Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 08:28

05_alger.jpg

 

 

La littérature, la face ensoleillée de l’Algérie

Quel bonheur après avoir rencontré tant de difficultés au Maroc pour rassembler quelques lectures suffisamment intéressantes dans le souci de satisfaire votre exigence littéraire, d’entrer en Algérie, riche terre de littérature, et de pouvoir réunir dans un même sujet trois grandes dames des lettres algériennes. Tout d’abord, l’immense Taos Amrouche que j’ai découverte au hasard d’une vente de livres d’occasion, qui avait hélas toutes les tares pour être condamnée aux oubliettes de l’obscurantisme, elle était francophone, chrétienne, née en exil, en Tunisie, et de plus Kabyle. Comment avec un tel profil passer à la postérité qui aurait dû être la sienne, dans un pays aussi peu ouvert et tolérant ? Admiratrice d’André Gide, elle a cherché à imiter son magnifique style et produit une œuvre d’une très grande qualité d’écriture et d’inspiration. Nous aurons aussi le plaisir d’évoquer Assia Djebar, grande dame des lettres francophones qui nous emmènera du côté de Cherchell, là où elle est née pour rendre hommage à ces femmes qu’on enterre une seconde fois … quand on n’a pas pu les inhumer. Et enfin, nous rendrons une petite visite à Malika Mokedem, pour qui j’ai un faible, la lecture de « Les hommes qui marchent » m’ayant profondément ému. Et, pour finir ce premier passage en Algérie, nous nous arrêterons un instant auprès le Waciny Laredj, le seul arabophone de cette étape littéraire, avec qui nous rendrons un hommage appuyé à tous les intellectuels algériens sacrifiés sur l’autel de la stupidité ou obligés de partir en exil pour sauver leur peau.

 

Jacinthe noire

Taos Amrouche (1913 – 1976)

« Alors j’ai vu ses yeux noirs, étranges, offerts et insondables. Il me fallait aller vers elle. » Marie-Thérèse, Maïté, jeune Limousine exilée dans une sinistre pension parisienne, raconte la relation qu’elle a eue avec Reine, jeune Tunisienne, égarée dans cette même pension où sa différence, son exaltation, son exubérance, sa personnalité sont très mal acceptées par la directrice et ses courtisanes d’une religiosité onctueuse et hypocrite. Elle nous raconte comment, dans ce huis-clos, un groupe de jeunes filles va intriguer pour exclure l’intruse ou pour défendre sa différence, s’affrontant sur fond d’obscurantisme religieux et de prosélytisme larvé. Le suspense n’est pas bien grand car l’auteur nous rappelle sans cesse que cette relation se termine mal.

Maïté, Marie-Thérèse, raconte en fait l’histoire de Reine qui est un peu l’histoire de Taos Amrouche, première romancière algérienne de langue française, qui a dû, elle aussi, rencontrer un certain nombre d’obstacles quand elle est arrivée en France. Elle accapare aussi la jeunesse exaltante de son amie pour oublier son adolescence un peu trop terne et sans relief. S’inventant ainsi une vie possible dans la grisaille parisienne à travers les personnages qui ont meublé la vie son amie.

La religion, qui est l’axe autour duquel tournent toutes les intrigues et les cabales, est la ligne de ségrégation entre Reine et les filles qui la repoussent car Reine revendiquait qu’elle ne différait « guère de m(s)a vieille grand-mère, restée musulmane ». Cette lutte de tous les jours contre celles qui n’acceptent pas la différence est aussi, en filigrane, une évocation du colonialisme, « elle est d’une autre race », et d’une certaine forme de racisme qu’elle subit même si elle fait « partie de la catégorie de ceux qui se sont séparés des leurs, qui ont rejeté la foi de leurs ancêtres pour suivre le Christ. »

Bien qu’elle soit fortement inspirée par des auteurs comme André Gide, son idole, qui est largement cité dans le roman et qui s’est fendu d’une lettre en introduction du livre, Taos, même si son écriture est très fine et très juste, fait preuve d’un romantisme très « dix-neuvième siècle » où l’exaltation du moi et l’analyse des sentiments sont poussées très loin dans le fond des cœurs et des âmes. On est bien loin de Constance Chatterley et de sa sensualité à fleur de peau, l’amour reste toujours très sentimental, on ne parle jamais de la chair ni de ses plaisirs. Mais, cependant, sous cette sentimentalité à la limite de la sensiblerie tant on défaille dans ce long texte, des thèmes plus forts émergent comme l’affirmation de la personnalité des femmes dans la politique, la colonisation, le racisme, …

Roman inspiré des grands classiques du XIXe siècle mais fondateur d’une littérature féminine maghrébine qui portera de beaux fruits comme Assia Djebar et bien d’autres aujourd’hui, à l’image de Malika Mokeddem par exemple.

 

La femme sans sépulture – Assia Djebar (1936 - ….)

Véritable monument de la littérature algérienne et plus largement francophone Assia Djear,  membre de l’Académie royale de Belgique, de l’Académie française et titulaire de bien d’autres distinctions et prix, revient sur ses terres natales, Cherchell, l’ancienne Césarée des Romains, pour rendre hommage à une grande combattante de la libération algérienne, Zoulika Oudaï, qui s’engagea dans l’armée des ombres où elle fut passeur, agent de transmission, de ravitaillement, etc. Jusque à devenir une pièce si importante du réseau local qu’elle fut enlevée par les troupes d’occupation qui la firent disparaître à jamais sans laisser la moindre trace. A travers cette histoire romancée, bien sûr, Assia Djebar veut rendre hommage à toutes ces femmes qui ont été partie intégrante du combat, de la victoire et de la libération et aussitôt dépouillées des honneurs qu’elles avaient mérités et plongées dans l’oubli, là où est la véritable place des femmes dans ce pays.

Les balcons de la mer du Nord – Waciny Laredj (1954 - ….)

Dans l’avion qui l’emmène à Amsterdam où il a depuis près de vingt ans rendez-vous avec Fitna l’une des trois femmes qui l’ont aimé et qui ont construit sa vie, le narrateur fait revivre ses amours comme pour en faire le deuil. Najris, la femme de la radio, dont il ne connut et aima que la voix qui lui fournissait la matière des rédactions que l’institutrice lui demandait et qu’il ne pouvait imaginer dans son petit monde fermé sans mentir, comme ses amis. Fitna, la folle qui n’a pas supporté la mort du frère admiré et qui lui a offert sa première nuit d’amour avant de disparaître dans la mer pour mourir d’amour et ne pas vivre de haine. Mais est-elle réellement morte ? Zoulikha enfin, la sœur aînée qui l’a initié à la sculpture et aux désillusions de la vie, qui décéda trop vite après la trahison de son amour.

Yacine quitte son pays où l’amour n’est plus possible, où même la haine est devenue vaine et qui  « appartient aujourd’hui à ceux qui ont fait son lit depuis l’indépendance et qui chaque nuit le corrompent davantage par toujours plus de prostitution, de meurtres, de déchéance. »

Les hommes qui marchent – Malika Mokeddem (1949 - ….)

Je dois vous l’avouer, j’ai un petit faible pour ce livre. Malika exprime certainement la rage la plus pure que j’ai rencontrée dans mon aventure de lecteur au long cours. Une rage à l’état originel, une rage sans amertume, sans rancœur, la rage qui fait avancer et renverse des montagnes. La rage qui habite cette jeune fille qui refuse la tradition qui veut l’enfermer dans son carcan, là où sa grand-mère a jeté l’ancre, un jour, au pied d’une dune dans un monde d’une absolue minéralité, abandonnant ses frères du désert, mettant fin à cet éternel périple. Malika, ainsi, dénonce déjà la plongée de l’Algérie dans l’obscurantisme après la libération et le sort des femmes qui ne seront pas les gagnantes de cette guerre contre les colonisateurs. Un beau parallèle aussi entre ce peuple pur, comme le monde minéral qu’il arpente, qui a conservé toutes ses traditions et sa liberté aussi vaste que le désert qu’il parcourt et les vainqueurs de la guerre de libération qui se vautrent dans la corruption et s’étripent pour se partager les lambeaux d’un pays saigné par cette pénible guerre.

Denis BILLAMBOZ  - à lundi prochain pour la suite de notre périple littéraire au Maghreb  -

Et pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer sur le lien ci-dessous :

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES VOYAGES LITTERAIRES de DENIS
commenter cet article

commentaires

"Denis.Billamboz 03/07/2012 13:39

Salut Pascal,

Excuse mon retard mais ma fin de saison a été surchargée et j'ai couru beaucoup d'une réunion à une autre, d'une manifestation à une autre, etc... en n'ayant que peu de temps pour mes activités
littéraires.

Je n'ai personnellement pas connu le drame algérien et je voudrais surtout rester très respectueux de la tragédie des autres que je comprends parfaitement. Je ne m'en tiens qu'à la littérature car
il y a en Algérie, comme partout, de fins lettrés, souvent amoureux de la langue française et membres éminents de la francophonie. C'est surtout vers eux que je me tourne.

Belle journée en attendant des vacances qui doivent approcher à grands pas.

Pascal 27/06/2012 13:48

Juste un petit coucou en passant. Je viens de lire l'article d'Armelle sur le sacré que j'imprime pour Agnès et les aînés. Je lis un peu vite le tien car le travail me sollicite déjà. Je ne connais
pas ces auteurs algériens mais j'en ai un peu assez de la colonisation. Quand on se souvient de ce que le FLN a fait au harkis et comment les rois africains ont traité leurs populations, on se dit
que les blancs ne sont pas plus mal que les autres et qu'ils ont souvent apporté l'alphabétisation et les soins sanitaires à des peuples très démunis.
Bonne journée Denis.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche