Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 08:08

Les-fées-penchées1

 

 

Une rencontre comme on peut en faire désormais sur les réseaux sociaux, une belle rencontre qui débouche sur la lecture d’un beau texte et le plaisir de pouvoir échanger avec l’auteure après cette lecture.

 

 

Les fées penchées

Véronique Janzyk

 

 

J’ai rencontré Véronique Janzyk sur la Toile alors quand j’ai vu son livre à la Foire du Livre de Bruxelles je l’ai acheté et bien m’en a pris, car dans ce recueil de seize textes courts, elle saisit des instants de vie, des parcelles d’existence, qui illustrent les problèmes sociaux et sociétaux qui affectent l’humanité. Dès la première nouvelle, on comprend que Véronique ne se cantonne pas dans une certitude définitive, dans un monde cartésien, borné, sans surprise, non, elle explore les marges, là où la vie bouge encore, là où réside l’espoir d’un autre monde, d’un monde nouveau débarrassé de toutes les alluvions qui pèsent si lourdement sur la société actuelle.


Elle s’est armée de phrases courtes, rapides, incisives, écrites dans l’urgence sous la pression d’un besoin impérieux de dénoncer ou d’énoncer ce qu’elle ne peut plus accepter, ce qu’elle voudrait, ce qu’elle suggère. Elle trempe sa plume dans toutes les humeurs des corps qu’elle rencontre surtout à l’hôpital : le sang, le sperme, la cyprine, les larmes, le pus, tout ce qui coule et suppure pour écrire des textes charnels où la douleur est concrète, visible, sensible, apparente. Car c’est dans les corps que l’auteure va chercher ses vérités, ce qu’elle veut nous montrer, ce qu’elle veut démontrer : l’identité des corps, leur intégrité, leur état, leur apparence, leur arrogance, leur dégradation, leurs insuffisances, leur décomposition. Le corps c’est l’image de l’humanité, le reflet de tout ce qui est dans l’homme, tout ce qui est tu, caché, le moyen de faire un état de la société et de sa dégénérescence.


Véronique nous montre des corps qui dominent l’esprit, des corps qu’il faut donc développer, renforcer pour ne pas qu’ils se laissent dominer, les corps peuvent aussi être objets de douleur infligée, acceptée, désirée… A travers ces bouts de vie, elle nous montre que la partie animale de l’humain domine l’être, lui impose son mode de vie, sa façon de penser, son comportement. Et, in fine, l’animal homme est peut-être moins sensible, plus cruel, que de nombreux autres êtres du vaste règne animal.

 

Beaucoup de ces tranches de vie se déroulent dans le milieu hospitalier, dans des centres de soins, presque toujours là où les corps sont en réparation mais ce n’est absolument pas une vision pessimiste du monde, c’est simplement une vision réaliste car il faut bien, pour vivre encore, et vivre mieux, réparer ces corps qui ne sont pas en assez bon état pour que l’humanité vive mieux, bien dans son corps, bien dans sa tête et bien dans son cœur.

 

Un recueil relativement court qu’il faut lire d’une traite car l’intensité monte crescendo, essouffle, étouffe... . On ne pourrait pas en lire plus et il serait tellement dommage de rompre cette graduation ascensionnelle qui fait, à mon avis, partie intégrante de la lecture.

 

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche