Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 07:51

telechargement--2-.jpg  9782842637996.jpg

 

 

 

Je suis heureux aujourd’hui d’exhumer un écrivain qui a manqué le Goncourt d’un rien et qui est aujourd’hui totalement oublié. D’autant plus que je partage avec lui  deux passions, le sport et la littérature, qu’il a certes beaucoup mieux servies que moi, mais peut-être que cette proximité me permet de mieux le comprendre et de mieux vous le faire apprécier.

 

Les hommes forts

Georges Magnane (1907 – 1985)

 

Belle idée qu’a eue Le Dilettante de réveiller cet auteur profondément endormi dans le cimetière des écrivains oubliés, aujourd’hui, tout le monde ou presque ignore qui était Georges Magnane, un homme de lettres prolifique, un traducteur de romanciers anglophones, un sportif accompli et éclectique, un chercheur au CNRS, un ami des grands intellectuels de son époque. Il a notamment écrit ce roman publié pendant les jours les plus sombres de l’occupation, en 1942, qui raconte la vie parallèle de deux amis qui ont un profil assez semblable au sien : brillants athlètes et fins lettrés.

 

Le narrateur, qui pourrait-être l’auteur tant il lui ressemble, rencontre au cours des joutes sportives scolaires un rival brillant, fort et beau comme un dieu grec, qui lui fait de l’ombre mais  finit par devenir son ami. La vie les sépare, la vie les rapproche, chaque fois les retrouvailles se font dans la joie mais cette joie s’altère davantage à chaque rencontre depuis que son ami vit avec une jeune et belle femme qui ne laisse pas le narrateur indifférent. Un jour, alors que le huit était en passe de remporter un important championnat national d’aviron, le bel athlète craque et fait perdre son embarcation. Depuis ce jour, à chaque nouvelle rencontre, les deux hommes s’éloignent inéluctablement l’un de l’autre, le narrateur ressentant avec de plus en plus de gêne les signes de faiblesse de son ami qui confinent progressivement à de la lâcheté.

 

Ce récit est un grand roman d’amour impossible, le narrateur ne peut décemment pas courtiser la belle qui le fait fondre car il ne veut pas trahir son ami et, quand celle-ci comprend que son mari n’est qu’un lâche qui la trompe sans vergogne, il ne peut pas se résoudre à n’être que la roue de secours de celui qu’il a tellement admiré avant qu'il ne le décoive à tout jamais. Un roman d’amour sous fond de pratique sportive, une vraie ode aux valeurs sportives à la mode à l’époque où l’hébertisme recommandait de fabriquer des hommes forts, utiles à la patrie. Georges Magnane était lui-même un sportif accompli et le regrettera en mourant dans la douleur d’un corps peut-être trop sollicité. On pourrait aussi se demander quel serait le regard de cet auteur, qui a commis un ouvrage de référence sur la sociologie du sport, devant le spectacle offert aujourd’hui par les sportifs professionnels. Lui qui dresse le portrait du sportif humble, pratiquant le sport pour le plaisir et la compétition saine, en opposition à celui du champion infatué, imbu de sa personne et convaincu de sa prétendue supériorité.


Pour publier en 1942, on se doute bien que Georges Magnane a dû slalomer entre les chicanes de la censure, il évite donc toutes les questions qui pourraient donner prétexte aux autorités de rejeter son texte ou même de lui chercher quelques noises. Toutefois, j’aurais tendance à croire que l’ami couard est un peu à l’image de tous ceux qui se sont couchés devant l’occupant, allant même jusqu’à l’accepter servilement. Quercy, le lâche, pourrait ainsi être la parabole du collabo trouillard caché sous le masque d’un flambeur courtisant les jeunes femmes.



 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

denis billamboz 19/10/2014 17:52

Coucou Armelle et Pascal,

Je connais mal Montherlant, l'ai bien lu un de ses titres célèbres mais il ne m'en reste peu de choses, si ce n'est comme Pascal, la qualité du style. Je ne connaissais pas non plus ce Georges
Magnane et pourtant je m'intéresse à la littérature et au sport. C'est un digne représentant de l'hébertisme qui voulait des hommes forts pour faire de bons soldats capables de défendre la
patrie.
J'aime bien faire sortir de l'ombre des auteurs injustement oubliés, tout aussi intéressants que certains qui sont toujours publiés.

Bonne semaine, je penserai à Pascal, mardi, quand je serai dans une réunion sportive du côté de Mogador.

Pascal 17/10/2014 12:27

Salut Denis,
je dois dire que la nouvelle couverture du livre ne vous invite guère à le lire. Ce beau gosse en caleçon est un rien ridicule, l'éditeur aurait pu mieux choisir. Armelle a raison, je me souviens
aussi que Montherlant a glorifié en maintes occasions le sport et la virilité. Par contre, je n'ai jamais apprécié la façon dont il parlait des femmes et jeunes filles malgré son style éblouissant.
Son théâtre a un caractère plus humain. Bonne journée à toi Denis et bonne continuation de lecture.

Pascal

armelle 17/10/2014 10:56

Je me rappelle que Henri de Montherlant avait écrit un ouvrage où il faisait l'éloge de la force physique, virile et héroïque, à l'antique. Mais je ne me souviens plus du titre. Il aurait eu
horreur de notre société française actuelle, trop féminisée, trop branchée sur la compassion.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche