est passionnant... et le mystère n'aura jamais de clé... sauf si "le hasard" s'en mêle un jour. Ce qui est finalement étrange, c'est que, inventé ou inspiré d'un ou plusieurs héros réels... il
est devenu ..."vrai" lui-même!

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche