Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 09:00

1249476106 leon                 

 


              1828 - 1910


Roman de Lev Nikolaévitch Tolstoï, Guerre et Paix est considéré comme la plus grande oeuvre de la littérature russe et une des plus importantes de la littérature universelle. En effet, la vie russe y est décrite d'une façon si complète et placée sur un plan d'une si haute humanité, que ce roman peut être envisagé comme l'un des plus beaux monuments de la civilisation européenne. Il a été écrit par son auteur en cinq ans et publié en 1878, ce dernier ayant pris pour fond historique la campagne napoléonienne de 1805-1806 avec Austerlitz et celle de 1812-1813 avec Borodino et l'incendie de Moscou, l'ensemble de ces événements étant vécus dans le complexe de deux familles appartenant à la noblesse : les Bolkonsky et les Rostov. Le comte Pierre Bézoukhov, avec lequel l'auteur s'identifie, en est le personnage central bien qu'il n'occupe pas toujours la scène. Le vieux prince Bolkonsky, qui fut général au temps de la grande Catherine, est un voltairien intelligent mais despotique. Il vit dans ses terres avec sa fille Marie qui n'est plus ni très jeune, ni très belle, mais dont le regard d'une pureté rayonnante et la nature discrète laissent deviner la bonté et la spiritualité. Son fils, le prince André, est un officier intelligent, conscient de sa supériorité mais désabusé et cherchant en vain à utiliser ses dons ; il sera blessé une première fois à la bataille d'Austerlitz et retournera à ses foyers pour assister à la naissance de son premier enfant et à la mort de sa femme. Plus tard, il tombe amoureux de la très jeune et exubérante Natacha Rostov qui lui apparaît comme un idéal de beauté et de pureté. Quand celle-ci se laisse séduire par les avances douteuses du mondain et superficiel Anatole Kouragine, le prince André tombe dans un véritable désespoir et a la prémonition de sa mort. En effet, il sera blessé gravement à la bataille de Borodino et rapatrié au moment où la population quitte Moscou menacé par la grande armée de l'empereur français. Il mourra d'ailleurs auprès de Natacha à laquelle il aura pardonné.

La figure attachante de Natacha illumine le livre. C'est une des plus belles créations de Tolstoï et l'une des héroïnes les plus humaines, les plus fascinantes de la littérature mondiale. Natacha  extériorise sa nature pleine de joie, capable d'influencer ceux qui l'entourent par sa sincérité. Elle possède cette lucidité du coeur qui est mieux que l'intelligence, le don inné de comprendre et de partager. La disparition de son jeune frère, tué sur un champ de bataille, marquera un tournant dans l'existence de la jeune fille. A l'instar de la princesse Marie Bolkonsky, elle deviendra une épouse et une mère exemplaire. Quant à la destinée de Pierre Bézoukhov, elle trace une ligne médiane entre la destinée du prince André et celle de Natacha. A la tête d'une immense fortune à la mort de son père, il n'en profitera nullement pour se complaire dans le luxe d'une vie oisive. De nature méditative, il est enclin à considérer les choses avec une simplicité primitive, aussi est-il moqué dans le milieu qu'il fréquente. Le prince Basile Kouraguine parviendra à abuser sa naïveté et à lui faire épouser sa fille, la belle mais extravagante et superficielle Hélène, dont il se séparera et qui le dégoûtera à tout jamais de ce milieu futile. Aussi, lorsque Napoléon entre à Moscou, Pierre se sent-il désigné par le destin pour tuer le tyran et se tient-il prêt à sacrifier sa vie et, cela, d'autant plus facilement qu'il la juge inutile. Il est arrêté par les Français avant d'avoi pu réaliser son projet et, en prison, sera en contact avec des hommes simples comme Platon Karataïev dont la foi sincère et spontanée le touchera au coeur. Sa femme étant morte, il se rapproche de Natacha qui, mûrie par ses souffrances, lui est devenue singulièrement proche. Il l'épousera et ils essaieront d'oublier ensemble les douleurs de la guerre et d'accomplir un parcours en tous points conforme à leurs aspirations.

L'importance de Guerre et Paix s'explique non seulement par la grandeur du cadre et l'ampleur de la vision de l'écrivain, mais surtout par ce que d'aucuns ont appelé l'élément moral ou philosophique, ce qui est tout ensemble de portée universelle et de conception typiquement russe. L'élément universel est la philosophie de l'histoire propre à Tolstoï. Selon lui, ce n'est ni l'esprit de pénétration des généraux et des dirigeants, ni la tactique des Etats-Majors qui doivent être considérés comme les facteurs décisifs dans les grands événements, c'est l'esprit des masses populaires, leur héroïsme, leur relative passivité et la force de volonté des âmes pures unies dans un commun effort.


Par ailleurs, l'écrivain est convaincu que cette philosophie trouve sa meilleure expression dans l'âme populaire russe. Les représentants les plus authentiques en sont le soldat Karataïev et, sur un plan plus élevé, le général Koutousov. Karataïev avec sa prière vespérale : " Seigneur fais-moi dormir comme une pierre et me lever comme le pain " - exprime la soumission profondément religieuse de l'homme face à l'absolu qui le gouverne. En lui s'énonce déjà le principe de la non résistance au mal qui, hélas ! conduira plus tard le peuple russe à se soumettre à l'effroyable dictature communiste. Quant à Koutousov, il est le représentant éclairé d'une conception mystique, dont seul ce peuple, contemplatif et patient, peut, selon l'auteur, porter le message au monde - et il est probable que la Russie n'a pas fini de nous surprendre. Koutousov, considérant l'invasion des troupes françaises avec l'intuition d'un villageois, subodore que l'effort de Napoléon est déjà épuisé et destiné à s'évanouir dans l'immensité monotone des steppes. Refusant l'affrontement, dont il prévoit que son armée ne sortira pas victorieuse, et ne voulant en aucun cas la sacrifier, il incite l'empereur à s'enfoncer toujours plus avant dans le pays, supposant que l'hiver russe refermera sur lui, ses officiers et ses soldats, ses mâchoires de neige et de glace.

 

 Aussi ne se préoccupe-t-il pas de se livrer à des batailles rangées ; il attend avec confiance l'heure de la grande retraite. Cette conception, Tolstoï ne craint pas de la développer avec vigueur. L'oeil clair et rêveur de Pierre, ami de la famille Rostov, joue le rôle d'un écran sur lequel se reflète le monde dirigé par une fatalité latente, mystérieusement sage. S'initiant à la contemplation, Pierre restera toutefois impuissant devant l'absolu. Grâce à ces rapports incessants entre le relatif et l'éternel, qui tantôt se révèlent dans l'intimité de la personne, tantôt se manifestent dans la foule des hommes et dans le cadre qui les entoure, un livre comme Guerre et Paix prend rang parmi les oeuvres épiques, plus proche de l'Iliade qu'aucune autre de la littérature européenne moderne. Dans la période complexe que nous vivons, il est intéressant de le relire, pour nous mieux convaincre qu'à toute action de la vie quotidienne correspond, sur le plan supérieur, son double magnifié, en mesure d'ouvrir à chacun une issue spirituelle. "Ainsi Tolstoï parvient-il à retrouver les valeurs fondamentales et à les restituer intactes et riches de promesses à notre monde condamné à se débattre entre les pôles d'un formalisme et d'un naturalisme brutal et irrémissible, plaçant son oeuvre dans une parenthèse de réflexion entre les origines du temps et les fins dernières".

 

Sources : Le dictionnaires des oeuvres - Laffont - Bompiani  ( 1952 )

 

Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE

 

autres articles concernant les écrivains russes :

 

Boris Pasternak ou l'intensité tragique

 

Alexandre Pouchkine ou l'empire des mots

 

Fedor Dostoïevski ou la fraternité universelle  

 

Et pour consulter la liste des articles de la rubrique LITTERATURE, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles de la rubrique LITTERATURE


1249630001_guerre_et_paix_war_and_peace_1956_diaporama_port.jpg
 

Audrey Hepburn interprétant le rôle de Natacha dans le film de King Vidor

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Maxime 23/05/2013 14:18

Un des plus beaux romans de la littérature. Un livre qui m'a donné le goût de la lecture. j'avais 20 ans quand je l'ai découvert et j'y pense encore. Une vraie révélation. Tout y est : l'histoire,
l'aventure, les sentiments, la réflexion sur tous les problèmes humains. Vraiment un livre qui vous marque pour toujours. Je n'ai pas vu le film. Le roman me suffit.

Eeguab 03/11/2011 19:53


Je suis justement en train de relire La guerre et la paix.C'est très rare que je relise,faute de temps.Il y a tant à lire.Je vais en parler bientôt.


Missycornish 28/08/2011 17:28


Encore un auteur que je souhaite découvrir, je vais bientôt proposer pour Noël une lecture commune sur le roman Anna Karénine que je voulais lire depuis très longtemps. Je ne connais
malheureusement pas encore Guerre et Paix mais j'ai bien l'intention de le lire, (j'ai déjà en ma possession un exemplaire même si malheureusement il est en anglais, la lecture s'annonce donc
ardue!) aussi je reviendrai sur votre site pour écrire un commentaire plus fourni.Il semble que la lecture soit dense tout comme les personnages de l'histoire. Pourtant je pense que c'est une fois
de plus un auteur incontournable dont je devrais parler sur mon blog si je souhaite évoquer les grands classiques de la littérature, même russe.Pour le moment je suis focalisée sur les romans de
caractère français. Je viens d'achever la lecture de la Dame aux camélias d'Alexandre fils, un joyau de la littérature sous la Monarchie de Juillet en 1847, à la veille de la Révolution et dont je
vais prochainement parler sur le blog. Sans- doute le seul roman de mes vacances que je peux réellement qualifier de qualité. En lisant vos articles je vois bien que j'ai des lacunes culturelles,
cette analyse pousse à la curiosité.


Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche