Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 07:41

cvt-les-mouettes-9183.jpeg

 

 

J’ai été très heureux de recevoir une réédition récente de ce magnifique texte de Sandor Màrai qui emporte le lecteur au-delà des explications cartésiennes qui essaient de nous faire comprendre le pourquoi de l’ignoble conflit qui déchira le monde au milieu du XXe siècle. Les Editions Albin Michel ont eu une bien belle idée en rééditant ce grand classique de la littérature hongroise.

 

 

Les mouettes

Sandor Màrai (1900 – 1989)

 

 

En Hongrie, en 1942, dans un ministère, un conseiller quadragénaire qui vient de rédiger un texte qui va changer la vie de millions de personnes, voit arriver une belle femme, Aino Laine qui se dit Finlandaise (comme Eino Laino le grand poète ?) en tous points identique à celle dont il était follement amoureux cinq années auparavant et qu’il a malheureusement enterrée après qu’elle se soit suicidée. Il se souvient de ces moments d’amour et de douleur et se remémore la rencontre avec le père de la jeune femme qui accusait un grand scientifique d’avoir provoqué la mort de sa fille. Qui est cette jeune femme sosie de son amoureuse décédée ? Une morte-vivante venue lui rappeler son passé ? Une Mata Hari qui cherche à infiltrer les organes dirigeants de son pays ? Une simple coïncidence fortuite « Se peut-il que d’autres exemplaires de moi se promènent à travers le temps et l’espace » ? Un étrange jeu de double s’instaure alors entre les deux membres de ce couple finno-ougrien, deux membres d’une tribu éclatée depuis des millénaires, dans le huis clos d’une nuit qui va décider l’avenir de tout un peuple. Tout semble double, les êtres paraissent être créés par paires, seuls d’infimes nuances pouvant les distinguer, des nuances fondamentales, déterminantes, essentielles.

Ce texte est aussi une interrogation sur l’identité, qui est qui dans ce sibyllin jeu de double, un questionnement sur le bonheur : « Le bonheur n’existe pas, mon garçon. Au fond de l’existence, il y a l’ennui et la faiblesse », un discours sur la destinée qui dirige et relie les êtres au-delà de leur volonté, « car il y a des couples, …, qu’une vague unique entraîne réellement l’un vers l’autre dans le cosmos et contraint à se rencontrer, ils ne peuvent échapper l’un à l’autre, même en fuyant, au Nord, à l’Ouest, fût-ce aux Indes ou même dans la mort… », une réflexion sur le fonctionnement de la société : tout peut se répéter à l’infini, recommencer éternellement comme si le nombre des scénarii possibles était limité.

Cette lecture m’a laissé une drôle d’impression, au cœur de la guerre, Sàndor Màrai n’écrit pas sur les actes de bravoure, les faits militaires, la haine, l’horreur, la bassesse, la traîtrise, l’héroïsme, … non, il écrit sur l’aspect merveilleux de la vie que nous ne savons pas voir et sur la puissance des relations qui rapproche les êtres et peut transcender les forces du mal. « La femme lui avait dit que l’on ne pouvait pas juger d’un simple point de vue humain tout ce qui se produit ». Peut-être souhaite-t--il nous conduire au-delà des analyses rationnelles dans un questionnement dont il ne connaît pas forcément la réponse afin de chercher des explications à un comportement qui fut tellement inhumain. Une formidable capacité à prendre beaucoup de recul pour échapper aux explications trop évidentes, trop usitées et à envisager autre chose, d’autres comportements, d’autres aspects de la nature humaine. Des questions fondamentales profondes, dérangeantes dans un livre magnifique, écrit dans un style raffiné, élégant, rappelant tous les grands textes de la littérature d’Europe centrale.

Il faut remercier l’éditeur de redonner à la littérature hongroise, écrasée sous la chape du communisme, la place fondamentale qui est la sienne et saluer la traductrice qui a si bien su restituer l’ambiance et la sensibilité de ces textes si représentatifs de la culture qui prévalait encore dans « la Mitteleuropa » dans la première moitié du XXe siècle et de sublimer le romantisme suranné qui donne un charme désuet et une grande profondeur au texte de Màrai.

 

 

Denis BILLAMBOZ

 

Pour consulter les listes de mes précédents articles, cliquer sur les liens ci-dessous :

 

Liste des articles "Les coups de coeur de Denis "

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 

Et pour prendre connaissance de l'article consacré à Sandor MARAI, cliquer sur son titre :

 

Sandor Marai, une oeuvre crépusculaire

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES COUPS de COEUR de DENIS
commenter cet article

commentaires

armelle 19/05/2014 19:57

Je n'ai pas encore lu "Les mouettes" mais tu m'en donnes le désir, d'autant que j'aime beaucoup cet écrivain comme tu pourras le constater, Denis, si tu lis mon article en pièce jointe. Mon livre
préféré à ce jour reste "Mémoires de Hongrie". Je te le recommande.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche