Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 12:17

DSCN5825-frigiliana.jpg

 


 

Encore un peu de sangria

Deuxième séjour en Espagne pour découvrir d‘autres auteurs un peu méconnus, certainement, comme Ramon Chao, le père de Manu Chao qui est peut-être plus connu que son géniteur, que j’ai situé ici parce qu’il est né en Galice au moment de la montée du franquisme avant d’émigrer en France et de nous raconter le voyage de la Mano Negra en Colombie. C’est surtout cette expérience que je voulais mettre en exergue. Je vous parlerai aussi de Carmen Laforet,  une Catalane de naissance, qui a grandi sur les îles et de Manuel Rivas qui nous emmène au pays de Ramon Chao pour nous raconter une histoire liée aux exactions de la dictature. J’ai conscience d’avoir laissé de côté de grands auteurs comme le Prix Nobel de littérature, Camilo José Cela, ou Miguel Delibes, Juan Goytisolo et beaucoup de jeunes écrivains qui mériteraient une place dans cette présentation, mais je reviendrai un jour vous reparler de la littérature espagnole car elle mérite, sans conteste possible, le détour. Comme le prouve ce jeune auteur que j’ai choisi pour nous accompagner dans cette seconde étape ibérique. Je n’ai pas pu résister au plaisir de vous parler de Carlos Ruiz Zafon et de son premier roman qui m’a complètement emballé, même si je n’ai pas pour principe de vanter les livres qui envahissent les rayons de librairies et que tout le monde a lus.

 

L’ombre du vent

Carlos Ruiz Zafon ( 1964 - ….)


Je ne me souviens pas d’avoir dévoré un livre avec une telle voracité, je me suis jeté dessus comme un affamé. « Avant même d’avoir pu m’en rendre compte, je me retrouvai dedans, sans espoir de retour. » Et, pourtant ce roman n’est sans doute pas le meilleur que j’ai lu mais il a un côté si fascinant et l’auteur à un tel talent pour empêcher le lecteur de poser ce livre qu’il est difficile de ménager quelques pauses pour s’alimenter avant d’en avoir avalé les cinq cent vingt cinq pages.

Tout au long de cette lecture, j’ai pensé à Pascal Mercier et à son « Train de nuit pour Lisbonne », le héros de Ruiz Zafon, comme celui de Mercier, découvre, par hasard, un livre qui va complètement chambouler sa vie et même celle de son entourage. Un bouquiniste de Barcelone fait découvrir à son fils le cimetière des livres perdus et lui demande, selon la tradition, de choisir un livre dont il aura le plus grand soin. Le héros de Mercier avait lui trouvé un livre par hasard chez un autre bouquiniste, à Berne, qui lui en avait fait cadeau.

Après avoir lu ce roman d’une traite, Daniel, le fils du bouquiniste, veut absolument en connaître l’auteur et la vie qu’il a eue comme le héros de Mercier veut lui aussi partir pour Lisbonne à la rencontre de l’auteur de son livre. Daniel va alors, pas à pas, après moult aventures, péripéties, arias et autres dangers, reconstituer la vie de celui qui a écrit le livre qu’il admire tant et constater que cette vie est étrangement semblable à la sienne. Et si Mercier profite de l’intrigue qu’il a construite pour s’interroger sur la nature profonde de l’homme, celle que nous ne pouvons pas percevoir, Ruiz Zafon s’évertue, quant à lui, à bâtir un édifice romanesque d’une grande virtuosité, où il faut bien suivre les personnages pour ne pas se tromper entre les deux histoires parallèles qu’il nous livre. Mais les parallèles ne se rejoignent qu’à l’infini et il n’est pas certain que le maître nous conduise jusque là bas.

Si ce livre est d’une grande virtuosité romanesque c’est aussi, et peut-être avant tout, un formidable  livre sur l’amour et la haine mais surtout  la haine. J’ai rarement lu un livre où la haine est présente d’une façon si prégnante, où une accumulation de rancœur, de jalousie, d’envie, de frustration inspire un tel sentiment dans une telle démesure. L’action se situe bien sûr à Barcelone avant, pendant et après la guerre d’Espagne et, à cette époque, la haine était largement répandue dans les populations de cette ville que Ruiz Zafon nous montre plus grise, plus froide, plus humide et plus triste que n’importe quelle ville nordique sous la pluie, pour accentuer le côté sinistre de son histoire sans doute.

Car cette histoire, c’est aussi le cimetière des amours impossibles, contrariées ou non partagées mais souvent porteuses d’une haine latente, d’un profond désespoir ou d’une blessure incurable. L’amour est aussi à l’origine de la faute qu’il faut expier, souvent de la manière la plus violente, car le diable est très présent dans ce livre, même s’il n’aime pas beaucoup les livres en général. Il préfère l’autodafé qui permet de détruire l’auteur et le livre en un même geste comme le dictateur détruit ses opposants et leurs écrits pour tuer toute contestation. En revanche, l’amitié est un ciment fort qui permet d’affronter la vie et ses aléas avec moins de risques.

Et, pour revenir vers Mercier qui croit si fortement au hasard, Ruiz Zafon confie, lui aussi, le début de son intrigue au hasard, mais il semble faire quelque peu marche arrière et croire plus en la destinée en inscrivant la vie de son héros dans la trace de celui qu’il recherche en le confiant à un destin bien établi. « … Les hasards sont les cicatrices du destin. Le hasard n’existe pas, … Nous sommes les marionnettes de notre inconscience. ». Sur ce point les deux livres divergent sensiblement, Mercier entreprend une démarche plus philosophie alors que Ruiz Zafon sacrifie plus aux bonnes normes des romans à succès qui exigent le respect de certaines règles qui ne déstabilisent pas trop le lecteur.

Je ferai grâce à Carlos de ces concessions car son livre est comme un opéra de Verdi, emporté dans une grande envolée épique, qui emmène le lecteur dans un monde de rêves, de fantasmes et d’émotions dont il émerge difficilement. Et il a un tel amour des livres qu’il traite avec une véritable sensualité, qu’on ne peut que l’aimer. « Je pensais que si j’avais découvert tout un univers dans un seul livre inconnu au sein de cette nécropole infinie, des dizaines de milliers resteraient inexplorés, à jamais oubliés. Je me sentis entouré d’un million de pages abandonnées, d’univers et d’âmes sans maître, qui restaient plongés dans un océan de ténèbres pendant que tout le monde qui palpitait au-dehors perdait la mémoire sans s’en rendre compte, jour après jour, se croyant sage à mesure qu’il oubliait. »

Un train de glace et de feu – Ramon Chao (1935 - ….)


 Ramon Chao c’est le papa de Manu, le Manu de la Mano Negra qui connut le succès sur les scènes rock de France et d’Amérique latine au début des années quatre-vingt-dix et qui, en 1993, accompagna l’épopée de ce groupe et d’une bande de saltimbanques hirsutes, tatoués et percés, au cœur de la Colombie.

A la suite de la tournée « Cargo 92 », un des membres du groupe avait remarqué  : « Partout je voyais des rails, mais jamais de trains… Les locomotives tournaient. Cependant, depuis 1979, aucune n’avait roulé. Des centaines de villages auparavant desservis par le train vivaient désormais reclus, rackettés à la fois par l’armée, les narcotrafiquants et la guérilla … Alors, pour qu’on parle d’autre chose que de la terreur en Colombie, j’ai imaginé ce train avec un spectacle réconciliant ces deux ennemis héréditaires que sont le feu et la glace. » Et Ramon, au jour le jour, va tenir la chronique de cette folle aventure entre Bogota et Sant Marta.

L’île et ses démons – Carmen Laforet (1921 – 2004)


Née à Barcelone, Carmen Laforet a passé sa jeunesse sur la Grande Canarie et c’est là qu’elle situe ce roman, l’histoire de la rencontre d’une jeune fille qui a conservé l’innocence et les rêves de son adolescence dans une île paradisiaque, avec des adultes, de la famille, qui fuient l’Espagne et la guerre franquiste. C’est la confrontation entre ces deux univers qui va lui faire prendre conscience d’une autre dimension de la vie, de son corps, de ses désirs, de son besoin d’indépendance, de son envie de partir, de voir autre chose, de voir comment c’est ailleurs. L’histoire d’une jeune fille innocente qui percute un jour le monde des adultes en proie à de sanglants conflits et passe un peu brutalement de l’adolescence à la maturité. Un roman écrit avec beaucoup de délicatesse et de pudeur par une grande dame des lettres espagnoles.

Le crayon du charpentier – Manuel Rivas (1957 - ….)


Herbal, gardien de prison à Saint Jacques de Compostelle au moment où Franco a fait interner un grand nombre de prisonniers politiques, surveille, parmi beaucoup d’autres, un artiste qui dessine, avec un gros crayon de charpentier, le porche de la célèbre cathédrale orné du visage de ses collègues détenus. Mais, Herbal ne se contente pas de garder les prisonniers, il participe aussi régulièrement à l’élimination de certains et quand l’artiste est exécuté, en catimini comme les autres et comme d’habitude, il récupère le crayon qu’il met comme un charpentier sur son oreille. Alors, le crayon va lui dire ce que sa conscience ne lui a pas dit jusque là et, avec la voix de l’artiste, le guider sur la voie de la rédemption en lui montrant comme le monde est beau quand on n’obéit pas aveuglément aux tortionnaires et qu’il existe une autre voie pour mener une vie plus juste.

 

Denis Billamboz  -  à lundi prochain pour la suite de notre périple littéraire européée  -

 

Et pour consulter la liste de mes précédents articles, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

Liste des articles : LES VOYAGES LITTERAIRES DE DENIS

Partager cet article

Repost 0
Published by Armelle BARGUILLET - dans LES VOYAGES LITTERAIRES de DENIS
commenter cet article

commentaires

"Denis.Billamboz 07/06/2012 19:55

Bonsoir Pascal, Armelle et Delphine,

J'ai moi aussi bien aimé "L'ombre du vent" même, si comme Armelle, j'y trouve quelques défauts mais je ne vais pas me répéter ici. Il y a un tel souffle épique dans ce livre qu'on pardonne quelques
errements. Il ne faudrait pas tout de même qu'il occulte les autres oeuvres comme "Le crayon du charpentier" qui est est très intéressant aussi.

Au Portugal la semaine prochaine !

Pascal 07/06/2012 13:19

Salut Denis,

J'ai beaucoup entendu parler du livre de Carlos Ruiz Zafon qu'Agnès et ma belle-mère ont lu. Je crois que ça été un best-seller. Bonne journée à toi et à +.

armelle 06/06/2012 11:02

Merci Delphine de votre fidélité et merci à notre ami Denis de ses articles qui nous font faire un passionnant tour du monde littéraire.
Oui, j'ai aimé " L'ombre du vent". un beau titre pour un beau livre. Et une idée géniale que ce cimetière des livres oubliés, de très belles descriptions, de merveilleux moments, un talent
indéniable. Un peu long toutefois. Le roman aurait gagné à être plus resserré, le baroque à être plus clair. Mais un livre qui prend date dans la mémoire.

delphine 05/06/2012 20:55

Chère Armelle, je me sens si proche dans chacun de vos derniers billets et tellement interpelée que je ne sais où laisser de commentaire. Merci pour ça et pour le reste aussi.

Présentation

  • : Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE
  • Le blog interligne d' Armelle BARGUILLET  HAUTELOIRE
  • : Grâce au pouvoir des mots, une invitation à voyager sur les lignes et interlignes.
  • Contact

TEXTE LIBRE

 4016234704 (Small)

Un blog qui privilégie l'évasion par les mots, d'abord, par l'imaginaire...toujours.

LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d'abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l'autre, l'absent, l'étranger, l'inconnu, l'exilé.

Parce qu'ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu'ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos courroies de transmission, nos outils journaliers.

 

La vie doit être vécue en regardant vers l'avenir, mais elle ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé.

 Soëren Kierkegaard

 

Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche.

   Montaigne

 

Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pours recevoir.
   Goethe

 

 MES DERNIERS OUVRAGES PUBLIES ( cliquer sur l'icône pour accéder à leur présentation )


1184097919 profil de la nuit  2851620614

les signes pourpres  3190-NEL i 978-3-8417-7335-7-full

 

SI VOUS PREFEREZ LES IMAGES et le 7e Art, RENDEZ-VOUS SUR MON BLOG : 

 

Bannière pour Armelle 1 

 

ET SI VOUS AIMEZ LES ANIMAUX, RENDEZ-VOUS SUR " MEMOIRE D'EAU" :

 

P1080160.JPG

Recherche